Institutions et fiscalité

lundi 14 décembre 2009
par  Association pour une Constituante

Dans tout pays démocratique, la fiscalité doit poursuivre deux objectifs : permettre une bonne activité des services publics et répondre aux besoins de justice sociale. C’est parce que ce second objectif existe qu’il est généralement admis que l’impôt doit être progressif.
La fiscalité française était, depuis 1917, devenue progressive, c’est-à-dire que le taux de prélèvement augmentait avec le niveau de revenu. Mais, depuis une trentaine d’années, l’évolution s’est faite en sens inverse. La part de l’impôt sur le revenu dans les recettes publiques s’est affaiblie au bénéfice d’impôts proportionnels, en particulier les indirects (TVA, taxes diverses) impôts généralement appréciés des gouvernants puisqu’ils apparaissent indolores ; des impôts nouveaux ont été créés qui ne sont que proportionnels, en particulier la CSG (cotisation sociale généralisée).
Disons, sans que cette observation puisse avoir une portée totalement générale tant les exceptions sont nombreuses, qu’un salarié célibataire qui bénéficie d’un salaire annuel brut de 30.000 Euros sera taxé à hauteur de 36 %, celui qui bénéficie de 60.000 Euros brut à hauteur de 42% celui qui bénéficie de 120.000 Euros brut à hauteur de 48%. Remarquons que la CSG qui est strictement proportionnelle a désormais un produit supérieur à celui de l’IRPP, ce qui fait d’elle le plus important impôt. Ainsi la progressivité est désormais très faible et ne rétablit pas et loin s’en faut le minimum d’équité nécessaire. Précisons que ce calcul est effectué sans prise en compte d’un quelconque bouclier fiscal ou des nombreuses niches fiscales dont le bénéfice éventuel accroît encore la proportionnalité des prélèvements.
Finalement, les seuls impôts qui restent progressifs, à savoir l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) et l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) représentent, à eux deux, seulement 20% des recettes fiscales. Même si on leur ajoute l’Impôt sur les sociétés qui est très légèrement progressif, ils ne représentent tous ensemble que moins du tiers des recettes fiscales.
La Constitution ne dit rien, ou presque, en l’état, de la fiscalité. Le pouvoir actuel, qui n’est pas représentatif de la réalité sociale, n’en est que plus à l’aise pour faire dériver la fiscalité dans un sens favorable aux intérêts les plus puissants. Il ne faut pas se contenter de s’en plaindre. Il faut s’attaquer aux causes et remettre en cause une règle du jeu institutionnelle qui permet ces dérives sans contraintes. C’est bien l’objet d’une Constituante.


Commentaires

Logo de carola kaufmann
lundi 19 juin 2017 à 20h27 - par  carola kaufmann

non, l’impôt sur les sociétés n’est pas progressif. Il y a certes une base de 38 250 € soumis au taux de 15 % en fonction d’un certain chiffres d’affaires puis une imposition à 33,3% pour la différence du bénéfice déclaré (et non pas réalisé) pour les sociétés qui ne dépassent pas un seuil donné de chiffre d’affaires : c’est un système déclaratif soumis à contrôle. Cela étant il y a moins de 4 500 inspecteurs des finances publiques pour plus de 300 000 sociétés.

Quant à l’impôt sur le revenu, il tend à devenir profondément injuste. Si cela vous intéresse, je vous envoie mon exposé (qui a un certain succès). il a été vraiment progressif entre les années 1970 et 1977, et depuis, le nombre de tranches est passé de plus de 10 à 5 tranches.

cordialement.

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko