Compte-rendu de la réunion-débat du 21 septembre 2015

Compte-rendu de la réunion-débat du 21 septembre 2015

Mairie de Guéret

Lundi 28 septembre 2015, par Cercle de Guéret (Creuse)

Thèmes



« Changer de président ou changer de constitution ? »

« Une Assemblée constituante est-elle une réponse à la crise ? »

Cette réunion se plaçait sous le signe de l’éducation populaire. Essayer de donner une idée plus précise de ce qu’est une Constituante, qu’il en a déjà existé à des moments décisifs de l’Histoire et qu’elle doit servir à redonner le pouvoir au peuple.

Nous remercions le journal L’Écho de la Creuse pour son article « Retrouver la souveraineté du peuple » [1].


Marie-Hélène Pouget-Chauvat (PCF23) introduisit la réunion en indiquant qu’elle est le fruit d’une collaboration entre le Cercle guérétois de l’Association pour une constituante (APUC) et la Fédération creusoise du parti communiste (PCF23). Après avoir rappelé le but d’une Constituante, l’étymologie et la définition du mot Constitution, elle a fait un comparatif du nombre de Constitutions entre la France (plus d’une vingtaine, cinq Constituantes) et les U.S.A. (une seule Constitution modifiée par 27 amendements). Ensuite, elle présenta le programme de la soirée :

  1. Analyse de la crise politique par John Groleau (1re intervention)
    Analyse de la crise sociale et économique par Alain Roudier (1re intervention)
  2. Questions, débat avec la salle
  3. Rappel historique :
    - La Révolution française, avec notamment les deux Constituantes (intervention d’Yves Pillet qui fut suivie par la 2me intervention de John Groleau)
    - 1945 - 1946 : les deux Constituantes à la Libération, rôle du CNR (2me intervention d’Alain Roudier)
  4. Questions, débat avec la salle en terminant par la question Comment obtenir la mise en œuvre d’une Constituante ?

Les deux intervenants de l’APUC furent John Groleau et Yves Pillet ; l’intervenant du PCF23 fut Alain Roudier.


1re intervention de John Groleau


En ce 21 septembre, comment ne pas évoquer celui de 1792, jour de la première séance de la nouvelle Assemblée constituante, appelée Convention, qui sera suivi par l’instauration de la 1re République. En prenant des raccourcis hasardeux avec l’Histoire, la question à l’époque était plutôt la suivante : « changer de roi ou changer de constitution ? ». Nous aurons dans quelques minutes l’occasion d’approfondir plus sérieusement le sujet.

Sommes-nous actuellement dans une monarchie élective ? Oui à bien des égards, d’ailleurs de Gaulle l’aurait déclaré à Peyrefitte le 13 juin 1963. Après sa victoire en 1981, Mitterrand avait renié ses engagements quant au changement de régime. Sous son hyper-présidence et sa seule autorité, Sarkozy avait décidé le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, cheval de Troie économique et bras armé de l’impérialisme américain, mais aussi l’intervention militaire en Libye dont on peut mesurer aujourd’hui toutes les conséquences dramatiques. Interrogé le 27 mai 2008 sur la première radio allemande de France, à propos de la proposition de Laurence Parisot, de relever à 63 ans et demi l’âge légal de départ à la retraite, Nicolas Sarkozy avait répondu :