Le va-et-vient des privilèges

mardi 4 août 2009
par  André Bellon

Il est de bon ton de célébrer le 4 août, anniversaire de cette nuit de 1789 où furent abolis les privilèges. Cette commémoration est d’autant plus large qu’elle est en général parfaitement aseptisée. La seule manière sérieuse de rappeler cet évènement consisterait plutôt à dénoncer le retour en force des privilèges aujourd’hui. À l’heure où un Président omnipotent rétablit des avantages fiscaux pour les plus riches, mais s’attaque aux droits de catégories populaires, où l’ascenseur social n’existe pratiquement plus, mais où on prétend lutter contre les injustices grâce à des gestes de charité bien ciblés, où on culpabilise les classes moyennes tout en encensant les rentiers, ce serait là une preuve de vitalité de la République.


Commentaires

Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

Trouvez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>REJOIGNEZ - NOUS

Demandez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel direct pour changer le jeu politique

JPEG - 11.2 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1848-1946

JPEG - 2.6 ko
L’ASSOCIATION POUR UNE CONSTITUANTE sur Facebook