18 mars 2017 : tous les candidats sont connus. Au-delà des manifestations et des meetings, agir pour une Constituante.

samedi 18 mars 2017
par  Association pour une Constituante

Alors que Jean-Luc Mélenchon appelle à une manifestation le samedi 18 mars à la Bastille, certains citoyens nous demandent à nouveau pourquoi l’Association pour une Constituante ne se joint pas au mouvement. Certains vont même jusqu’à nous sommer de le faire. Drôle de manière d’être insoumis !

Quitte à nous répéter, nous tenons à réaffirmer notre position.

Seule une démarche cohérente dans ses objectifs, ses moyens et ses valeurs, est porteuse d’avenir. Or, l’élection présidentielle, personnalisante et clivante par nature, est selon nous contradictoire avec la refondation de la démocratie, qui est par essence collective et rassembleuse. Il ne suffit pas à tel ou tel candidat de se dire porte-parole du peuple pour l’être, il ne suffit pas de brandir des drapeaux tricolores pour résumer à soi seul la nation dans un seul bulletin de vote. Notre objectif est la reconstitution du peuple au-delà des affrontements partisans. Ce n’est pas que nous soyons favorables ou hostiles à tel ou tel programme. Simplement, nous ne posons pas notre action sur ce terrain-là.

Appeler à une 6ème République n’est pas crédible, en finir avec la « monarchie présidentielle » n’est pas crédible, si ces appels sont lancés au milieu des chausse-trappes inhérentes à une campagne présidentielle (suivisme sondagier, peopolisation, embrigadement des électeurs, etc.). L’enrégimentement inévitable dans une campagne présidentielle caractérise une démarche qui s’affirme sur une contradiction : libérer les citoyens en exigeant d’eux qu’ils accordent un chèque en blanc à un seul homme dont on attend – par quel miracle ? – qu’il échappe aux défauts de ceux qui l’ont précédé. Combien de candidats, depuis le début de cette campagne électorale absurde, ont-ils affirmé « vouloir le pouvoir pour nous le rendre » ? Combien avant eux avaient dit la même chose ? Au-delà de la cohérence intellectuelle, de l’exigence morale et du courage dans l’humilité que demande une telle démarche, chacun doit se demander si l’implacable logique institutionnelle donne une quelconque crédibilité à cette proclamation. Il est stérile de vouloir conquérir la liberté avec des instruments liberticides.

Nous considérons que le combat pour le changement institutionnel doit être l’œuvre du peuple tout entier au travers d’une Constituante élue au suffrage universel. Il n’est pas question qu’un candidat quelconque donne par avance la réponse institutionnelle.

La sincérité dans l’appel à une Constituante implique d’affirmer avec la plus grande fermeté que celle-ci ne saurait résulter de l’élection présidentielle. En effet, ce scrutin mélange adhésion à un personnage, programme présidentiel et, dans le cas précis, appel à une Constituante. Elle lie donc le soutien à la Constituante au soutien à un programme. Elle n’est donc pas rassemblement du peuple, mais rassemblement autour d’options, justes ou pas. Sa légitimité est liée à celle d’un programme et son influence au score d’une personnalité. Elle serait donc inévitablement octroyée par le vainqueur et non conquise par le peuple.

Si le thème de la Constituante a pris de l’ampleur, c’est au travers des multiples initiatives citoyennes qui se développent et se cherchent un peu partout en France. Il n’est pas question d’en chercher la valeur dans l’élection phare d’un système moribond, mais dans la reconstruction de la démocratie autour des mouvements de citoyens libres et hors des contraintes européennes ou nationales pour qui le peuple n’est qu’un être dont elles nient la souveraineté.


Commentaires

Logo de André Bellon
dimanche 19 mars 2017 à 18h21 - par  André Bellon

En réponse aux quelques messages ci-dessous, je rappelle que notre rôle en tant qu’Association pour une Constituante n’est pas de prendre position dans les compétitions électorales, mais de défendre une idée : l’élection d’une Assemblée constituante en France.

Notre travail, entamé il y a dix ans, semble porter ses fruits puisque plusieurs candidats défendent désormais cette idée. Dans la perspective qui est la nôtre, c’est-à-dire rassembler tous les citoyens quelles que soient leurs opinions partisanes, il n’y a donc aucune raison pour changer nos méthodes. Il serait même contreproductif de lier le sort de la Constituante à l’élection présidentielle, à un candidat (lequel d’ailleurs ?), à son programme et à son résultat.

Nous restons sur la position émise dans l’Humanité (Voir http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1275 )

Logo de trazibule
dimanche 19 mars 2017 à 13h52 - par  trazibule

Bonjour à tous

Ce n’est pas par la seule théorie qu’on avancera vers une constituante mais en soutenant celui qui le propose, oui, c’est sûr, il peut y avoir encore trahison, cela reste assez difficile avec un mouvement qui s’honore du titre d’insoumis, vous ne pensez pas ?
Et si nous ne cassons pas la logique actuelle qui continue toujours à nous faire peur avec un FN pour nous faire accepter le pire libéralisme rien ne changera sauf un FN qui engrangera encore plus de voix.
C’est la bêtise des moutons qui par peur d’être mangé par le loup se précipitent dans les bras des bergers qui eux finissent par tous les bouffer dans leurs méchouis !
Regardez le cheptel proposé :
Les « Républicains » qui méritent si peu leur nom, nous fourguent un cumulard en absence de morale et de légalité qui en plus nous fourbit un programme catastrophique pour le pays et conduit à la misère sociale.
Les barons socialistes du PS qui nient les votes de leurs propres adhérents et se réfugient dans la course aux postes en s’inféodant pour beaucoup à Macron
Un Hamon qui rassemble mal ses électeurs ni son programme, englué par son parti qui a tant trahis.
D’autres plus anonymes, plus sincères qui sont étouffés par le silence médiatique et n’ont pas été assez roublards pour de se faire entendre.
Une grande gueule qui attend, tapie derrière ses mensonges, le moment de se ruer sur la France en méprisant la justice, l’histoire et la paix.
Le battage médiatique nous vends au milieu une tête de gondole fabriquée sur mesure par le cac40 et rassemble sans rire de Madelin à Hue ?
L’injustice est telle dans les médias, les sondages, l’économie, les lois, la morale que même les juges qui tentent de faire leur travail en deviennent litigieux !
Et la planète qui se meure chaque jour un peu plus dans nos déchets et gaspillages…

A voir ces politiciens professionnels se disputer le gâteau solidaires entre eux, chaque famille ayant son journaliste, son politicien et son banquier, je caresse l’espoir que l’un d’entre eux ayant eu assez de métier pour réussir ai gardé assez de morale pour accomplir le grand ménage de nos institutions.
Ah oui on va me dire que c’est de l’utopie, mais je constate que tout ce que j’ai de bien aujourd’hui est issu des utopies d’hier, et mes rêves d’étique sont plus agréables que leur pragmatisme.
Je veux une constituante, car si depuis des années je propose des solutions pour son contenu, je veux au moins avoir tout fait pour cela et même espérer en être !

Non je ne suis pas d’accord la liberté ne se prend pas elle s’apprend : voir lien http://www.trazibule.fr/liberte.php.

Trazibule

Logo de bertre
dimanche 19 mars 2017 à 13h01 - par  bertre

Nous sommes tous d’accord, une Constituante est nécessaire, indispensable incontournable.
Nous sommes aussi, de plus en plus nombreux à penser que le système de monarchisme-mafieux de la Vae est intolérable.
Nous savons que des centaines de mouvements réinventent, chacun de leur coté, sans lien , caparaçonnés dans leur égo, une démocratie que, dans leur volonté de manifester leur intellectualité, (encore l’égo, toujours lui !!!), ils veulent écrire eux-même. Une fois écrite LEUR constitution, ils la défendent bec et ongles comme on encense une équipe de foot.
Ces démarches sont anti-démocratiques par essence. En effet, qui peut écrire la constitution, sinon la Nation assemblée. C’est à dire avec une forme consensuelle nationale et dans les respect de la démocratie.
Le régime des partis n’est pas démocratique. Dans l’état actuel de notre civilisation, la représentation de la Nation par des partis politiques s’accompagne de tous les mots dont la société souffre. En premier, il y a l’oligarchie dont les buts (formalisés au Bilderberg), consistent à affamer les populations pour accumuler vers eux tout ce qui se trouve dans le monde.
Les politiciens sont les complices de ce crime contre l’Humanité. Ils abaissent la démocratie au choix d’une palette de tyrans triés sur le volet dans des sectes qui ne représentent même pas 1% du corps électoral. Si on ajoute le fait que leur maintien de la paix sociale ne se fait essentiellement qu’à coup de trique alors on a bouclé la définition du fascisme.
Les médias ont tout appris de Goebble. La propagande qu’ils vomissent à chaque heure du jour permet d’abêtir la population pour qu’elle accepte cette fable abjecte de la démocratie.
Alors on peut se dire comme les chinois " assied toi au bord de la rivière, un jour tu verra passer le corps de ton ennemi". La sagesse est toujours défendable, mais elle s’apparente trop souvent à une résignation.
Surtout que, en l’occurrence, nous avons affaire à de graves urgence.Dans quelques années le néolibéralisme aura aggravé de beaucoup la misère de la population et les 1% qui possédant 50 % de tout, possèderons sans doute 90%. Comme on considérera que les animaux sont aussi des être humains, on trouvera très logique que la plupart des êtres humains ne sont rien de plus que les animaux. A partir du moment ou les oligarques auront leur petite réserve de serviteurs, ils seront en mesure de considérer que 80% de l’humanité n’a aucune utilité et que son extinction en tans qu’humains est une hypothèse tout à fait souhaitable.
Il y a une autre urgence. Le climat se détériorer très rapidement. L’économie capitaliste mondialisé et la surconsommation considéré comme un remède à la misère, sont les principaux facteurs du dérèglement climatique, avec, sans doute, l’absence de démocratie dans les normalisations à l’échelle mondiale.
Seule un sursaut démocratique peut contrarier ces projets très bien organisés par les maîtres du fascisme économique que sont de Castrie, Rothschild et leur clique de malfaiteurs.
Alors ! Attentisme sans solution ou tentative de saisir une opportunité.
Nous savons tous que les institutions pourries que nous subissons, ont tous les moyens de nous empêcher de remettre en cause leur fausse démocratie. Nous le voyons bien dans la campagne actuelle ou des personnages quasi hitlériens, récupèrent tout ce qui se dit dans les mouvements démocratiques. On le vois aussi dans la marginalisation de ce qu’ils nomment " les petits candidats", ignominie suprême !
Jamais l’oligarchie ne laissera la Nation se doter d’institutions qui seraient susceptibles de remettre en cause leur plan d’élimination de 75% de la population mondiale.. Arrêtons de rêver que nous allons développer des " thinks tanks" et qu’un jour comme par les trompettes de Jéricho, les murs du fascismes vont s’écrouler.
Pour parvenir à modifier les institutions il n’existe que 2 solutions :
La première c’est l’insurrection. Il y faut du courage et des moyens matériels. Il faut, aussi, accepter la violence. Son avantage, c’est que la mobilisation de tout le Peuple n’est pas indispensable.
Mais il faut en avoir, comme dit l’autre
La seconde c’est la voie Mélenchon : "je profite de ma notoriété pour me faire élire . Quand je suis président, j’ai le droit de réunir une constituante et je le fait". C’est la seule voie légale. Se servir de la bêtise du système pour supprimer la bêtise. Le cheval de Troie. Opposer la ruse à la force brutale du fascisme.
Bien sur, on ne sait pas si il sera élu. Le risque existe.
On ne sait pas non plus s’il est sincère. C’est un vieux briscard de la politique et il a, sans doute attrapé des automatismes peu élégants.
Mais cette fois-ci, nous n’avons pas le choix. Ce n’est pas Charlotte Marchandise qui va faire le job
Nous avons tenté de lancer un candidat de la société civile qui aurait emporté l’adhésion, c’était le moment. Mais l’égo grossier des patrons d’associations a fait avorter la chose.
Il ne reste que Mélenchon pour tenter ( je dis bien TENTER) de faire renaître l’espoir. Si cela avorte, il nous restera le possible de continuer à combattre la caste et on regrettera notre échec.
Mais au moins, on aura notre conscience pour nous de n’avoir pas soufflé cette faible lueur d’espoir.

Logo de Louis SAISI
dimanche 19 mars 2017 à 10h08 - par  Louis SAISI

Il me semble néanmoins utile de dire, quelles que puissent être par ailleurs nos réserves légitimes et constantes, en ce qui nous concerne, sur l’institution présidentielle elle-même, que ces "présidentielles" constituent au moins un temps fort et privilégié au plan politique - et non à un niveau purement intellectuel - pour promouvoir le changement de la donne politique dont nos concitoyens éprouvent l’ardent besoin. Alors, quels que soient le cadre - ici politique - et les formes utilisées - le rassemblement, et le défilé pour une 6ème République, hier, samedi à Bastille, autour de Mélenchon -, il est évident que l’ensemble des actions développées pour le changement de nos institutions monarchiques et pour le renouvellement de la même classe politique, qui nous gouverne depuis plusieurs décennies, ne peuvent être que saluées comme rencontrant nos propres aspirations et celles de tous les citoyens militant, comme JL Mélenchon lui-même, pour la convocation d’une Constituante pour entrer dans une nouvelle République, plus démocratique, généreuse et sociale. De ce point de vue, qu’on le veuille ou non, force est de constater que JL Mélenchon, qui est un homme politique de conviction, contribue à la lutte pour le changement politique et social dont notre pays a besoin. Et tous ceux qui appellent de leurs vœux une Constituante pour accoucher d’une Nouvelle République doivent au moins lui rendre cette justice élémentaire ! Regardons plutôt ce qui nous unit par-delà les voies différentes que les uns et les autres nous proposons et empruntons, et reconnaissons modestement, sans ombrage ni revendication sourcilleuse de paternité, que d’autres peuvent emprunter d’autres voies que celle préconisée ici par l’Association pour une Constituante qui, pour aussi estimable, constante et méritoire qu’elle soit, n’épuise pas le sujet qui est un SUJET EMINEMMENT ET FONDAMENTALEMENT POLITIQUE qui intéresse donc, AUSSI, les hommes politiques, ce qui ne veut pas dire forcément que tous les hommes politiques, dont certains sont de surcroît en accord, au moins sur le fond, avec un certain nombre de nos idées, soient des "politiciens" voulant nous enfermer ou nous piéger dans un débat qui serait exclusivement "politicien" et donc suspect {a priori}. Evitons les crises de paranoïa collective et sachons RAISON garder ! Salutations fraternelles et citoyennes !

Louis SAISI

Logo de André Bellon
dimanche 19 mars 2017 à 09h56 - par  André Bellon

Certes, le chemin est difficile, mais je considère qu’il n’y en pas d’autre sauf à officialiser la dictature (Voir article du Monde diplomatique "Bonapartisme ou Constituante").

Certes, le chemin peut (je dis bien "peut") être long, mais, comme le dit Samsagace dans le seigneur des anneaux : "C’est toujours le boulot qu’on ne commence jamais qu’on met le plus de temps à terminer".

Logo de troy1
dimanche 19 mars 2017 à 05h05 - par  troy1

Votre position "d’insoumis" ,voire de "Blanquiste " ou de "Communard" m’agrée tout à fait : ma plate-forme politique est très simpliste : l’application pour la totalité du genre humain de l’article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et de du Citoyen du 19 juillet 1789 (pour les animaux, on verra plus tard ...) !... Ensuite, restauration du programme du CNR de 1945 et applications des Ordonnances du Gouvernement Provisoire ainsi que ( facultatif ) la reconstitution de la "Garde Nationale" ( FFI/FTP) !...

La colère sociale ne peut plus être niée : une assemblée , digne du "Serment du Jeu de Paume" , explosive, dangereuse, "folle", doit s’instaurer pour "restaurer" la Démocratie !... En 1815-1820, la "Restauration" (royaliste ) , alias "Terreur Blanche" fit couler quelques fleuves de sang !... La "Constituante", mouvement explosif , a généré une guerre de 120 ans ( jusqu’à la Révolution d’Octobre 1917 ) !... Seule, elle peut prouver la vitalité du mouvement démocratique , capable un jour de résister aux pires manigances des "Puissances d’Argent" et de provoquer leur dégénérescence : quel soulagement pour des milliards de malheureux quand "l’Oncle Picsou" sera cloué au lit avec une fièvre mortelle !...( le mythe Disney lui-même aura disparu !...)

Le 23 avril, c’est le pourcentage d’abstentionnistes que je considérerai : il "orbite" actuellement à 55-60% de l’électorat inscrit !... Ce qui correspond à un véritable état de grève larvée de la Démocratie !... Ce qui est bien plus préoccupant qu’une "ascension" sans surprise du retour au maréchalisme dans notre pays : les populations particulièrement réacs de nos ex-colonies ayant été rapatriées, quid de surprenant ?... Les immenses sacrifices consentis n’ayant qu’apporté que désillusions aux grands espoirs sociaux, les "esprits de Gauche" ont fini par se réfugier dans un attentisme qui correspond au taux d’abstentions actuels : il est facile de constater qu’un "glissement" s’est produit entre les abstentionnistes "pêcheurs à la ligne" des années 50 et 60 ( 10 % ) et la longue "usure" de l’électorat actuel !... Le "Peuple de Gauche" refuse de rejoindre les urnes !... Il faudra un revirement "subit" , un processus révolutionnaire "rajeunissant" pour lui faire changer d’avis !... Le dernier "coup de blues" date de mai 2002 : tel un Danton, Lionel Jospin peut se voir "sommer" de reprendre le Pouvoir à la tête ... d’une Constituante !... Des dirigeants "à poigne" devraient surgir ... ou resurgir, tel le très médiatique Bernard Tapie !...

Site web : O
Logo de Andrée Battaglieri
dimanche 19 mars 2017 à 03h55 - par  Andrée Battaglieri

Certainement, André Bellon, une liberté ne se donne pas, elle se prend !

Attendons donc que s’organisent ces comités citoyens, et, qu’aspirés par un vent nouveau, les plus lointains de ces préoccupations viennent donner leur point de vue sur ce qu’ils aimeraient voir inscrit dans la constitution.

Pendant ce temps l’ancienne constitution s’appliquant, elle restera aux mains de ceux qui la dévoient déjà aujourd’hui et qui se feront un devoir de précipiter ce qu’il reste d’état dans le marché mondial. Ils ont tout ce qu’il faut pour faire taire les plus vaillants qui tenteraient de s’opposer mais qui s’opposeront quand même, ou fuiront. Et jusqu’où devrons-nous fuir ? Ou entrer en nous-même ? Ou manquer d’air et d’eau ? De nourriture saine ? À quoi faut-il que nous soyons réduits, et quand bien même ouvririons-nous enfin les yeux sur l’injustice dont nous sommes victimes, aurions-nous encore la force de réagir ?
Je ne suis pas aussi optimiste que vous quant à la capacité de beaucoup de nos concitoyens à imaginer possible un monde meilleur tant que brilleront les écrans de la télévision des marchands d’armes.

Il faudra bien être nombreux pour l’écrire cette constitution qui devra être acceptée par un maximum de personnes si elle doit être présentée au suffrage universel. Et dans ce système d’avant l’assemblée constituante qui empêcherait la propagande opposée de ceux qui sentiraient, à juste titre, leurs intérêts en danger ?

Je sais, pour en faire partie depuis bien longtemps qu’il existe une résistance active et initiatrice de bien des projets humanistes ouverts et bienveillants dans ce pays et souvent j’ai eu l’impression que c’était la seule solution politique : faire à son échelle, à son niveau, améliorer le monde dans l’espace et le temps qui nous est dévolu. Et j’ai encore parfois l’impression que ces mouvements alternatifs sont en grande expansion et c’est aussi pourquoi je redoute de voir arriver un Macron (a minima ? pas sûr, car de lui ou de Le Pen je ne sais qui est le plus dangereux), l’un, l’autre ou un troisième qui briserait tout élan citoyen en nous focalisant sur d’autres urgences comme quelque guerre, externe ou interne, ou les deux à la fois, puisqu’il n’est question aujourd’hui que d’Europe de la défense ! Visiblement les vieilles idées renaissent de leurs cendres, pour sauver l’économie, rien de tel.. Et en passant, nous vendre les traités transatlantiques et la dérégulation généralisée au profit de la concurrence libre et non faussée.. C’est ça qui nous attend. Et je n’ai pas envie de guerre civile.

On ne peut pas faire comme si l’on ne savait pas, moi aussi je le pense, en l’occurrence.
Même si en théorie vous avez raison de dénoncer la contradiction, Mélenchon est le seul éligible qui ait de réelles propositions sociales et écologistes. Je lui accorde ma confiance. Je ne vois pas d’autre issue à la situation actuelle. C’est une carte blanche, mais je préfère la lui donner que la laisser à ceux "qui nous jurent la guerre, qui nous promettent torture et prison"*, en tout cas misère et souffrance.
Bien respectueusement,
Andrée Battaglieri

*"Les gens épouvantés
Fuient le mal qui est en eux
Quand vous en croisez un dans le désert
Il trouve encore moyen de détourner les yeux
Car son frère lui fait peur
Il a honte de son frère
Alors il se précipite en pleurant
Dans les bras du premier Colonel Papa venu
Qui lui jure la guerre
Qui lui promet torture et prison
Pour celui qui a fait à son rejeton
L’affront d’un regard
L’affront d’un regard d’amour"
J. Higelin Alertez les bébés

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko