L’Europe a faim, comment en est-elle arrivée là ?

vendredi 13 décembre 2013
par  René Chaboy

René Chaboy publie ici un article qui ne manquera pas de susciter des réactions.

***



L’Europe a faim.

C’est une enquête réalisée en Grande-Bretagne qui vient rappeler que la crise est toujours bien présente dans de nombreux pays.

Une lettre envoyée la semaine dernière au « British Medical Journal » par une association de médecins fait état de l’accroissement alarmant du nombre de personnes hospitalisées pour malnutrition lire la suite

Comment l’Europe en est-elle arrivée là ?

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, le modèle agricole productiviste français s’est construit au sein de l’Europe pour devenir, d’après les spécialistes, un des plus performants de la planète. Voici 70 ans que ce modèle rivalise avec les agricultures mondiales pour produire toujours plus et plus vite tout en nécessitant une évolution de matériel toujours plus sophistiqué.

De ce point de vue, l’agriculture française a permis la vente considérable d’engins agricoles, de transports et de conservation alimentaire ( réfrigération, congélation et irradiation) conjuguée à une consommation croissante d’énergie fossile et nucléaire dans une chaîne alimentaire de plus en plus longue et multiple ( transports routiers, maritimes et aériens) .

La politique de nos élites a toujours été fière de présenter ce modèle de techniciens , d’ingénieurs , et de chercheurs conseillant les exploitants agricoles de France, en le subventionnant largement au sein de la CE . La science matérialiste est devenue cette nouvelle religion qui malheureusement n’a pas protégé notre pays des grands géants d’exploitations de la planète ( Chine, Brésil, Argentine …) lesquels aujourd’hui commencent à faire plier un modèle devenu archaïque par manque de créativité politique.

Ces nouvelles divinités d’une science tout puissante au service des lobbies industriels et de la production de matériel sont bien incapables de remplir le contrat d’ « éradiquer la faim dans le monde ».

Cependant cette science toute puissante ne manque pas de moyens de propagande pour diriger la consommation populaire en la leurrant constamment . Du point de vue des intérêts des grandes firmes industrielles, la réussite est totale, mais du point de vue des producteurs, commerces et consommateurs, ce modèle est un échec , puisqu’il conduit les trois pôles de l’économie réelle à l’esclavagisme.

Les cultes de conseil nutritionnel masque cet échec en vendant une publicité payée par tous les contribuables, et malgré une mort .annoncée depuis des dizaines d’années le système politico-économique agricole continue à perdurer.

"Manger mal et manquer de nourriture" est devenu aujourd’hui le résultat mesurable d’une œuvre d’un modèle vénéré depuis des dizaines d’années par des élites politiques sans que nous ayons réussi à coopérer pour l’inverser et reprendre nos droits des peuples à se nourrir, à se loger et se cultiver.

La question du choix :

Elle se pose entre une alimentation respectant la biodiversité de la vie ou
une alimentation modifiée génétiquement oubliant l’être humain. La misère frappant aux portes de l’ Europe confirme qu’elle n’est plus l’exclusivité des pays du Tiers monde.

Cette question du choix nous interpelle à devenir citoyens du Monde en plus de citoyens Locaux pour résister à la convoitise d’une science sans conscience qui pointe les manipulations génétiques comme fatalité d’une solution finale qui s’avèrerait tragique .

L’alimentation devient plus que jamais une culture de l’être humain au centre d’une conscience élargie à l’univers complexe dont nous ne sommes que des enfants apprenant à mieux le connaître . Le respect de la vie dans sa biodiversité et celui des cultures des peuples deviennent incontournables, si nous voulons ensemble, éviter de sombrer dans un mirage d’une science sans conscience voulant tout expliquer par des formules binaires.

Faut-il financer les recherches d’ une science sans conscience ou la culture de la biodiversité ?

Les humains ne sont pas des rats de 70kg

Chaque jour, plus de 220 hectares de terres agricoles disparaissent en France, soit l’équivalent de 4 exploitations ( http://www.momagri.org/pdfpresse/Chaque-jour-plus-de-220-hectares-de-terres-agricoles-disparaissent-en-France-soit-l-equivalent-de-4-exploitations-moyennes.pdf )

A cela s’ajoute le parcours du combattant du producteur ne souhaitant pas participer à l’empoisonnement massif des consommateurs 30 000 euros d’amende pour avoir refusé de polluer ! ( http://www.bastamag.net/article3560.html )

Même les écologistes ont voté la loi sur les contrefaçons ici , ils ne participent pas davantage à une écologie pratique citoyenne. La formation professionnelle de l’EELV ( dont on nous rabat les oreilles dans le milieu associatif sur-subventionné) est perçue dans cette vidéo comme des magouilles. cliquer ici

La disparition du patrimoine français lié à la gastronomie alimentaire se rénovant à partir d’une production en biodiversité que les partis politiques et la presse nationale se refusent à soutenir afin de réaliser une transition de bon sens mais courageuse est-elle devenue fatale ? Le développement continuel du chômage et de la précarité avec l’effondrement de l’économie basée sur les circuits longs polluants est-il devenu insurmontable ?

Les partis politiques au service d’une presse devenue l’outil des grands lobbies trahissent en permanence une classe paysanne espérant encore en ce système incapable de se réformer et oubliant que le changement ne se fera pas sans les médias numériques engagés travaillant gratuitement pour la bonne cause . La bonne cause alimentaire celle de servir les consommateurs de plus en plus nombreux : soucieux de l’avenir de leur pays , de la terre et de leurs enfants doit dépasser une réussite strictement personnelle et ne peut être centralisée uniquement par une corporation de producteurs et de partis célèbres , cette bonne cause s’ouvre à tous citoyens de bonnes volontés ajoutant leurs savoirs et savoir-faire diversifiés à une économie qui se cherche pour une transition de la spéculation vers la conscience .

La presse nationale devenue l’amuseur public n°1 ne manque pas d’idées pour servir les lobbies minoritaires au détriment de la cause commune économique de nos territoires. Rien d’étonnant à observer une France en plein naufrage dirigée par des minorités d’intérêts personnels donnant des jeux à la foule en oubliant la cause commune d’existence reliant le maximum d’êtres humains au droit à bien se nourrir.

Servir une économie réelle ou une science sans conscience ?

Voir la grande kermesse du téléthon ( http://www.sylviesimonrevelations.com/article-la-grande-kermesse-du-telethon-121477606.html )


Commentaires

Logo de René Chaboy
jeudi 6 mars 2014 à 11h25 - par  René Chaboy

Réponse à Robert Hadjadj

Le réseau lien en pays d’OC est un mouvement de citoyens informant les consommateurs des dangers de l’empoisonnement alimentaire et du danger d’une science sans conscience du monde vivant qui en est la cause. Votre réponse toute faite « la science a toujours le dernier mot et cela n’a jamais empêché la terre de tourner » prouve votre pensée résignée ne voulant pas s’impliquer dans la bonne conscience de recherche avec des citoyens . La terre peut ne pas tourner « bien rond » sans que cette science enfermée dans son labo puisse voir qu’elle tourne de plus en plus mal à l’extérieur. D’où l’importance entre ceux qui voient de l’extérieur comme nos militants lanceurs d’alerte ; et les scientifiques fermés sur leurs dogmes de toute puissance garantissant leurs hauts salaires .Une société équilibrée doit être capable de sortir des points de vue de résignation mais au contraire prendre exemple sur les fondations de scientifiques et de citoyens cherchant ensemble : car ils vivent ensemble sur la même planète. Ces espaces sont des moyens de sortir des résignations toutes faites pour les dogmes contraires à la bonne discussion et par conséquent qui ne peuvent contribuer à l’évolution de la démocratie en toute responsabilité.

Notre mouvement ne recherche ni la polémique , ni les discussions sans fin avec des partis politiques ou des cercles repliés sur leurs propres idées.

Si vous pensez que la malbouffe dominant notre société résultant de cette science sans conscience est une bonne chose pour vous ne l’imposez pas à toute la société en pleine dégradation.

Bon appétit ! Mais ne m’invitez pas à me joindre à votre repas.

Bon appétit ! http://lifestyle.fr.msn.com/bien-vi... [➠http://lifestyle.fr.msn.com/bien-vivre/ies135-malbouffe-vegan-industrie-alimentaire-additifs-meconnus#6]

Le Guetteur en mission au Salon de l’agriculture

Lorsqu’il s’agit de savoir ce qu’il y a dans votre assiette, les Guetteurs sont toujours prêts à mouiller le maillot ! Cette fois, c’est en rencontrant directement les marques qu’ils sont allés à la pêche aux informations. lire la suite http://agriculture.greenpeace.fr/le... [➠http://agriculture.greenpeace.fr/le-guetteur-en-mission-au-salon-de-lagriculture]

Stop aux subventions à la pollution http://stopsubventionspollution.fr/ [➠http://stopsubventionspollution.fr/]

Les additifs alimentaires https://www.facebook.com/groups/299... [➠https://www.facebook.com/groups/29987241424/]

Logo de Chaboy René
dimanche 12 janvier 2014 à 10h57 - par  Chaboy René

merci pour votre réaction Monsieur Hadjadj
Je n’incrimine pas la production industrielle qui a la fin de la guerre 1939-45 a permis de sortir l’Europe de la famine , mais aujourd’hui cette agriculture a besoin de se réorienter , car contrairement à la baisse des coûts que vous évoquez , car vous ne la prenez pas dans sa globalité, la chaîne industrielle coûte très très cher à chaque citoyen.
Cet article a été envoyé a bon nombre de nos correspondants et a été soutenu
Entre insécurité alimentaire, obésité et famine : grandir en Humanité
L’empaquetage ne suffit pas pour garantir une sécurité alimentaire .
De plus il produit des tonnes de détritus qu’il faut recyler avec tous les dangers sanitaires auxquels sont exposés les employés à ces traitements voir ici , déchets infos actualités Autant favoriser la consommation d’ empaquetages bio dégradables et la création d’emplois plus sécuriséset instaurer la pollutaxe
http://www.lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=487:entre-insecurite-alimentaire-obesite-et-faminen-grandir-en-humanite-&catid=13:agenda&Itemid=59#.UtJgs_sQS5i

Logo de Robert HADJADJ
samedi 11 janvier 2014 à 00h22 - par  Robert HADJADJ

A force de vouloir réduire le "coût du travail", de détruire les services publics et les mécanismes de redistribution, il n’est pas étonnant d’arriver à une situation où certains n’ont plus les moyens de se nourrir correctement. Faut-il incriminer comme M. Chaboy, le "modèle agronomique productiviste Français" ? Je ne le crois pas. Les progrès de l’agro-alimentaire depuis cinquante ans, ont eu pour effet une considérable baisse du prix des aliments (au moins dans nos pays, en tous cas en France) et une diminution corrélative de la part des dépenses des ménages consacrées à l’alimentation (on a même vu, à l’inverse, une surconsommation d’aliments trop riches causer obésité et divers troubles de santé).
La science n’est pas une idole. On peut la définir de plusieurs façons. L’une d’elle est de la considérer comme la somme des connaissances (évidement provisoires) que nous avons sur le monde physique qui nous entoure (et effectivement, la science ne peut être que matérialiste). Ces connaissances sont indispensable pour agir sur lui (par exemple si on veut défendre l’environnement), et je ne pense pas qu’on puisse faire aujourd’hui d’agriculture sans tenir compte des données de la physiologie végétalre, de la génétique, de la chimie biologique, et j’en passe. Il n’y a pas d’alternative à la connaissance scientifique du monde matériel, sinon la pensée magique, ( shamanisme ou autre). Mais confrontée à une idéologie, la science a toujours eu le dernier mot et la terre a continué de tourner.

Claude Bizeau
Cercle de Montpellier pour une Constituante

Site web : Robert HADJADJ

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko

Constituants, comment les élire ?

Révolution française : souveraineté populaire et commis de confiance

Suite à l’émission du 18 novembre dernier animée par Louis Saisi et Michel Ezran sur Radio Aligre, l’historienne Florence Gauthier répond aux (...)


Cercle de Guéret - Contrôle et révocabilité des constituants

Le 29 novembre 2011, pour la préparation de la réunion publique à Romainville , le Cercle de Guéret avait déjà évoqué l’objet de cet article avec le (...)


Cercle de Bourges - Comment élire les Constituants ?

La Constituante.
Quel mode de scrutin ? Quel corps électoral ? Quelles incompatibilités définir ? Quelles conditions d’éligibilités au mandat de (...)


Comment créer une Assemblée Constituante et comment désigner les citoyens Constituants ?

Dans le cadre de notre débat sur le mode d’élection des constituants, Francis Lenne nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Comment créer une (...)


Les règles d’élection des constituants

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Laurent Loty nous donne ci-dessous ses propositions.
***
Les règles de (...)


Election des constituants. Il est interdit d’interdire ….

Dans le cadre de notre réflexion sur le mode d’élection des constituants, Pascal Geiger nous donne ci-dessous ces réflexions.
***
Il est interdit (...)


Élire une Constituante : Contribution du cercle de Montpellier

Dans l’ignorance de la situation politique qui permettra de convoquer une assemblée constituante, il nous a semblé qu’il faut d’abord affirmer (...)


Mettre en œuvre une Assemblée Constituante

Nous avons appelé depuis longtemps à une réflexion et à des propositions quant aux modalités d’élection des constituants. Le texte ci-dessous de (...)


Comment désigner les constituants, un point de vue.

Une Constituante aura, par définition, pour tâche l’écriture d’une nouvelle Constitution et sa soumission au peuple pour approbation ou révision. (...)


La Constituante : Pourquoi ? Comment ?

Le pourquoi d’une Constituante a déjà largement été développé sur ce site. mais il mérite d’être toujours plus rappelé tant il s’agit d’une Révolution dans (...)


Tunisie : quel mode de scrutin pour la Constituante ?

Après un premier forum “Pour une assemblée nationale constituante”, le 23 février 2011, la Faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales de (...)


De Gaulle et le processus d’une Assemblée Constituante

© Archives de l’Assemblée nationale - photo René Hélier
L’une des finalités de l’Association pour une Constituante est de proposer des modalités (...)


Une illustration du processus constituant

Dans le cadre de ses travaux, l’Association pour une Constituante vous présente une illustration des premiers jours de la Constituante, réalisée (...)


Election des constituants

Une Assemblée constituante ne peut être que le renouveau de la souveraineté populaire. Elle remettra donc fondamentalement en cause la situation (...)