L’Assurance maladie.

lundi 1er février 2010
par  Cercle de Paris

Plusieurs textes et doléances de citoyens voient le jour, en ce moment, sur le système public et social d’Assurance maladie. Des Cercles locaux invitent à un large débat sur cette question, et dans le Sud-Ouest, notamment, de nombreuses actions sont menées.
Les questions posées partent d’un constat : A quoi sert de verser 1€ de plus pour les consultations médicales…et 20,40, 50 euros de plus en secteur « libre ». Pourquoi faut-il voir un généraliste avant un spécialiste ? Pourquoi taxer les boîtes de médicaments ? Pourquoi payer un forfait hospitalier/hôtelier à l’hôpital public ? etc…

Ces mesures, dit-on, permettraient de combler le "trou de la Sécu", qui serait à ce jour de 11 milliards d’euros par an. En réalité, comme le rappellent les doléances que nous recevons, ces mesures appauvrissent la majorité de la population qui comptent sur une sécurité sociale à bon marché et des établissements publics de soins. En 10 ans, la part des dépenses « santé » des ménages a doublé ! Le secteur privé, pharmaceutique, médical et hospitalier semble s’enrichir au dépens de la sécurité sociale et de l’Etat. La part des taxes sur le tabac, l’alcool, les industries polluantes reversées à la Sécu diminue. L’Etat soustrait aussi à la Sécu les cotisations sociales dites " patronales ". Il contraint ainsi la Sécu à s’endetter auprès des banques, alors qu’avant elle prêtait à l’Etat !

Les syndicats ont ainsi calculé que les sommes détournées des recettes de la Sécu par l’Etat dépassaient maintenant les 20 milliards d’euros par an et que la Sécu serait largement bénéficiaire.

Ainsi, l’Etat peut utiliser l’excuse d’un déficit qu’il aurait lui-même créé pour éclater le système solidaire de la Sécurité Sociale entre assurances privées et fausses mutuelles qui transforment les citoyens d’assurés sociaux ayant des droits en clients individuels vulnérables.

Cette tendance est très impopulaire et il est donc temps, comme plusieurs doléances l’expriment, de rétablir la Sécurité sociale dans ses principes républicains de 1945.


Commentaires

Logo de baron
mercredi 29 juin 2011 à 16h48 - par  baron

Bonjour,
vu que nous sommes dans les doléances et idées nouvelles, pourquoi la recette de la TVA ne financerait-elle pas la branche accident /maladie ? les autres branches étant financées par l’’impôt sur le revenu dans le cadre de l’instauration d’un salaire de vie.
3 taux de TVA, 5% pour les produits et services de première nécessite,15% pour les produits et services non essentiels et entrant dans une fourchette de prix à définir, 20% pour les produits et service définis comme LUXE ;
Un impôt progressif et prélevé à la source sur le salaire complet (brut+charges patronales) pour financer tout le reste en supprimant toutes les niches fiscales.

Logo de Sylvie Rabatel
samedi 20 février 2010 à 15h08 - par  Sylvie Rabatel

Trouvé sur le journal d’info des adhérents de l’assoc. APTI,N026.
Dr. Yves GRAILLAT,vice président Apti,s’interroge sur la fin d’un monopole ?
Dans son numéro du 17 déc.dernier, l’hébdo"Valeurs Actuelles"publie sous le titre de Concurence, l’article suivant :
"Passé totalement inaperçu, un arrêt de la cour d’appel de Dijon en date du 26 Nov. a autorisé un couple d’agriculteurs du Jura, en procès depuis 18 ans avec la sécu (qu’ils ont ont quittée pour s’inscrire dans une assurance privée),a porter l’affaire devant la Cour de justice européenne. Une première susceptible, selon Claude Reichman,président du Mouvement pour la liberté de la protection sociale (MLPS) de créer une jurisprudence rendant caduc le monopole de la Sécu ; jusqu’alors, la justice française s’était toujours opposée au renvoi d’une telle affaire devant la Cour européenne, laquelle statue, dans le cadre des lois de l’Union sur la libre circulation, en faveur de la liberté d’assurance."
C’est donc par ce biais qu’ils vont détruire notre Sécu.?

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko