Du nouveau sur la monnaie

lundi 27 avril 2015
par  André Bellon

Du nouveau sur la monnaie

A voir l’importance des contestations d’un ordre mondial jusqu’alors sans entraves, il est permis de reposer des questions considérées comme définitivement tranchées tout au long des dernières décennies. Le fameux « Tina » de Margaret Thatcher ou « la seule voie possible » reprise avec plus ou moins d’enthousiasme par tous les dirigeants français depuis 1983 sont-ils encore la bible en dehors de Bruxelles ou des Etats-Unis ? On ne remet pas encore en cause le dogme, mais on cherche des petits ajustements pour n’y toucher qu’à la marge.

Pourquoi ? Parce que le système économique qu’on appelle monétariste est avant tout fondé sur l’acceptation, sur l’absence de contestation sérieuse, bref, comme on dit en matière monétaire, sur la confiance. Or, la question monétaire qui était présentée comme définitivement tranchée revient à l’ordre du jour sous la pression des réalités.

La monnaie à toujours bénéficié d’un statut à part dans les débats économiques. Pendant longtemps, elle fut considérée comme neutre, simple instrument facilitant les échanges de biens et de services. Dans le cadre de ces théories, elle influait simplement, de par sa masse, sur le niveau général des prix. Les théories ont évolué et nombre d’économistes, tel Keynes, ont déclaré que la monnaie pouvait être un instrument à la disposition de la puissance publique pour mener, par exemple, des politiques de relance. On voit bien, dans ce dernier cas, l’importance de l’action de l’Etat et son rôle en matière économique et sociale.

Ces quelques remarques plus que sommaires doivent être conjuguées avec une analyse des questions monétaires internationales. Aucune monnaie n’est innocente. Certaines donnent des avantages à l’Etat qui les émet. C’est tout particulièrement le cas du dollar qui cumule les rôles de monnaie nationale des Etats-Unis et de monnaie de réserve internationale. Capable de s’affranchir des règles qui pèsent sur les autres monnaies, le dollar bénéficie de la force de l’Etat américain qui l’impose, par exemple, pour les transactions sur le pétrole.

Si l’on rajoute à cela le poids des Etats-Unis dans les institutions internationales telles que le FMI ou la banque mondiale, on peut penser que la domination est totale. D’autant plus totale que la monnaie n’étant plus seulement un instrument d’échange, mais aussi –voire surtout- de spéculation, les opérations monétaires s’affranchissent des frontières dans un cadre dit mondialisé.

Mais les meilleures dominations trouvent leur moment de remise en cause et il n’est pas interdit de penser que nous sommes arrivés à un point d’inflexion.
Trop d’éléments se conjuguent aujourd’hui qui contrarient un équilibre qui paraissait éternel il y a encore peu. Tout d’abord l’émergence de nouveaux pays importants sur la scène internationale, leur recherche de nouvelles alliances (BRICS, Pacte de Shanghai,…) devraient naturellement conduire à des réformes fondamentales dans les statuts d’organismes tels que le FMI ou la Banque mondiale. Réformes nécessaires certes, mais jusqu’alors refusées par le Congrès américain. Plusieurs pays se sont ainsi déterminés à aller de l’avant sans les Américains (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Comme disait le ministre brésilien des finances, parlant des blocages des réformes du FMI, en avril 2014 : « Pour moi, la fin de l’année, c’est la dernière limite. Quatre années d’attente, c’est tout simplement trop. »
Dans ce contexte, l’idée de constituer d’autres organismes plus ou moins concurrents des précédents a fait son chemin. C’est ainsi que la Chine a noué en octobre 2014, en partenariat avec d’autres pays asiatiques, la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (Asian Infrastructure Investment Bank, ou AIIB) qui a attiré de nombreux autres états parmi lesquels plusieurs membres de l’Union européenne.

Doit-on ne voir là qu’un phénomène marginal de concurrence ? Doit-on au contraire y voir un symptôme d’un tournant historique global ? Cette émergence de la multipolarité n’est pas que la confrontation de deux puissances (Etats-Unis et Chine). Elle entraine naturellement la remise en cause de toute une philosophie économique et politique issue des années 1970 et qu’on a appelé le néolibéralisme. Dans le même temps où la domination du dollar semble être fragilisée, une contestation d’un rôle de la monnaie limité à la lutte contre l’inflation se développe. L’un allait-il sans l’autre ?

Parallélement et non moins logiquement, l’obsession politique de ne pas heurter les « marchés financiers » est, de ci de là, remise en cause. Et ce n’est pas seulement la Grèce, cauchemar des bien-pensants, qui contraint à cette crise de la pensée économique. L’exemple de l’Islande et de ses dirigeants, pourtant politiquement bien paisibles, est plus qu’un épiphénomène. Lorsque Olafur Ragnar Grimson, Président islandais, déclare en mars 2013, au journal Rue 89, « La partie la plus importante dans nos sociétés – et je le dis aussi à mes amis européens –, ce ne sont pas les marchés financiers. C’est la démocratie, les droits de l’homme, l’État de droit », il participe à une rupture des principes (Voir « Le plus important, et je le dis à mes amis européens, ce ne sont pas les marchés financiers. » Entretien avec Ólafur Ragnar Grímsson, élu cinq fois à la tête du « laboratoire » islandais. ). Il n’est alors pas étonnant de voir aujourd’hui l’Islande renoncer à sa demande d’adhésion à l’Union européenne. C’est ainsi que le ministère des Affaires étrangères islandais déclare, en avril 2015 sur son site internet, que « Les intérêts de l’Islande sont mieux servis en dehors de l’Union européenne ».

Dans la recherche des nouveaux équilibres mondiaux, la géopolitique rencontre le retour à des autonomies monétaires, à l’utilisation des politiques monétaires par les États. Conséquence logique de sa situation, le gouvernement islandais entend redonner le monopole de la création de monnaie à sa banque centrale. Même dans les pays les plus portés au libéralisme économique se manifeste une remise en cause plus ou moins marquée de l’orthodoxie économique qui dominait depuis plusieurs décennies. Ainsi la Cour fédérale canadienne tendrait à remettre en cause la décision du gouvernement de donner aux banques privées tout pouvoir sur la création monétaire. Toute ambiguë que soit la décision, l’inflexion doctrinale est présente même en territoire nord-américain.

Certes, nous sommes loin de l’effondrement du système, d’autant que personne ne peut dire aujourd’hui dans quelle conditions plus ou moins dramatiques pourrait émerger la reconstruction. Il reste que la question est posée contrairement à ce que souhaiteraient croire quelques néolibéraux monétaristes, qui ont inventé la théorie commode du voile monétaire qui justifie l’indépendance des banques centrales. Il est clair surtout que la contestation de « la seule voie possible » se conjugue aujourd’hui avec une crise géopolitique majeure.

L’Union européenne et l’euro, essentiellement construits sur ces bases idéologiques, peuvent-ils survivre à cette remise en cause ? La question ne pourra être évitée. En fait, ce qui émerge, aussi bien lorsqu’on reparle de politique monétaire que lorsqu’on repose la question des traités, est toujours la même : comment mener une politique économique et sociale efficace, comment conduire une diplomatie de développement et de paix, sans le soutien des peuples concernés ? Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes revient au cœur des débats sur l’avenir.


Commentaires

Logo de Arzi77
samedi 2 mai 2015 à 15h23 - par  Arzi77

Heureux que l’Association Pour une Constituante s’intéresse aux causes premières de "l’esclavage de la dette", une dépense facultative, improductive, et injuste, (car elle opère une redistribution de revenus fonctionnant à l’envers : de tous vers les plus riches, en UE & hors UE).
L’accès au taux REFI que la BCE réserve aux banques pourrait économiser 30 milliards/an, tant sur le cout de la dette publique de l’État (environ 1500 GE à fin 2014, hors Secu et Coll. Locales) , que sur le déséquilibre de la balance des paiements.

Il s’agit de rien moins que de...revisiter notre condition de "PRTE_EME" ! (Pays Riche Très Endetté En Monnaie Étrangère ;)

Il existe au moins 3 options pour se libérer du joug de la Finance-Casino :
1)la solution partielle,(mais germano-compatible),décrite dans ce Pdf :http://tinyurl.com/dividette
2)une solution radicale,le "100% Monnaie",(sous entendu "centrale") : http://tinyurl.com/pgjkknn &
3)la revisite du "Circuit du Trésor" mis au point par F.Bloch-Lainé, dans le sillage de la nationalisation de la Banque de France. (cf. http://www.csi.mines-paristech.fr/blog/?p=485 )

Le Quantitative Easing de "Super Mario" , c’est 720 milliard/an de monnaie centrale en plus ! Mais tout dépend de la nature des "vendeurs", (c à d. ceux à qui la BCE rachète des obligations + ou - bonnes.) Si, pour 50 à 60% du volume, ce sont des banques, outre l’assainissement de leurs bilans, l’offre de financement en monnaie de banque, (pas en monnaie centrale), pourrait augmenter de 1000+ milliard, (à condition que se présentent des emprunteurs qui puissent être jugés solvables, selon critères des banques). Selon feu J.M. Jeanneney, la BCE ferait mieux de nous distribuer 1800 E chacun !

Logo de Laurent Loty
mardi 28 avril 2015 à 19h37 - par  Laurent Loty

Merci André de cette mise en évidence d’une convergence possible, entre lutte pour la démocratie et rejet l’Union européenne en Islande, combat juridique contre la banque centrale canadienne soumise aux banques privées au Canada (par le COMER, Comité sur la réforme économique et monétaire), et remise en cause du monopole du FMI par les pays dits émergents.

Je note aussi ton souci de faire de la monnaie non pas une question technique et économique, mais une question politique, incluant le bien-être des citoyens, la paix sociale au sein d’une Nation, et la paix entre les peuples.

Je lis dans l’article 34 de notre Constitution : la loi fixe "le régime d’émission de la monnaie". À quand un procès contre la France pour inconstitutionnalité des traités européens empêchant cette souveraineté.

On dira que le préambule de la Constitution de 1946 repris en 1958 déclare, dans son article 15, que "Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l’organisation et à la défense de la paix." Mais le problème est que de limitations en limitations, ce sont des facteurs de guerre qui sont mis en place.

La Constituante ou la guerre ?

Logo de christian berthier
mardi 28 avril 2015 à 19h24 - par  christian berthier

En effet ! Et c’est un domaine ou on embrouille a plaisir ce qui est simple. "L’Etat opprime et la loi triche". Seul l’etat bat monnaie, celle qui relie economiquement tous les agents du peuple, riches et pauvres membre d’une même "cité" humaine. Sans etat, pas "d’absraction monetaire de la valeur" qui circule entre les etre humains. C’est pourquoi, la monnaie est d’essence politique et concerne directement les débats d’une assemblée constituant le peuplke en corps. Les banques ne créent que du crédit, de la croyance, un escompte de valeur. Comme les églises, les banques font commerce de la foi !. Ironie supreme, Dans la parabole des talents, Jesus questionné sur la valeur d’une monnaie romaine répond très justement à son interlocuteur : qui figure sur la piece de monnaie ? C’est à lui qu’il faut s’adresser et non au ciel ! Désolé pour cet exemple incroyablement laique, car jésus dit en somme : ne mêlez pas dieu à l’état et à l’argent !. Quel expert en croyance et doinc en crédit ! Amène !

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko