Succès du colloque "Nation, Démocratie, Droit" au lycée Louis-le-Grand le 22 novembre 2014

samedi 29 novembre 2014
par  Association pour une Constituante

Vous trouverez ci-dessous un compte rendu rapide du colloque du 22 novembre organisé par l’Association pour une Constituante le samedi 22 novembre 2014. Vous trouverez par ailleurs en pièce jointe l’intervention de Florence Gauthier sur le thème général des relations entre Nation et Démocratie et, ci-dessous, un certain nombre de vidéos des intervenants au colloque.

***


Près de cent personnes ont participé au colloque organisé par l’Association pour une Constituante au lycée Louis-le-Grand à Paris, samedi 22 novembre.
Ce fut d’abord le salut chaleureux de Michel Bouchaud, proviseur du Lycée Louis le grand.

Les travaux ont ensuite été ouverts par l’historienne Florence Gauthier qui a retracé les grandes étapes de l’émancipation du peuple français depuis le Moyen-Age. Ce fut l’occasion de préciser les notions de « peuple », de « nation » ainsi que le concept de « souveraineté populaire ».

La première table ronde a réuni la présidente du Syndicat de la Magistrature Françoise Martres, le président du Syndicat des Avocats de France Florian Borg, et l’avocat honoraire Etienne Tarride. Le débat, qui portait sur l’indépendance de la justice, était animé par Vincent Sizaire, juriste, membre de l’Association pour une Constituante. Il est apparu que les gouvernements de droite et de gauche développaient des visions similaires de la justice, marquées par l’emprise d’une idéologie sécuritaire et la méfiance vis-à-vis des catégories populaires. Les intervenants ont formulé des propositions pour refonder une justice humaniste.

L’après-midi a permis d’aborder des questions directement politiques avec deux tables rondes, la première consacrée à l’influence de la construction européenne sur l’exercice de la souveraineté populaire. La chercheuse belge Corinne Gobin a souligné la logique destructrice de l’Etat social à l’œuvre dans les traités européens. Représentant le mouvement Notsocrazy, Matthieu Lietart s’est quant à lui arrêté sur le rôle des lobbies et les moyens de les encadrer. Anne-Cécile Robert est revenue sur la notion de souveraineté perçue négativement dans la pensée européenne dominante. La table ronde était présidée par Bernard Reygrobellet, président du club Nouveau siècle qui rassemble des gaullistes de gauche.

La dernière table ronde, animée par Jérémy Mercier, doctorant en droit, secrétaire général de l’Association, a permis de mesurer les entraves mises par la Constitution de la Ve République à l’exercice des libertés politiques. La députée Fanélie Carrey-Conte a ainsi souligné les multiples moyens à la disposition du gouvernement pour corseter le Parlement. Pour sa part, l’ancienne députée européenne Françoise Castex a relaté la difficile émergence d’une vie parlementaire au niveau européen. Le politologue de l’université de Lille, Rémi Lefebvre s’est quant à lui interrogé sur les méfaits de la professionnalisation de la vie politique.

Toutes les tables rondes ont été marquées par l’abondance des questions de la salle et l’appétit de débat des participants. En concluant le colloque, le président de l’Association pour une constituante André Bellon a rappelé que cet appétit était aussi la conséquence de décennies de débats interdits, notamment sur les questions européennes. Il s’est félicité de la vivacité des échanges qui prouvent que la citoyenneté n’est pas un mot creux mais l’exercice d’un droit d’autant plus important qu’aujourd’hui les électeurs sont dépendants d’institutions autoritaires. Ce constat renforce selon lui la nécessité d’élire une Assemblée constituante en France afin que le peuple retrouve le plein exercice de sa souveraineté.


Anne-Cécile ROBERT, vice-présidente de l’Association pour une Constituante, professeure associée en droit européen à l’université Paris VIII  :

Fanélie CARREY-CONTE, députée à l’Assemblée Nationale (PS) :

Françoise CASTEX, ancienne députée européenne (PS) :

Florence GAUTHIER, Historienne, spécialiste de la Révolution française :

Françoise MARTRES, Présidente du Syndicat de la Magistrature :

Florian BORG, Président du Syndicat des Avocats de France :

Matthieu LIETAERT, Réalisateur du film "The Brussels Business" et docteur en sciences politiques  :

Rémi LEFEBVRE, professeur de science politique à l’université de Lille II :

Corinne GOBIN, Maître de recherche (FNRS) en sciences politiques à l’Université libre de Bruxelles :

André BELLON, président de l’Association pour une Constituante :

Vidéos : Krap


Documents joints

Word - 125.2 ko
Word - 125.2 ko

Commentaires

Logo de André TOUJA
samedi 29 novembre 2014 à 18h33 - par  André TOUJA

Il est en effet un lieu commun de dire que nos institutions actuelles sont à bout de souffle.
L’exercice de la démocratie ne peut continuer à prospérer sur des bases surannées. Le vote des citoyens participant à l’élection de leurs représentant n’est pas une fin en soi comme cela existe encore. La souveraineté a acquis un "statut" différent de celui que nous connaissons aujourd’hui du fait de l’évolution des savoirs, des moyens d’expressions et de l’implication au quotidien du citoyen dans la gestion de son environnement social et républicain.
La démocratie doit donc se vivre au quotidien et non être appelée seulement au moment du renouvellement des représentants du peuple. Ces derniers sont bien souvent coupés des réalités locales, trop absorbés par un conformisme pour ne pas dire un confort institutionnel qui les plonge parfois dans une "cécité et un autisme" démocratiques qu’ils en oublient leur ardente obligation au regard de la souveraineté du peuple.
Il convient donc de mettre en place des institutions et des procédures d’exercice de démocratie et par là même d’expression de la souveraineté dans le respect d’une "subsidiarité citoyenne" au plus près du peuple qui est en droit de s’exprimer dans les moments graves et sérieux de la vie républicaine nationale ou locale.

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko