L’étrange plainte en diffamation du Maire de Nice

mercredi 8 janvier 2014
par  Association Anticor

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’ASSOCIATION ANTICOR

Madame Séverine TESSIER, porte-parole de l’association Anticor a été mise en examen pour diffamation le 17 décembre 2013 par le juge d’instruction du TGI de NICE à la suite d’une plainte avec constitution de partie civile de Monsieur Christian ESTROSI Maire de la ville.

Il lui reproche des propos qu’elle a tenus dans le journal Nice Matin le 30 mai aux termes desquels Madame TESSIER indiquait :

Le maire s’est engagé un peu tard à dénoncer les derniers emprunts toxiques contractés par la ville. “Pour avoir jeté un œil à la délibération qui sera présenté lundi, j’estime qu’il ne faudrait pas que la dette soit renégociée. Il faut demander la nullité pure et simple. Et elle doit être élargie à l’ensemble des dettes et contrats restructurés qui sont autant toxiques. “Si aucune action n’est menée d’ici le 17 juin, les emprunts toxiques seront prescrits. Il ne s’agit plus de dire mais de faire”. “Il s’agit là d’un financement à taux variable qui ne peut être considéré comme structuré. Mais en externalisant le problème, se pose une question de fond : quid de la maîtrise démocratique puisque la ville est garantie dans l’emprunt dans ce partenariat… ? Devra-t-elle par exemple, mettre la main à la poche si des surcroît surviennent dans deux ou trois ans ?

Cette décision porte une atteinte grave à la liberté d’expression. Un appel a été interjeté.

Depuis quelques mois Monsieur Christian ESTROSI mène à Nice une véritable bataille idéologique, poursuivant toute personne qui viendrait contester sa politique au regard des emprunts contractés par la ville.

Anticor s’insurge contre cette tentative de pénaliser l’expression libre de l’opinion et de l’information, et d’user de l’argent du contribuable niçois pour faire taire toute contestation sur sa politique et cadenasser ainsi le débat démocratique à la veille du scrutin électoral.
En voulant faire taire Séverine TESSIER, porte-parole d’une association dont la vocation est d’interpeller les citoyens sur les dysfonctionnements de la démocratie et promouvoir des principes éthiques d’organisation institutionnelle, c’est l’interpellation démocratique elle-même qui est menacée.

Anticor, visée dans ses organes d’expression et dans sa force de mobilisation et d’alerte par de telles pratiques ne se laissera pas intimider et saisira prochainement les tribunaux d’une plainte en dénonciation calomnieuse contre Monsieur Christian ESTROSI qui devra rendre compte de l’usage qu’il fait de sa fonction pour saisir les juridictions répressives contre les lanceurs d’alerte.
Le délit de diffamation ne saurait être le paravent d’un délit d’opinion qui ne dit pas son nom et la justice ne saurait être la complice passive de cette stratégie !

Contact presse : Jérôme Karsenti T. 06 64 77 71 21

Anticor a mis en place un donaction, vous pouvez ainsi aider à l’Association à défendre l’expression libre de l’information :

http://www.helloasso.com/associations/anticor/collectes/reagissons-le-maire-de-nice-accuse-la-porte-parole-d-anticor-de-diffamation


Commentaires

Logo de christian berthier
mercredi 22 janvier 2014 à 19h13 - par  christian berthier

bonne annee ! sauf justice sous influence et propos injurieux de la citoyenne, je ne vois pas ce que l’on peut reprocher à une citoyenne, surtout si elle est electrice à nice, d’alerter...le maire dans l’interet de la collectivité...surtout dans une campagne electorale ou justement un elu doit rendre compte de son mandat avant d’en reclamer un nouveau...et surtout si des cas semblables ont ete pris en consideration dans d’autres collectivités.
On peut meme penser qu’en portant l’affaire en justice pendant une campage electorale, ce maire tend a faire pression sur le juge pour qu’il produise un argument de campagne.
je doute que le juge se prononce avant l’election sauf a etre partie prise d’un cote ou de l’autre !
Bref, Estrosi fait preuve d’un culot monstre...ou d’une peur panique.
Il se hollandise, style : "si vous n’approuvez pas mon programme 2014 contradictoire avec mon mandat de 2012, je vous emmerde et gouvernerai par ordonnances, et si ce n’est pas assez, je dissoudrais !"

Logo de Suzy Marti
jeudi 9 janvier 2014 à 13h58 - par  Suzy Marti

Faire taire c’est attaquer de front et ouvertement l’association dont sa vocation est d’interpeller les citoyens. Rien ne révolte autant que de voir l’usage d’une fonction qui saisit les juridictions répressives contre les lanceurs d’alerte aux frais des contribuables victimes des rallonges d’impôts à venir. Le soulèvement mesquin d’un excessif amour-propre, noble en apparence, n’est au fond que le plus bas, le plus étroit des sentiments querelleurs qui protège ses vices et qui exige de tout se permettre dans son Empire. N’en déplaise à celui qui se présente comme souffre-douleur, la justice ne saurait être la complice de cette stratégie forcenée !

Logo de dominominus
jeudi 9 janvier 2014 à 08h00 - par  dominominus

Faire comprendre que M. Estrosi joue les vierges outragées, comme tous les escrocs, c’est de la liberté d’expression, oui. Et la plainte pour diffamation, c’est une arme de vierge outragée. Comme l’immunité parlementaire est une arme de vierge outragée, si vous voyez le rapport avec toutes ces affaires visant des intouchables qui ne sont pas des citoyens Français ! Le citoyen Français a des droits et des devoirs, lui !

Logo de Ankou
jeudi 9 janvier 2014 à 06h59 - par  Ankou

La liberté d’expression que vous brandissez est-elle pour tous, OU, que pour ce qui vous est cher ?!
Perso, la liberté est au singulier, pas au pluriel est pouvant être mis en tranche suivant les desiderata de chacun.

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko