Démolition programmée de l’école publique

mardi 12 juillet 2011
par  Jack Proult

Nos amis Jack Proult et Jean-Pierre Thuleau, membres du cercle d’Angers et militants de l’école publique, publient ci dessous un article relatif à la situation de l’école publique.

Aujourd’hui, les prétentions pour l’École sont au plus bas. Elles sont faites de renoncements et d’adaptations au système libéral. Tous, élèves et enseignants, parents et salariés, en pâtissent.
Les yeux rivés sur les agences de notation, le gouvernement approuve les directives européennes et le pacte pour l’euro qui préconise de réduire les dépenses sociales et les services publics. Ainsi la mesure-phare de la R.G.P.P. est le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Prétextant l’endettement du pays et la crise monétaire, assurant qu’on peut faire mieux avec moins, Luc Chatel prévoit de supprimer cette année encore 16000 postes dans l’enseignement public. L’enseignement privé catholique est nettement moins touché. La règle habituelle (20% de suppression ou de création par rapport au public) ne fut pas appliquée. Il n’y eut que 1500 suppressions au lieu de 3200. Normal, outre le fait que le chanoine de Latran préfère le curé à l’instituteur, le fonctionnement de l’enseignement du privé est le modèle que l’enseignement public devra adopter. Le chef d’établissement, promu en petit chef d’entreprise pourra recruter sur profil. Cette disposition, déjà en place dans le dispositif Clair , est appelée à se généraliser.

A Angers, un proviseur de lycée professionnel public a contractualisé un enseignant de l’enseignement privé pour assurer un enseignement de philosophie. La suppression des concours de recrutement des enseignants précipitera cette pratique. Le statut actuel des personnels qui permet de résister aux pressions pour faire prévaloir le service public, est plus que menacer.

Sous couvert d’autonomie, les établissements seront soumis aux politiques locales, financières ou économiques. Des conventions établies avec les entreprises fonderont les projets d’établissements. L’Europe des régions implique la casse d’un service national de l’éducation. L’école doit se plier aux lois du marché.

Les transformations à l’œuvre dans le système éducatif instaurent une école de plus en plus ségrégative, recentrée sur une scolarité obligatoire limitée à 16 ans. Le collège est primarisé. L’orientation dès la cinquième permet de diriger de nombreux élèves vers la vie active ou l’apprentissage, et de diminuer en conséquence le nombre de professeurs.

Loin de l’objectif de faire accéder 80% d’une classe d’âge aux bacs et 50% aux diplômes de l’enseignement supérieur, la politique scolaire actuelle restreint les formations qualifiées, renonce à délivrer à tous les jeunes une culture commune de haut niveau.

Les défis à relever pour « une École de la réussite » sont donc considérables. Ils exigent une autre politique.

Les projets de l’UMP sont dévoilés, mais il est à craindre qu’ils ne soient pas pour autant objets de discussions pendant la campagne présidentielle. La raison en est simple : le projet du P.S est lui aussi marqué au coin du fédéralisme et du libéralisme. L’organisation de l’enseignement agricole, sous les tutelles conjointes des collectivités territoriales et des professionnels, est d’ailleurs sa référence.

Gangrené par l’enseignement privé cet enseignement est quand même loin de représenter un modèle d’un service public laïque d’éducation.


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko