Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

Lundi 4 mai 2020, par Association pour une Constituante

15 ans après, exprimez-vous !

Il y aura bientôt 15 ans, le 29 mai 2005, le peuple français disait NON au traité constitutionnel européen. Sa volonté fut bafouée par Nicolas Sarkozy, avec d’ailleurs l’acceptation tacite du PS, lors de l’adoption du traité de Lisbonne en 2008.

Depuis 15 ans, chaque 29 mai, pour célébrer ce vote, l’Association pour une Constituante appelle à des rassemblements partout en France et, en particulier, dans le jardin des Tuileries à Paris. Il semble incertain de prévoir des rassemblements cette année dans les circonstances particulières que nous vivons.

Nous avons donc essayé de trouver une méthode pour partager en ce moment significatif. C’est pourquoi nous avons créé ce lien sur lequel chacun d’entre vous peut déposer son message. Il vous est ainsi possible de dire dans quelle situation vous êtes, ce que vous inspire aujourd’hui, avec le recul, ce vote historique et quelles conséquences nous pouvons en tirer. Pour des raisons informatiques, essayez de ne pas dépasser 2000 signes.

C’est par ces échanges que nous pourrons, demain, riposter à toutes les difficultés, en particulier celles qu’a entrainé un traité de Lisbonne qui amplifie la nocivité des visions mondialistes.

Pour mettre votre message cliquer sur "Afficher les commentaires" et aller au bout de ceux-ci

34 Messages

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 15:26 par Yvonne Daroussin 45650

    Bonjour
    Je propose une idée pour obtenir une constituante : https://colibris45orleans.wordpress.com/un-levier-de-ouf/
    et du même coup un autre projet économique, pour cesser de mendier au système du toujours plus. Voilà ce qui m’anime en ce moment (à part coudre des masques, bricoler dans ma maison et mon jardin... au quotidien tout va bien pour moi !)
    Prenons soin de nous
    Cœurdialement

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 15:40 par Jean-Claude GROC

    Autre temps, autres mœurs. Il fut un temps où Sarkosy aurait laissé sa tête pour cet outrage à la République. Malheureusement, aujourd’hui, les valeurs se sont émoussées et c’est là ce qui m’inquiète le plus. Comment peut-on envisager une amélioration de quoi que ce soit avec des personnes dépourvues d’idéal (et peut être, aussi, du minimum suffisant de culture) ? Ce qui est grave, dans cette affaire, c’est que nous ne pouvons pas "refaire le film". Désormais, la seule chose qui soit possible, serait une sortie de cette Europe mal ficelée qui a seulement oublié le respect de l’homme. Nous sommes dans une organisation capitalistique qui fait une plus large part aux choses qu’aux êtres. Et que dire de ce soi-disant fondement chrétien pour un pays laïque ?
    Tout était écrit dans la genèse (celle de l’europe) : que pouvions nous attendre d’une structure bâtie sur le mariage du charbon et de l’acier ? Certainement pas le développement de valeurs humanitaires.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 15:41 par Daniel Adam

    Prioritairement, il importe de se débarrasser de l’idée frelatée selon laquelle nous vivrions politiquement en démocratie, soit dans un type d’organisation assurant dans les faits la souveraineté populaire. C’est là une farce insoutenable dont nulle personne sensée ne devrait se satisfaire.

    Sarkozy l’Américain et la gauche Hollandaise ont clairement montré ce qu’il en est en réalité, à la suite du rejet du projet de traité constitutionnel européen, en 2005. Si, dans notre république monarchique, le recours au référendum est exceptionnel, d’un point de vue constitutionnel, cette consultation populaire est une forme supérieure de la loi. Son résultat devrait donc être irrévocable. Pourtant, l’oligarchie est aisément parvenu à contourner le vote du peuple : il a suffi de convoquer les deux Assemblées à Versailles pour leur faire adopter ce néfaste projet sous son véritable nom : le traité de Lisbonne.

    Place au peuple de 2005 et à une Assemblée constituante réformant le Code électoral pour une reconnaissance « entière » du vote blanc, prenant en compte les doléances « réelles » et la volonté du peuple. Mais par-dessus tout, s’impose la nécessité de mesures concrètes. Le peuple a bien d’autres soucis qu’une Constituante pour vivre et survivre quand "la fin du mois est le fin du monde".

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 15:54 par ph.lecreux

    29 mai 2005 pour les francais c est NON !
    Mais le 4 fevrier 2008 nos parlementaires commettent un viol en reunion du suffrage populaire. Legalement ce sera Oui !
    Legalement certes mais pas legitimement.
    Deja le 10 juillet 1940 un vote du parlement etait legal mais illegitime.
    Les francais ont mis 5 ans pour se relever de ce vote de 1940 et chasser les traites a la Nation.
    15 ans deja depuis le 29 mai 2005 et 12 ans depuis le viol de cette legitimite du Peuple par un parlement felon.
    Revons d une Liberation en 2020.
    Et si apres la commemoration dans le confinement de notre vote du 29 mai 2005, le 14 juillet 2020 pouvait etre le jour de la Liberte retrouvee avec un Peuple se reappropriant sa souverainete place de la Concorde , haut lieux symbolique de notre Liberte le jour meme de notre fete nationale.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 15:54 par TESTANIERE

    Pour moi 2005 représente l’année de rupture avec le PS que j’avais rejoint en 1986 . J’ai milité pour le NON au TCE dans et hors le parti au cours de la campagne. Quand je me suis réjoui du résultat et que l’on m’a dit : « finalement OUI et NON c’est pareil , j’ai juste répondu dans ce cas dedans et dehors aussi alors je pars ! » . J’ai exhorté FABIUS , MÉLENCHON à l’époque à quitter le PS et à former une nouvelle organisation. Comme rien ne venait, j’ai cessé toute activité politique ayant déjà suffisamment d’engagements et de responsabilités syndicales comme Proviseur et délégué du personnel. J’ai rejoint le PG en 2011 et bien entendu la FI en 2016 . Vive la Constituante Vite la 6eme République

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 16:00 par Thierry Saladin

    Bonjour,
    Oui, le référendum de 2005 a été bafoué par Sarkozy. Mais il l’aurait été tout autant par Ségolène Royal ou par Bayrou.
    Ou bien même par Hollande. Et d’une manière générale par l’essentiel de la classe politique française. La preuve, elle ratifia le traité de Lisbonne en 2008, lors de la procédure de ratification dite du congrès. Malin, le Sarko !

    En plaçant ces trois candidats (Sarkozy, Royal et Bayrou) en tête du premier tour de la présidentielle de 2007, le corps électoral français a fait preuve d’une belle incohérence. Puisque ces trois-là étaient ouvertement pour le OUI au référendum sur le TCE, deux ans auparavant.
    Et la Cinquième République n’a rien à voir là-dedans, ni même dans ce qui nous arrive aujourd’hui avec Macron. Malgré ce qu’on peut lire ici ou là.

    En revanche la Constitution a besoin d’être réécrite, absolument, et surtout par le peuple et par lui seul. Ceux qui promeuvent encore une assemblée constituante élue, (et non une assemblée constituante tirée au sort) soit n’ont rien compris à ce qu’on appelle le conflit d’intérêts, soit ne se rendent pas compte qu’ils retardent ainsi la prise du pouvoir du peuple, autrement dit l’avènement d’une démocratie représentative contrôlée.
    À moins qu’ils aient une idée quelque peu condescendante à l’endroit du peuple.

    Mais gageons que ces esprits finiront par évoluer.

    Cordialement.

    Thierry Saladin

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 16:59 par ALAIN STEINBERG

    Bonjour a tous ! excellllente initiative !!!...... et qui DEVRAIT mobiliser 51% des electeurs de france !!!........ .........
    Dans les circonstances actuelles et puisque nous avons " l entrainement" de consommer peu, (voire de depenser moins !!!...) nous avons surement quelques "economies" qui POURRAIENT nous permettre DE NOUS AFFIRMER et REPRENDRE l INITIATIVE sur le "gouvernement" (qui a amplement PROUVÉ son incompetence et surtout ses intentions de continuer ses memes politiques anti populaires !!) en REPRENANT une nouvelle VRAIE GREVE GENERALE ayant pour bur D IMPOSER le R I C (ttes matieres et avec seuil a 700 000 voix ) qui lui meme permettrait DANS LA FOULÉE , d instituer une assemblée constituante composée de "delegué-es" choisis au hasard sur les listes electorales !!!
    La periode actuelle et les quelques mois qui vont suivre me semblent UNE OCCASION UNIQUE de surprendre l etat par "surprise" en pleine " reorganisation" !!! (comme AVANT de son systeme INIQUE !)
    Une VRAIE greve GENERALE est le SEUL veritable moyen d imposer ce R I C , puisque nous le voyons bien ces jours ci : leur seul but est bien de faire "redemarrer l economie" sans laquelle leur pouvoir s effondre (sauf la police mais qui ne peut nous FORCER tous et individuellement a retourner au taff !!)
    On voit bien la difficultés qu a le gouv à "requisitionner" des entreprises à tourner et lesquelles en premier ?..etc
    Qu en pensez vous ?
    ps des commentaires seront appreciés et non des "like" ou "dislike" !! merci de votre attention !! alain

  • Plus que jamais célébrer le 29 mai

    Le 22 avril à 17:10 par Petroff

    Le 29 mai 2005 nous avons affirmé notre droit de dire non.
    Aujourd’hui il faut affirmer le droit ... de "dire" tout simplement.
    Après 5 semaines de confinement,,
    1) Que retenir de ce confinement ?
    • On peut vivre « autrement »
    • et personnellement ce ne fut pas douloureux
    • reste à comprendre ce que peut, doit être cet « autrement » de façon durable ?

    2) Mais le pire est ailleurs :
    • Nous avons accepté une restriction fondamentale de nos libertés publiques, celle de bouger
    • Nous avons accepté de ne pas réfléchir, de ne pas décider, de ne plus être acteur de nos actes
    • Nous avons accepté d’avoir par principe peur de l’autre, durablement, …de façon irraisonnée

    3) Cette situation est celle que décrivaient mes amis soviétiques se remémorant le stalinisme :
    • On ne sait pas pourquoi ni comment, mais le pire peut arriver à tout moment
    • C’est l’Etat (le parti) qui sait, pas moi ce que je dois faire au quotidien
    • Et je crains l’autre, mon voisin, mon ami, mon frère : je ne dis rien, de peur qu’il ne me dénonce

    Alors je vous le dis crument, je ne veux pas vivre durablement le stalinisme en France au XXIème siècle, sous un Macron ou qui que ce soit d’autre.
    Alors …
    1) Je n’aurai pas peur de l’autre et dès le 12 mai j’irai manifester en groupe serré, j’irai au théâtre, au marathon de … peu importe
    2) J’accepterai de serrer la pince de tous les inconnus que je croise
    3) Je ne porterai pas de masque ni ne me laverai les mains à tout instant
    4) (Je me vaccinerai contre le truc 19 ou 20 …)
    5) Je ne laisserai pas les autres décider pour moi
    6) … et évidemment je tacherai, COLLECTIVEMENT de définir ce que pourrait être cet « autrement »

    Comme le 29 mai 2005.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 22 avril à 21:21 par denis dedisos

    La constitution de 1958 a été faite par de Gaulle pour que le chef d’état soit au dessus des partis : il s’en est servi honnêtement mais ses successeurs l’ont complètement dénaturé. Pourtant, même avec cette constitution imparfaite, Macron aurait pu être destitué, car il l’a violé au moins une dizaine de fois, si les députés n’avaient pas été si soumis (pourquoi se sont ils fait appelés insoumis ?).
    Il faut effectivement que nous écrivions nous-même la constitution, avec un conseil constitutionnel et des députés tirés au sort (mais une démocratie directe serait mieux), avec écrit dans la constitution que la création monétaire est un service public géré par le peuple (car c’est là la source de tous nos problèmes) ; mais pourquoi attendre une assemblée constituante que l’on nous offrira jamais ? C’est maintenant qu’il faut s’atteler à la tâche (s’il n’est pas trop tard car le Nouvel Ordre Mondial promis par tous nos derniers présidents est en train de s’installer et ne nous laissera plus aucune liberté). On doit pouvoir faire des ateliers interactifs sur internet !

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 23 avril à 05:19 par troy1

    Pourquoi pas ne pas utiliser les outils de notre Temps ?.... Sur Arte, une soirée a été consacrée aux dangers de l’Intelligence Artificielle ... qui n’est pourtant qu’un outil !... ( Elle travaille mieux que nous, la belle affaire : un tournevis aussi accomplit sa tâche avec beaucoup plus d’efficacité que la main humaine !...)

    Pourquoi dès lors ,ne pas s’en inspirer ?.... Ainsi, l’interdiction de rassemblements sur la voie publique peut être facilement tournée par des drones et des émissions de fusées écrivant dans le ciel !.... Le régime sera alors obligé de jeter le masque (!) , reconnaissant implicitement qu’il profite de l’Alerte Médicale pour instaurer une Société fasciste !...Et les réseaux sociaux ( que personnellement, je n’aime pas ! ) regroupent maintenant trois milliards et demi d’individus !... La moitié de l’Humanité !...

    Ainsi, loin de leur faire gagner du temps ( et du pognon virtuel dans leurs Bourses ) , ce "trading des malades" va provoquer une radicalisation des dynamiques sociales !... Mêmes les fachos des nostalgiques du 6 février 1934 ne saisiront pas la dimension de la colère qui est en train de s’étendre !... La Constituante que vous souhaitez doit surgir d’un nouveau Serment du Jeu de Paume !... Un révolte sauvage, une crise de nerfs , dont le premier sursaut nous est parvenu avec l’explosion de Daniel Cohn-Bendit ( député européen, franco-germain ! ) envers le "Marseillais" Didier Raoult : quand Dani-le-rouge rencontre le Docteur House, c’est sûr que cela ne peut se traduire que par une gerbe d’étincelles !....

    Il y en aura d’autres pour arracher notre pays à ses ornières ( et l’Europe avec !...). En 1960, l’auteur de bd Edgar P. Jacobs prophétisait un avenir très sombre à l’Humanité : dans les années 2070, avec un effondrement culturel, les peuples se jetaient à la gorge les uns contre les autres , utilisant toutes les armes ( nucléaires, bactériologiques , etc...). Le genre humain retombait à l’An au-dessous de zéro ( "Le piège diabolique" épitaphe de la série "Blake & Mortimer" ) . Pour échapper à un tel destin, les futures générations vont avoir fort à faire !....

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 23 avril à 08:35 par Claude Bizeau

    Par leur vote du 4/02/2008, les députés ont clairement violé la volonté populaire exprimée dans le référendum de 2005. Ce faisant , ils ont fait la preuve que notre système politique était antidémocratique. Ils ont aussi montré le fossé qui existe entre le pays et ses dirigeants . Ceux-ci ne s’en remettront pas (quoique..) Il nous faut une constituante souveraine, dans un pays souverain.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 23 avril à 12:14 par campanini

    Au soir du 29 mai, une ineffable satisfaction, un triomphe !
    Outre la victoire, une jouissance par la déconfiture ressentie par tous les grands médias et leurs "éditocrates" d’alors. après leurs ignominieuse et éhontée campagne partisane "oui-ouiste" Seraient-ils moins influents qu’ils semblent le
    croitre ? Qu’en reste-il aujourd’hui, quels changements notoires enregistrons nous ?
    Satisfaction très vite douchée par les bons soins du coup d’Etat de l’histrion en activité en son temp, ses affidés, mes représentants. Les deux Napoléons ont généré des émules.
    Conclusions ; je ne veux plus être représenté ne veux plus être trahi. Il ne m’appartiens pas d’élire des représentants du Président de la République. J’attends à cet effet qu’un candidat propose de renverser la table.
    Bien sûr j’ai milité, participé à une réécriture de la Constitution. Ce que je ne parviens pas définir les moyens. Toujours pas par nos représentant ? Très cordialement Bernard

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 23 avril à 16:21 par Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF)

    Citoyens, patriotes, amis et camarades,
    Le 29 mai 2005, les Français rejetaient par référendum à 55% le « Traité établissant une constitution pour l’Europe » ; le 4 février 2008, violant la volonté populaire exprimée trois ans plus tôt, les parlementaires poignardaient l’expression souveraine du peuple en adoptant le même traité sous le nom de « traité de Lisbonne ». Cette « Union européenne » confirmait ainsi son caractère profondément antipopulaire, antidémocratique et antisocial, et plus encore sa volonté totalitaire de démanteler les services publics, d’araser les libertés publiques, de détruire les conquêtes sociales et démocratiques… et même de réviser l’histoire au nom d’un violent anticommunisme assimilant le communisme victorieux du Troisième Reich au nazisme exterministe – nazisme qui bénéficiait de surcroît de la collaboration massive du grand capital !

    15 ans après, tout ce que le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) proclame depuis sa naissance en 2004 n’a cessé de se confirmer et de s’aggraver, la République une et indivisible et la France étant plus que jamais menacées d’euro-dissolution au sein du « pacte girondin » et du « saut fédéral européen » préconisés par Macron et ses sbires, mais aussi par le MEDEF adepte de la « totale liberté de circulation » (surtout celle des capitaux et des capitalistes !), de l’« économie de marché ouverte à la concurrence libre et non faussée » et des dogmatiques « critères de Maastricht » mortifères pour le monde du travail et les citoyens… mais tellement rentables pour les puissances d’argent.

    Alors que l’UE révèle son mépris de la vie humaine en pleine crise du coronavirus en refusant d’aider les pays durement touchés par un virus dont la propagation et le bilan désastreux n’ont d’égal que la destruction des services hospitaliers (sommés d’être « réformés » par… 63 recommandations de la Commission européenne entre 2011 et 2018 !), alors que Black Rock devient conseiller en environnement au sein de l’UE, alors que les forces eurobéates « de gauche » appellent à refonder une « autre Europe » qui relève de l’utopie mensongère pour les classes populaires, le PRCF appelle plus que jamais, et une bonne fois pour toute, à sortir de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme et de sous outils d’asservissement (OMC, FMI, Banque mondiale...), afin de reconstruire une République une et indivisible, démocratique et souveraine, sociale et laïque, fraternelle et pacifique, et ainsi de mener le monde du travail et les citoyens vers de nouveaux « Jours heureux » !

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 23 avril à 18:30 par Jean-Luc Picard-Bachelerie

    Bonjour,
    et bravo pour l’initiative en espérant que beaucoup de monde prenne le temps d’écrire quelque chose.
    Bravo aussi pour l’article dans le Monde Diplomatique de ce mois-ci La 5ème République en coma politique https://www.monde-diplomatique.fr/2020/04/BELLON/61615
    Ce Traité de Lisbonne est non seulement un déni démocratique, une traîtrise de Sarkozy envers un peuple qu’il était censé représenté et un attentat politique.

    Le Conseil constitutionnel n’a rien vu à redire alors même qu’il y avait similarité entre le Traité de Lisbonne et le texte soumis au référendum de 2005. Cela veut dire que le Conseil constitutionnel n’a pas défendu la souveraineté du peuple et qu’il n’agit pas comme contre-pouvoir.

    Mais d’une manière générale, les contre-pouvoirs n’agissent pas ou plus dans l’intérêt du peuple. Et lorsque l’un d’eux essaye de l’exercer, le gouvernement s’en fout sans que le Conseil Constitutionnel réagisse. Il n’y a qu’à voir l’avis que le Conseil d’Etat avait rendu lorsque le gouvernement lui a remis le projet de réforme des retraites : "mouture insuffisante", "projections financières lacunaires", se plaignant qu’il n’avait pas eu le temps nécessaire pour mener sa mission avec la sérénité et les délais de réflexion nécessaires pour garantir au mieux la sécurité juridique de l’examen auquel il a procédé. Avec un avis pareil, le projet n’aurait jamais dû continuer son chemin. Et pourtant, il a été présenté à l’Assemblée Nationale. Et là aussi, le Conseil constitutionnel n’a pas réagi.

    A l’origine, régime parlementaire, la 5ème République s’est transformée en régime présidentiel qui est devenu de plus en plus fort, de plus en plus autoritaire au fur et à mesure que les contre-pouvoirs étaient affaiblis. Et le peuple qui ne peut décider qu’au moment des élections, n’a même plus la possibilité de s’exprimer à mi-mandat à travers les législatives. Et nous nous retrouvons avec une majorité présidentielle aux ordres de l’exécutif. L’article 2 de la Constitution est bafoué. S’il y a eu à un moment un semblant de gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, il est clair que désormais, le peuple ne gouverne pas et qu’on l’en empêche sciemment à coup de LBD et maintenant de confinement. L’aubaine pour un gouvernement répressif qui peut juger de la docilité du peuple.

    Il faut réclamer une Constituante. Il faut réclamer la transition économique car le système actuel est liberticide et la transition écologique.

    Revendications :
    1) Effacement de la dette du Covid pour tous les pays du monde
    2) Création massive d’argent pour opérer la transition économique et écologique avec effacement de cette dette
    3) Effacement de la totalité des dettes des pays pauvres avec nouveau prêt pour transition économique et écologique
    4) Effacement des dettes illégitimes (2008(on peut même exiger que les banques remboursent ces dettes nationales) et intérêts)

    Le déconfinement doit libérer les forces.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 24 avril à 14:45 par Alain Mouetaux

    Suffisamment de bonnes idées sont dans les commentaires. Je n’ai qu’une chose à dire : une constituante populaire pour le RIC ! Certains avancerons que donner la parole au peuple peut être dangereux, soit... mais la laisser à l’oligarchie soutenue par les gouvernements de tous les pays c’est la mort sociale, culturelle et écologique pour tous les peuples....

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 24 avril à 16:16 par Dantes

    Pour se joindre au chœur des louanges, je remercie André de cette initiative et la fait circuler dans mes réseaux aux fins de recueillir un maximum d’avis et de transformer cette action en une vraie levée nationale des boucliers de la contestation, du dégout de la situation actuelle et la honte que nous avons de nous laisser diriger par des individus qui sont, soit très mal intentionnés soit d’une étonnante nullité. Peut-être les deux à la fois.
    Lorsqu’on parle de « démocratie » on ne peut qu’évoquer ce qu’on ressent à l’usage de ce mot. En fait nous n’avons pas l’expérience vécue de cette situation puisque, dès le début de la Révolution française, la démocratie a été confisquée par les partis politiques et les promesses faites au Peuple très vite mises sous le boisseau.
    Dire que la démocratie c’est « le gouvernement du Peuple par le Peuple Pour le Peuple » c’est citer l’ultra libéral Tocqueville qui n’avait aucune appétence pour la démocratie, Surtout si la Constitution rajoute « ou par ses représentants », ce qui ouvre bien sûr, le champs aux partis politiques qui monopolisent l’action de gouvernance de l’Etat.
    La démocratie réelle, c’est lorsque le Peuple se gouverne lui-même. C’est une implication générale et la possibilité offerte à tous les citoyens qui forment la Nation de participer à sa gestion et aux choix qu’elle doit faire dans n’importe quelle circonstance.
    C’est le contraire de ce qui se passe maintenant. C’est à l’opposé du monarque qui apparait en grand apparat à la télévision pour décliner le « j’ai décidé », sur tous les modes.
    Mais cela ne suffit pas. Il faut encore que la république démocratique soit aussi sociale. Il faut que les orientations de la Nation soient à la justice économique, sanitaire, éducative. Il faut que la spoliation de la Nation par l’oligarchie devienne impossible. Il faut aussi que le système bancaire soit mis au service de toute l’économie et du bien commun.
    Pour cela, nous en sommes d’accord, il est indispensable qu’on mette en place un processus constituant dont la mission sera de redéfinir, de fond en combles, l’organisation de notre pays dans une optique absolue de socialisation. Ce processus doit représenter le Peuple assemblé et être détaché du processus législatif courant.
    La principale difficulté réside dans l’accès à cette Constituante. L’actuelle Constitution, celle de 58, stipule que seul le Président de la République peut engager un processus de révision constitutionnel. Il est bien évident que si on demande, même poliment, à l’actuel occupant de l’Elysée, il nous rira au nez.
    Mon avis, est que seule une pression intense et déterminée pourra venir à bout de cette mauvaise soupe de tendance ultra libérale, d’honneur bafoué et d’un immense mépris pour le Peuple, L’individu s’est avoué schumpetérien, ce qui signifie que comme Schumpeter, il considère de manière permanent que le Peuple est inapte à participer à la gestion de l’Etat.
    Donc, il faudra y mettre le paquet pour que les choses changent. L’affirmation de Alain Steinberg sur la grève générale est pertinente. Le redéploiement dispersé des Gilets jaunes est, aussi, une approche, ainsi que la désobéissance civile. L’idée est de démontre que le Peuple est capable d’empêcher le fonctionnement normal de l’activité. Ce sera dur pour tout le monde, mais il n’y a jamais eu de révolution sans courage. Il faudra se souvenir que notre adversaire est puissant et vraiment très sauvage. Souvenons-nous de la Commune et du grand libéral qui se nommait Adolph Thiers.
    Une fois passées ces étapes, il faudra réunir une constituante.
    La, le bas blesse un peu. Lancer une élection générale, ou réunir une assemblée par tirage au sort, pourquoi pas lancer un concours national ? Que faire de cette victoire que nous aurions obtenue sur l’oligarchie au pouvoir ?
    Si on lance des élections pourquoi pas, mais il faut y inclure une condition qui est que toute personne ayant déjà obtenu un mandat électif est exclue. Sinon, on est sûrs que les communautés politiques vont lancer leurs machines de guerre pour squatter une partie importante de l’assemblée et que, par leur formation elles vont réorienter les débats vers ce qui ressemblera à un clone déguisé de l’ancien système. On sait, hélas, que les partis politiques ne revendiquent l’intérêt général que pour ménager leurs intérêts propres.
    Le tirage au sort a des avantages et notamment, il est plus démocratique que n’importe quel système. Cependant, il est assez lourd à mettre en place. Il faut, en particulier, former les « tirés au sort », les coacher tout au long de leur législature. Ce pourrait être le Sénat (restant en place jusqu’à la conclusion des travaux de la Constituante) qui serait chargé de cette mission.
    Il existe une autre voie. C’est Louis XVI qui nous la suggère. En 1788, lorsqu’il décida de convoquer les Etats Généraux, il lança un mouvement de rédaction des cahiers de doléances suivi de la désignation directe des représentants par les citoyens localement. Ce système n’est pas totalement parfait car certaines élections, notamment celle de Robespierre ne sont pas exemptes « d’interventions occultes ». Mais globalement, la population a eu la sagesse de désigner des représentants « de qualité ». Et le système à le grand avantage de produire « un cahier des charges » national qui doit servir de guide impératif aux élus.
    Beaucoup d’associations se posent cette question du « devenir après ». Face à l’horreur néolibérale, elles affichent toutes la volonté de démocratiser la vie publique. Il y a deux ans, ces acteurs tenaient jalousement leur pré carré et tenaient, surtout, à se différentier des autres (souvent de façon illusoire).
    Aujourd’hui, cette vaine querelle d’égos tend à disparaitre, tant il devient visible qu’il est de plus en plus urgent de se focaliser sur l’objectif. C’est-à-dire sur l’élimination du système néolibéral.
    La pandémie qui rebat les cartes est peut-être une terrible erreur commise par la société mondialiste civilisation malfaisante.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 24 avril à 16:55 par DUQUESNE-PINELLI Claudie

    Je pense que le petit dictateur de l’Elysée, l’Empereur Micro Cerveau 0, ne pourra pas repousser le "confinement" au-delà de la date du 11/05, en tout cas je l’espère fermement !!!
    Et, si mon espoir devient réalité, & que nous avons, pour tous celles & ceux, & ils sont très nombreux désormais dans ce pays, qui sont opposés à l’instauration de la dictature rampante (qui avance masquée, mais chaque jr davantage !) de Sa Majesté MACRON 1er, bien préparé la chose dans les 4 semaines qui nous restent, pourquoi ne pas organiser PARTOUT OU CELA EST POSSIBLE des MANIFESTATIONS CONTRE CE POUVOIR DICTATORIAL, MAFIEUX & CRIMINEL (ACOQUINE A LA HAUTE FINANCE, A Bill GATES & BIG PHARMA) ???
    Bien à vous,
    Claudie DUQUESNE-PINELLI

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 25 avril à 03:49 par daniel LE MAIRE

    Un grand merci pour avoir initie cette manifestation du devoir de mémoire.
    J’ai acquis la conviction, et je ne suis pas le seul, que la date du 29 Mai 2005 est une date historique a plus d’un titre dans l’histoire récente de notre démocratie représentative.
    Date historique car c’est la première fois que le vote des citoyens français a été bafoue ouvertement, la classe politique des élus, complice du pouvoir présidentiel, ayant confisqué la souveraineté du peuple français en votant le texte du traite de Lisbonne rejeté par référendum et reformaté pour l’occasion.
    Date historique car la démocratie représentative bascula vers une oligarchie libérale qui avait été depuis plusieurs années préparée discrètement avec la complicité des médias. Oligarchie qui préfigure une dictature molle si ce n’est pas le cas déjà.
    Date historique enfin révélatrice du glissement lent et inexorable depuis plusieurs décennies de la population française vers la servitude volontaire. La perte de volonté politique, d’esprit critique et l’abstention sont d’actualité.
    Il ne nous reste plus qu’a reprendre le flambeau des Lumières pour éclairer notre avenir et refonder notre démocratie.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 25 avril à 11:12 par jean michel paris

    "nous ne sommes pas en démocratie" ai-je encore lu parmi des commentaires.
    Pourtant nous sommes bien en démocratie et ce n’est pas la majorité des électeurs qu’il faut remercier !
    De très nombreux citoyens se comportent comme des consommateurs immatures.
    J’ai été élu deux fois dans des communes rurales et j’ai été proche d’une équipe municipale dans une commune de + de 50 000 hab.
    Chaque fois j’ai pu constater que des électeurs se déplacent en effet pour voter, mais ensuite combien assistent aux réunions du Conseil municipal ? Combien soutiennent ou interpellent personnellement les élus ?
    En démocratie, la politique municipale est la base du "vivre ensemble" et des choix collectifs. Quel pourcentage de la population en a vraiment conscience ?
    Ce manque manifeste d’un engagement minimum de tout citoyen n’est pas le résultat mais la cause du marasme actuel !

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 25 avril à 17:04 par LAROUTIS

    "bon, le message est le suivant : oui à l’Europe sinon pas d’ERASMUS" le "key Word" devait passer auprès des étudiants puisque en tant que représentante d’un syndicat bien connu il fallait bien soutenir cela. Nous avions échoué dans le processus de l’émiettement des diplômes du DEUG Licence Maîtrise nous passions juste à "licence / master", des difficultés pour les jeunes étudiants que nous laissions derrière nous car s’ils rentraient à l’université il fallait qu’ils réussissent impérativement leurs cursus de 4 ans sinon aucune valorisation de leurs parcours s’ils avaient des accidents de la vie à l’université. Que laissions nous derrière nous ? Juste le faire de dire "attention Europe sinon pas d’ERASMUS". L’engagement citoyen ne sert à rien s’il n’y ’a pas le temps de la réflexion de la doctrine qu’on nous impose au sein d’une organisation d’un système "citoyen". J’ai pris le temps après de me recentrer sur la notion "Europe". En 2005, j’ai voté pour le "oui". Aujourd’hui je voterai bien pour un projet d’Europe coopérative et international, une aide entre les pays ; un projet concret, pratique et non bureaucratique. On le construit pour relever le défi de l’enjeu qui nous attend après cette pandémie, se recentrer sur notre pays, sur notre Europe ; celle à l’écoute de tout.e.s

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 28 avril à 15:51 par Gérard Grivois

    Ils le savaient,
    Ils n’ont rien fait,
    Ils doivent partir !
    On le disait déjà avant,
    On a beaucoup réfléchi pendant,
    On le crie encore plus fort après !
    Il ne suffit pas qu’ils s’en aillent,
    Il faut de nouvelles institutions
    Construites patiemment
    par toutes les citoyennes et tous les citoyens.
    C’est à nous de décider !
    Sommes-nous prêts à réunir nos assemblées ?

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 2 mai à 11:51 par Sylvain Fontaine

    Ce 29 mai 2005 restera comme une date historique de l’histoire de France : quand le peuple français, résistant à la trahison de ses élites politiques et des principaux médias, a voté contre le projet d’une Constitution pour l’Europe (en réalité l’Union européenne), c’est-à-dire contre l’abandon de sa souveraineté.

    Elle est malheureusement liée à une date qui restera aussi célèbre, mais tristement, celle de février 2008 qui vit le Parlement français trahir son peuple pour de bon, en autorisant la ratification du traité de Lisbonne, copie presque conforme du projet d’une Constitution pour l’Europe refusé le 29 mai 2005.

    Le 29 mai 2005 est donc paradoxal : d’un côté il marque l’expression démocratique du peuple français sur son attachement à sa souveraineté et d’un autre côté révèle que sa République n’est pas démocratique et ne lui assure donc pas cette souveraineté, puisque la volonté du peuple exprimée ce jour-là ne fut pas respectée par les institutions de la République.

    Démocratiquement vôtre.

    Sylvain Fontaine

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 3 mai à 11:01 par FONTAINE André

    Le 29 mai 2005 et ses suites forment un événement qui est une preuve concrète que les institutions de la Vème République permettent à un clan organisé (sans doute aussi bien argenté) de faire la Loi.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 4 mai à 11:24 par Pascal Geiger

    En 1998, Dieter Grimm, juriste allemand et ancien juge à la Cour Constitutionnelle fédérale, évoquait l’indétermination politique de la Communauté Européenne : « …, elle n’est pas un Etat puisqu’elle a trop peu d’attributs de souveraineté, mais elle en a trop pour être une organisation internationale.
    …, le défaut de pouvoirs qui la différencie d’un Etat est son incapacité à déterminer de façon autonome le fond et la forme de sa propre existence politique, … » (cf. La Cour européenne de justice et les juridictions nationales vues sous l’angle du droit constitutionnel allemand - CAHIERS DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL N° 4 - AVRIL 1998).
    En 2005, les chefs d’Etat ou de gouvernement souhaitaient corriger cette indéfinition politique, en proposant à leurs concitoyens un projet de traité constitutionnel européen, dont l’ambition était, entre autres, de rationaliser les institutions européennes et de rassembler sous un acte unique l’ensemble des traités européens en proclamant urbi et orbi le principe démocratique de cette nouvelle organisation supranationale, l’Union Européenne.
    Mais le double refus franco-néerlandais mettait heureusement un coup d’arrêt à ce processus de formation d’une union politique.
    Dès la fin juin 2007, les chefs d’Etat ou de gouvernement de l’UE rédigeaient un projet de traité modificatif, le futur traité de Lisbonne.
    Il est inutile de revenir sur les modalités de ratification de ce nouveau traité. Chacun peut mesurer la trahison des représentants du peuple.
    Ce traité engageait plusieurs réformes institutionnelles considérées comme essentielles pour l’UE dont celle la dotant d’une personnalité juridique.
    Seule la Communauté européenne en était, alors, pourvue avec un champ de compétences limité à l’économie et au commerce.
    De facto, l’attribution de la personnalité morale à l’UE (aux compétences sans cesse élargies) signifiait qu’elle se substituait à celles des Etats-membres et, en conséquence, leur interdisait de se manifester lorsqu’elle s’exprimait (cf. l’accord économique et commercial global (AECG) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA)).
    Il s’agit là de l’un des fondements du fédéralisme.
    Pour autant, ni état fédéral, encore moins confédération, l’UE restait un indéterminé politique. Ne pouvant gagner une souveraineté reconnue, elle dissolvait celle des Etats-membres dans la complexité de son cadre institutionnel et de son processus décisionnel.
    C’était contre un tel cadre normatif et institutionnel que les Français dirent NON au TCE, le 29 mai 2005.
    S’ils étaient à nouveau appelés à se prononcer pour ou contre un projet tel que le TCE, ils voteraient contre non à 55,1% comme en 2005 mais à 57% (Cf. sondage IFOP-JDD de mai 2019).
    Ainsi, tant que les citoyens des Etats-membres ne se seront pas exprimés sur leur bien commun, c’est-à-dire les « choses » qu’ils souhaiteraient mettre en commun pour concrétiser l’universalité humaine qui les caractérise, il ne saurait y avoir de souveraineté européenne, et ce quel que soit le cadre pseudo-constitutionnel imposé.
    Pour l’heure, il importe de renforcer la souveraineté de la Nation en en appelant à l’élection d’une Assemblée constituante.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 6 mai à 15:44 par Ouallonsnous ?

    15 ans après, où en sommes nous ?
    Conséquences du bilan du traitement, en France, de l’épidémie de grippe 2019-2020 par le gouvernement à la solde de l’étranger UEuropéistes !

    Sans armes, le peuple sera toujours vaincu, et ce n’est pas un hasard si les seules expériences révolutionnaires ayant abouti à une transformation effective de la société ont doublé l’outil politique d’un outil militaire.

    On peut toujours discuter de la nature et des limites de cette transformation. Mais si la Révolution française a mobilisé les soldats de l’An II, Si Toussaint Louverture, qui a conduit la première insurrection victorieuse d’esclaves noirs aux colonies, était d’abord un général de la Révolution, si la Révolution russe a créé l’Armée rouge, qui a vaincu les Blancs soutenus par quatorze nations impérialistes, puis les hordes hitlériennes à l’issue d’un combat titanesque, si la Révolution chinoise doit son succès en 1949 aux victoires militaires de Zhu De autant qu’aux idées de Mao, si la République socialiste du Vietnam a fini par vaincre l’appareil militaire des Etats-Unis, si le socialisme cubain doit sa survie à la victoire inaugurale contre l’impérialisme remportée en 1961 à la Baie des Cochons, c’est qu’il y a une constante vérifiée par l’expérience historique : « des armes, oui, où la défaite ».

    La constitution de cette force armée populaire ne servirait à rien, toutefois, si l’on ne s’attaquait pas d’emblée aux sources de l’aliénation : les médias de masse.

    Actuellement, la plupart des médias appartiennent à la bourgeoisie-impérialiste, dans le monde dit « libre », c’est-à-dire aligné sur la politique finançière anglo-européo-yankee !.
    Autant jouer aux cartes en acceptant de confier tous les atouts à la partie adverse !

    Or poser la question de la propriété des moyens d’information, c’est aussi poser la question de la propriété des moyens de production, les médias n’étant en réalité que les moyens de production de l’information.

    Pour inverser le rapport de forces, et assurer le succès de la transformation sociale, on ne peut donc éviter d’arracher les moyens de production, et tout d’abord, y compris les moyens de production de l’information, des mains de la classe dominante ultra minoritaire.

    Faute d’atteindre ce point de bascule, l’échec est assuré.

    C’est tout aussi vrai d’un Etat populaire, dont la conquête par les forces progressistes vise à transformer la société au profit des humbles, mais ils sont aussi les plus nombreux, et de loin.

    Indépendamment de savoir si l’épidémie de Covid-19 est naturelle ou a été provoquée , pourquoi continuer à faire la "promotion" du covid19 alors que chacun comprend maintenant qu’il s’agit d’une gigantesque mystification à base de détournement d’images et de chiffres aboutissant à un tableau fabriqué anxiogène de l’état du pays, à partir des "merdias", destinée à masquer le nouveau krach boursier et le passage sous la dominance anglo-euro-yankee, à "interner" les populations à domicile pour éviter qu’elles ne se rebellent et offrir l’occasion à un groupe transnational, l’UEuropéiste OTAN, d’imposer soudainement son projet politique sans qu’il soit discuté, ni même exposé.

    L’heure est à dénoncer cette mystification visant à révéler cette année particulièrement, avec la mise en scène que nous constatons, les "dégâts" que provoque la grippe saisonnière chaque année et le "délabrement" de notre système hospitalier qui y est affronté et se révèle incapable d’y faire face, le tout nourrissant le mythe d’une épidémie nouvelle alors qu’elle est annuelle et qu’il s’agit d’un écran de fumée masquant l’asservissement du peuple et la confiscation de nos libertés !!!!

    En quelques semaines, nous avons vu des États prétendument démocratiques suspendre les libertés fondamentales : interdire sous peine d’amende ou de prison de sortir de chez soi, de participer à des meetings et de manifester.

    L’école obligatoire pour les moins de 16 ans a été provisoirement abolie.

    Des millions de travailleurs ont été privés d’emploi et placés d’office au chômage. Des centaines de milliers d’entreprises ont été autoritairement contraintes de fermer et ne pourront plus rouvrir, au grand bénéfice des groupes multinationaux qui verrons disparaître des concurrents et récupérons leurs personnels au chomâge avec leurs expériences et savoirs faire.

    Ne nous laissons plus faire, prenons en main le « déconfinement » en ;

    1/ Pratiquant la désobéissance civile absolue dés maintenant en particulier à l’égard de la mascarade des « gestes barrières » devenus grotesques, car s’ils eussent été utiles, dans les transports, il y a 4 mois avec des masques pour lutter contre l’épidémie de grippe, ils ne servent plus qu’à marquer notre soumission à la propagande du régime macrono-européiste et son opération Covid 19.

    1a/ Se rapprochant de nos concitoyens victimes de la propagande Euro-macroniste et leur rappeler que nous sommes tous français et devons faire corps contre l’agression dont nous sommes victimes !

    2/ Remplaçons la « distanciation sociale » par la « cohésion sociale », en élaborant les moyens de nous débarrasser de la « racaille » en col blanc qui nous a manipulés

    3/ Evaluons le degré du noyautage des forces de l’ordre républicaines par l’Eurogendfor de l’UEuropéiste OTAN.

    4/ En sensibilisant la police, la gendarmerie et l’armée à choisir leur camp en ralliant celui des citoyens français dont ils font partie !

    5/ En prenant le pouvoir qui nous revient !

    6/ En saisissant les instances internationales d’une plainte contre les agissement s des élaborateurs et propagateurs d’une attaque biologique contre les pays non alignés sur l’Empire anglo-européo-yankee, dont les dégâts collatéraux ont donnés naissance à la prolongation des effets de l’épidémie annuelle de grippe sous le nom de code Covid 19 !!!

  • Célébrer le 29 mai 2005 !

    Le 6 mai à 18:19 par Jean-Claude Cousin

    Le 7 septembre 1789, Siéyès avait proclamé dans son discours que seuls "les représentants" du Peuple étaient capables de régir celui-ci : en un mot, NOUS décidons, LES AUTRES se taisent.

    Pourtant, le 13 juin de la même année c’est un simple curé de campagne, venu de son village pas loin d’ici, qui avait été le premier à rejoindre le Tiers État pour vérifier les mandats de tous. Sans lui, la Révolution aurait-elle été déclenchée ?

    Les lauréats des Grandes Écoles, formatés à un point inimaginable le plus souvent, ne peuvent être que de besogneux fonctionnaires : pourtant c’est souvent parmi eux que se coopte « L’Élite ».... avec les résultats que l’on sait.
    C’est pourquoi, oui, il est nécessaire que Le PEUPLE, les simples paysans, les ouvriers de PME, les caissières de grands magasins, les chômeurs soient ceux qui décident de NOTRE sort commun, via une nouvelle Constitution quitte, par exemple et si nous ne sommes pas mieux aidés, à travailler à l’occasion des congés payés. Ce ne sont pas les banquiers qui feront un geste, certainement pas !

    C’est en pensant à eux que j’ai pris la peine (cela fait maintenant dix ans que j’ai commencé) d’écrire une proposition de Constitution, qui vaut ce qu’elle vaut, mais a le mérite d’exister...

    Le 29 mai, c’est le jour où Sa Majesté le Peuple, seul souverain en France, s’est exprimé en toute puissance. Le 4 février 2008 fut notre 7 janvier 1793. Nous n’oublierons pas.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 7 mai à 16:14 par Claudie Pinelli

    JE SOUHAITE L’INSTAURATION D’UNE DEMOCRATIE VRAIE (ce qui veut dire pas dans les mots mais dans les lois et les actes) DONC UNE NOUVELLE CONSTITUTION naturellement, et LE PARTAGE DES RICHESSES pour enfin moins d’INJUSTICE SOCIALE dans ce pays.

  • Résistance et combat pour la démocratie !

    Le 7 mai à 21:57 par Legay Armand

    Concernant la constitution que nous appelons de nos vœux, avec mes amis de l’association pour une constituante crée après le déni de démocratie du référendum en 2005, il nous faudra faire participer tout le peuple, je dis bien TOUT LE PEUPLE et de toutes les couleurs !

    Aujourd’hui, il est nécessaire, après convid, qu’un mouvement pluriel à partir des communes se mette en place. Dans chaque commune des cahiers d’exigences avec propositions et non de doléances seront mis à disposition du Peuple. Ils seront rédigés dans toutes les mairies. Seront élus par commune ou communauté de commune des délégué(e) s de l’arc républicain pour travailler à cette constituante. Exclure des ces délégué(e) s, non la politique, mais toutes celles et tous ceux qui font profession de la politique, en poste ou non.

    Former ces délégués au droit constitutionnel par cette éducation citoyenne et populaire issue du programme du CNR de 1944 que j’appelle aussi de mes vœux. Education qui, depuis lors, a été sabotée par tous les partis politiques professionnels.C’est la seule éducation avec les moyens de communication actuels qui au coté de l’éducation nationale peut nous sortir du « décervelement » en cours. Aussi de la servitude volontaire, qui depuis des décennies est produite et exploitée par le système marchand, politique, économique, philosophique et sociologique que beaucoup oublient de nommer : le capitalisme.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 14 mai à 14:27 par Damien Loup

    Pas plus que les précédentes, pas plus que les suivantes, la crise que nous traversons pourra à elle seule faire tomber le régime politique autoritaire que nous subissons aujourd’hui. Il n’est nulle liberté qui ne se conquiert et si nous ne sommes pas prêts à une action politique qui excède la pétition de principes, rien ne changera. Il est temps de ne plus se contenter d’en appeler au changement mais de le construire dès à présent, de construire dès à présent la démocratie pleine et entière à laquelle nous aspirons.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 26 mai à 08:32 par Loïck Gourdon

    Voilà donc 15 ans que le TCE rejeté par 55 % de nos compatriotes revenait à peine modifié sous les traits du traité de Lisbonne sans consultation du corps électoral. Ce ralliement à l’ordre mondialiste dominant, fruit d’un artifice de procédure, a clairement marqué la confiscation de la souveraineté politique du peuple et instauré un coup d’état constitutionnel. Constitutionnel puisque la constitution bonapartiste de 1958, autoritaire, verticale et centralisatrice le permet.

    En ces temps de confinement intellectuel, si nous nous nous arrêtons sur la régression des libertés publiques, la liste - non exhaustive - est inquiétante, à grand renfort de 49,3, procédure antidémocratique, balayant les mouvements d’opinion et l’action des syndicats, on a vu se mettre en place des lois anti sociales.

    La réforme des retraites, qui s’appuie sur l’inversion de la hiérarchie des normes juridiques en est un exemple patent.
    Le pouvoir des communes, instance la plus proche du citoyen, a été bafoué par les regroupements forcés et la suppression des taxes alimentant son budget, les privant, par la même, de leur autonomie et leur pouvoir décisionnel.
    Le service public a été mis à mal : coupes budgétaires drastiques, non remplacement des départs à la retraite. En 10 ans l’Hôpital public a vu son budget amputé de 11,7 milliards d’euros. Dans ces conditions comment s’étonner que les personnels soient difficilement capables de faire faire à une crise sanitaire, soldats envoyés au front, puisque, soit- disant nous sommes en guerre, insuffisamment équipés et sous dotés en matériel performant. Le discours des gouvernants est affligeant et témoigne d’un profond mépris pour ceux dont ils sont censés incarnés la volonté ; le mensonge et l’esquive sont la règle. Les gazés d’hier deviennent soudain des héros. Il est urgent de s’apercevoir que la maîtrise de la fabrication de médicaments constitue un enjeu stratégique. Il est scandaleux que l’urgence sanitaire ne remette pas en cause la politique de fermeture des lits.

    Voilà que l’École publique toujours à la faveur de « l’état de guerre » devient peu ou prou la garderie du MEDEF, cette pauvre École, qui de réformes en réformes perd sa fonction essentielle, celle d’instruire et de former des citoyens, Au delà d’un outil pédagogique la numérisation de l’enseignement, que le Ministère est incapable de maîtriser technologiquement, n’est autre que l’invitation des GAFAM à sa table.

    De fait, toutes ces politiques sont cohérentes, toujours moins d’État, toujours plus d’intérêts privés, toujours moins d’initiatives citoyennes. D’ailleurs pourquoi nos gouvernants inféodés aux puissances de l’argent s’en priveraient-ils puisque la constitution le permet ? Et puis, lorsque le peuple exprime son rejet, la répression la plus brutale fait office de dialogue social.

    On voit bien que tout est lié. Le peuple n’est pas aussi aveugle que les oligarques ne le pensent. Il convient donc que le peuple se réapproprie une souveraineté qui de droit lui appartient et par la base, appelle, dès à présent, à l’élection d’une Constituante.

  • Célébrer le 29 mai 2005 ! 15 ans après, exprimez-vous !

    Le 28 mai à 16:20 par Alain Mouetaux (CEL Attac Réunion)

    Souvenir d’une victoire populaire suivit d’une forfaiture d’élus !
    Une invitation d’André Bellon pour "célébrer" à notre façon, ici d’Attac Réunion, le déni démocratique du Traité de Lisbonne, ou plus exécrable, la forfaiture, la traîtrise de Sarkozy et d’une grande partie des socialistes qui se sont abstenues ... et dont plusieurs d’entre eux ont voté pour...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)