L’étrange non-élection de Marielle de Sarnez à la Présidence

samedi 22 juillet 2017
par  André Bellon

En tant qu’ancien Président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, je m’étonne des conditions qui ont conduit à la désignation de Marielle de Sarnez à ce poste.

Cette commission qui comporte, outre elle-même, un certain nombre de personnalités telles Yves Jego, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, ... a, en effet, constaté que Marielle de Sarnez était désignée Présidente sans vote conformément à l’article 39-4 du règlement intérieur. Celui-ci spécifie que « si le nombre de candidats n’est pas supérieur au nombre de sièges à pourvoir, il n’est pas procédé au scrutin  ». Il n’y avait qu’une candidature. Marielle de Sarnez était donc Présidente.

Cette désignation sans vote s’apparente, de fait, à un consensus. On est, dans ce contexte, d’autant plus en droit de s’interroger de l’absence d’opposition que Marielle de Sarnez est connue comme une européiste radicale. Il est alors inattendu que Front national, France insoumise, PC, Les républicains, Nouvelle gauche, n’aient pas voulu marquer leurs différences et leurs identité politique en présentant des candidats, ce qui a été le cas dans d’autres commissions.

La question, en politique, n’est pas de savoir si on gagne ou pas, mais de caractériser publiquement les options en présence. L’opposition doit, en toutes circonstances, utiliser tous les moyens à sa disposition pour faire connaître ses positions sauf à laisser croire que les divergences sont secondaires. Dans les débats démocratiques, et surtout dans les périodes troublées, incertaines comme celle que nous traversons, les non choix engagent tout autant que les choix.

André Bellon


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko