Vers un coup d’État fédéraliste

mercredi 12 mai 2010
par  Association pour une Constituante

« C’est une victoire de l’Europe », s’exclame Alain Minc après le « plan de sauvetage de l’euro » adopté par l’union européenne le 10 mai ; de leur côté, les habituels thuriféraires, Attali, Moscovici, etc, en appellent à plus d’Europe (« gouvernement économique », augmentation du budget européen). Le discours officiel se poursuit ainsi, ignorant tout, à commencer par les contestations. D’ailleurs, pour eux, la contestation est nuisible puisqu’elle fait peur aux marchés.

Ainsi, ceux-là même qui, à chaque étape de la construction européenne, ont poussé à la catastrophe actuelle, demandent aujourd’hui les pleins pouvoirs pour continuer. Aucune autocritique alors même qu’on serait en droit de s’inquiéter qu’une construction présentée comme si forte soit fragilisée par les difficultés d’un pays, la Grèce, qui ne représente économiquement pas grand-chose. Mais telle est la conséquence naturelle de la dérégulation mise en œuvre par les dirigeants durant les dernières décennies et soutenue par ceux qui demandent le pouvoir pour l’étape suivante. On remarque aussi que, à chaque fois, les peuples sont là pour payer les additions mais on n’envisage pas de leur donner un contrôle quelconque sur les plans adoptés ou les projets envisagés de « gouvernement économique ». Et s’ils renâclent comme lors du 29 mai 2005, on passe outre. Jusqu’à quand osera-t-on encore invoquer la démocratie ? La classe dirigeante continue de se parler à elle-même, de se faire peur, de se congratuler sans se préoccuper de sa représentativité.
On crée un drame, on suscite la peur, on se présente comme le sauveur. Ainsi en est-il des dirigeants européens. Voilà des années qu’ils mettent à bas la démocratie, la souveraineté populaire, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, au nom d’un libéralisme qui n’est que le cache sexe d’intérêts financiers de plus en plus minoritaires.
Nous sommes à un tournant historique. Jusqu’alors, nos sociétés étaient censées être régies par les principes démocratiques, les citoyens exerçant leurs droits de regard sur l’utilisation de ressources publiques et la volonté des peuples constituant le fondement des pouvoirs publics.
La construction européenne est l’instrument de la destruction de cette démocratie. Au nom d’un fédéralisme sans citoyens et de contraintes économiques qu’ils ont eux-mêmes créées, les dirigeants européens veulent une nouvelle étape dans la disparition des peuples et des nations dans un magma incontrôlable soumis aux seuls pouvoirs financiers.

En toutes hypothèses, une telle évolution ne saurait être acceptée sans l’aval des peuples concernés.


Commentaires

Logo de Croa
mercredi 18 décembre 2013 à 22h04 - par  Croa

Alain Minc ferait mieux de rembourser la Sécurité sociale qui a dépensé, inutilement selon lui, des milliers d’euros pour son vieux père malade. Apparemment, il ne vomit toujours pas en se regardant dans la glace chaque matin au lever. Ou alors il ne se lave pas.

Site web : L’odieux Minc
Logo de Samarina
mercredi 11 janvier 2012 à 00h47 - par  Samarina

De l’abstention dépend le succès des dirigent non représentatifs. Car si tout le monde vote on obtient un résultat réel indéniable. Avec une minorité votante il est bien plus facile d’obtenir, hypothétiquement, 51% de 30% de la population en age de vote. Les bulletins blancs sont ajoutés au compte du gagnant. Ce qui ne les dérange pas le moins du monde puisque ce vote de désaveux expire aux aurores.

Ce système est en place parce qu’il fonctionne. Pour les élites ! Il leur permet d’usurper le pouvoir en nous faisant croire à nos pseudo-liberté de choix politiques. Jeux que nous avons joué jusqu’à l’ivresse. Mais aujourd’hui nous nous réveillons avec la gueule de bois, nos acquis, si durement obtenus, sociaux, politiques et autres disparus, subtilisés par une élite oligarchique qui ne se cache même plus tellement elle est sure de notre faiblesse et de sa puissance arrogante.

Si le vote jouait en notre faveur, il serait immédiatement revu et corrigé, comme les retraites, la sécu, et autres. Il ne le sera...revue et corrigé...que lorsque nous cesserons de l’exercer.

Sans la coopération qui transforme les électeurs en collaborateurs de ses maitres par le biais du vote, le système s’écroule de lui-même. c’est bien pour cela qu’il est "politiquement incorrect" de le dire.

Logo de Sylvie Rabatel
jeudi 13 mai 2010 à 00h07 - par  Sylvie Rabatel

L’état a galvaudé sans bruit le pouvoir régalien de battre monnaie, puis l’Europe se met en place par coups d’état successifs, le dernier en 2005, et maintenant le budget de la France se fera à Bruxelles. Mais heureusement, en 2012, on pourra encore élire Miss France.

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko