Plus uni que moi, tu meurs !

samedi 21 février 2015
par  André Bellon

Les évènements se suivent et se ressemblent. Après l’union nationale contre le terrorisme prônée par le Président de la République, les jours derniers ont vu les appels au Front républicain contre le Front national dans le Doubs, puis à l’Union autour du premier ministre pour voter la loi Macron.

Il est évidemment bon de vouloir rassembler autour des valeurs républicaines, pour la sécurité publique ou pour la laïcité et, de façon générale, pour l’intérêt national.

Encore faut-il que ces appels soient autre chose que des cris d’opportunité ; encore faut-il qu’ils soient liés à une véritable politique de défense des principes proclamés ; encore faut-il qu’ils permettent de donner enfin la parole et la maîtrise des choix aux citoyens à qui on demande de se rassembler. Union de qui, autour de quoi ? Le Front républicain est-il un Front ? Est-il républicain ? L’asservissement du Parlement est-il républicain ? L’onction du suffrage universel, faut-il le réaffirmer, ne confère pas, en République, une autorité sans contrôle.

Les discours sur l’union sont trop souvent le paravent qui cache des tactiques destinées à rassembler simplement la classe politique : union discutable si elle n’est que jeu d’appareils ou enjeux électoraux, en tout cas pas républicaine par principe. Car les dernières décennies ont souvent montré la convergence des principales forces politiques autour des visions communautaires plutôt que laïques, sur l’assujettissement aux intérêts financiers plus qu’au respect des aspirations populaires, sur un désir monomaniaque de soumission à une vision féerique de la construction européenne plutôt qu’à une quelconque prise en compte des intérêts nationaux.

Ce n’est pas que le peuple, souverain parait-il, ne s’intéresse pas à la politique. C’est qu’il ne ressent pas la décision publique comme s’intéressant à lui, qu’il la vit comme une chose extérieure, ce qui n’est évidemment ni républicain, ni démocratique. Est-il utile de rappeler le 29 mai 2005 et le coup d’état qui a suivi ? Sur des bases pareilles, appeler au rassemblement ne peut au mieux n’être qu’un feu de paille, plus fondé sur une émotion que sur une adhésion, et donc contreproductif une fois la crise passée. Pire, ce peut être un appel à la discipline, à la sanction de toute contradiction, comme l’a démontré et même affirmé Manuel Valls en utilisant l’article 49-3 le 19 février.

Si nous insistons depuis dix ans sur la nécessité de l’élection au suffrage universel d’une Constituante en France, c’est pour rappeler les symboles qui, dans l’histoire de France, ont marqué la recherche d’une vraie légitimité démocratique populaire et la nécessité de rassemblements porteurs de sens dans des phases de crise profonde.

C’est parce qu’en dehors de cette option, l’absence de vrai débat va finir par officialiser la conception autoritaire de la politique. On n’en est pas loin.

Il est encore temps de réagir.


Commentaires

Logo de Troy1
dimanche 22 février 2015 à 04h31 - par  Troy1

La "classe politique" a choisi le parti de Tartuffe : comment interpréter autrement d’avoir appelé à l’ "union contre le terrorisme" ?... Au nom de "Charlie", journal subversif, recruter de nouvelles troupes comme mercenaires du Pentagone !... Les libertaires , "Héros" des libertés frelatées et tarifées qui coulent depuis Washington !... Les Anarchistes, dieux des nouveaux bureaux des janissaires du Libéralisme !...Une caricature l’avait prédite sur une couverture du magazine "Actuel" , la première série "gauchiste" , "freaks" et "underground" des mouvements de jeunesse US ( Yippie, Weathermen ...) des années 70 !...

Ce n’est pas la seule prédiction ( à rebrousse-poil ) : il suffit de consulter "Télé 7 jours" ( "journal le plus lu en France" ) qui annonçait pour l’émission l’émission "Complément d’enquêtes" sur France 2 du jeudi 8 janvier comme thème l’inquiétude des citoyens face aux agressions toujours plus nombreuses de la Police !...
En 24 heures, un revirement complet à 180° opéré par les médias !... "Cul par dessus tête" ( comme dirait Mme de Sévigné ), un "renversement d’alliances" comme on les découvre dans les cours d’Histoire !... Pour les simples citoyens, c’est inédit !... Je garde précieusement cette preuve que les médias sont vraiment des prostitués complètement aux ordres des régimes en place !... ( Quoique je me demande si Benoît Duquesne aurait marché dans cette infamie ?...)
Cependant, une telle imposture illustre bien que les bases sociales actuelles ne cessent de se fragiliser, tandis que les escroqueries progressent comme autant de cancers menteurs !... Détail "étrange" : la chaîne du Sénat n’avait pas changé sa programmation et diffusa le doc. sur Madoff, "l’homme qui valait 65 milliards" !... Quant on reconnaît ses "muses" ....

Logo de Germinal
samedi 21 février 2015 à 16h05 - par  Germinal

Nous ne sommes plus en démocratie, l’utilisation de l’article 49-3 en est la preuve entre autres. Je ne comprends pas la passivité du Peuple bafoué comme il ne l’a jamais été.
Il faut dire que tout est fait pour l’abrutir ; surtout les émissions de télé on ne peut plus débiles, sans parler du spectacle sportif ! Qui se lèvera pour l’aider à se libérer ? Bien sûr il serait préférale qu’il le fasse de lui-même comme il l’a montré le 11 janvier.
Peut-être nous surprendra-t’il comme ce fut le cas lors des révolutions ? Il ne faudrait pas trop attendre car le piège se referme de plus en plus...

Logo de christian berthier
samedi 21 février 2015 à 14h02 - par  christian berthier

En fait, nous y sommes ! Dans son allocution de janvier 2014, derriere les diversions du scooter et de Dieudonné, le président Hollande avait clairement et en toutes lettres brandi la manace de recourir à tous les instruments anti-democratiques de la constitution de 1958 du "coup d’etat permanent". Nous avons fait semblant de l’ignorer, élections municipales et ron-ron parlementaire suffisaient à remplir la media-sphere. Poursuivant sa mise en l’entonnoir des élus, Hollande recrutait Valls-le-spadassin et bouclait la contre-réforme territoriale au prix de promesses qui n’engageaient que les élus qui voulaient y croire, promesses verbales des préfets à la clé. Le recours au 49-3 et les abstentions opportunes des députés en disaient assez sur la violence des uns et la veulerie des autres. Maintenant, les choses et les pensées sont claires. il est vain d’attendre des élus et de l’apparence républicaine des institutions. Le peuple ne peut plus compter que sur lui même. Il le prouve en envahissant par millions les rues en janvier et en refusant massivement de voter pour tous les partis. FN compris qui ne fait que bénéficier de l’abstention des ex-electeurs de l’UMPS. Même le "Front de gauche" se prend au jeu...qui est justement payé de retour par des scores très faibles. Il est vain d’implorer plus de démocratie de la part de ceux qui la foulent aux pieds. Comme par le passé, le peuple va se saisir d’un évènement auparavant "ordinaire" pour se remettre en mouvement et se reunir. Les cadres politiques encore subsistant depuis la revolution française, les assemblées communales et departementales recevront l’essentiel de leur volonté de reprendre en main la republique, sans exclure les lieux de travail, chantiers, usines et bureaux. Ceci n’étant pas un appel, mais une simple prévision.

Logo de Francis Lenne
samedi 21 février 2015 à 10h48 - par  Francis Lenne

Ce ne sont pas les partis politiques qui définiront les principes de l’union : par construction, les partis divisent ! La parole doit bien être donnée aux citoyens, mais par qui, puisque les partis leur ont dérobé le pouvoir ? Faudra-t-il faire valoir le droit constitutionnel de résistance à l’oppression ?

À signer ! Présidentielle NON - Constituante OUI

PNG - 3.8 ko

Remplaçons en 2017 l’élection présidentielle par l’élection d’une assemblée constituante !


Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko