La foi contre la raison, toujours !

lundi 17 mai 2010
par  André Bellon

La construction européenne serait-elle une nouvelle religion ?
Combien de personnes n’avons-nous pas entendu expliquer lors des référendums sur Maastricht ou sur le Traité Constitutionnel : « Je ne sais pas exactement de quoi il s’agit, mais je suis européen et donc favorable ». Bref, ils s’agenouillent devant le nouveau Dieu et prient pour leur avenir.
Ces derniers temps, le fédéralisme est le nouvel objet de leur foi et la nouvelle cause de leur renoncement à la critique : « Bien sûr, disent-ils, je ne suis pas favorable aux dispositions et aux mesures prises, en particulier sur le plan social, mais je suis pour le fédéralisme, donc j’accepte la dépossession de ce qu’il reste de démocraties dans les États membres en souhaitant que se développent la démocratie et le bonheur au niveau européen ». On ne peut s’empêcher de repenser aux vieux discours des hiérarchies religieuses demandant d’accepter la souffrance dans ce monde pour jouir dans l’au-delà.
Le bisounours, sous ses apparences bien sympathiques, est un animal dangereux. Il croit en oubliant de réfléchir. Sa foi l’empêche de voir et surtout le conduit à tenter d’amener les autres à croire aussi. Voilà 30 ans que, Jacques Delors ou Romano Prodi en tête, ils nous disent : « Encore un effort. L’Europe sociale est à portée de main » ; puis ils expliquent que, certes, ils prenaient des mesures antisociales, mais que c’était une condition nécessaire pour faire avancer l’Europe qui, promis-juré, construira le social de demain. Et voila 30 ans que la tribu bisounours les suit, illuminée par leur sagesse et guidée par leur magistère. Et ce serait ainsi notre manque de foi, à nous qui regardons les faits, qui produit les retards incessants du paradis européen.
Il est temps de dire «  Halte aux bisounours !  ». La démocratie n’est pas à crédit et le social ne se paye pas en fumée.

Nul ne peut dire ce que serait une structure fédérale sur un espace qui, d’ailleurs, modifie en permanence ses frontières. Mais chacun remarque bien que toute avancée vers le fameux fédéralisme s’accompagne du développement des inégalités, de difficultés sociales accrues et de dilution de toute démocratie. Chacun remarque qu’à chaque étape, le poids des oligarchies augmente et que la souveraineté populaire n’est plus qu’un vain mot. C’est la seule illustration du fédéralisme européen que l’on connaît. Le reste n’est que littérature.
Alors, deux principes doivent conduire notre action : ne rien faire sans l’aval des peuples, donc n’accepter aucune mesure qui échappe au contrôle des citoyens. Loin de l’idéologie Bisounours, il est temps que les citoyens disent «  Halte à la soumission !  ».


Retrouvez également cet article, qui a attiré l’attention du site Marianne 2 en cliquant ici : http://www.marianne2.fr/Halte-aux-bisounours,-l-Europe-n-est-pas-un-reve-mais-du-reel !_a193061.html


Commentaires

Logo de Reneabel
lundi 15 août 2011 à 12h57 - par  Reneabel

Il n’y a plus d’autre début de solution : il faut impérativement sortir de cette "Europe". Pourtant, l’Europe était un grand, un beau, projet : rassembler ces européens dont l’histoire est pleine de guerres fratricides... Certes, mais ce qui se met en place sous ce nom est une caricature : une "Europe" non-démocratique, non sociale et inféodée à l’OTAN et au capitalisme transatlantique, ainsi que gouvernée par les non-élus de Bruxelles... Dans le même temps, les parlements nationaux sont devenus des assemblées formelles pour lesquelles la majorité du peuple (jadis souverain) ne vote pas. Pourquoi le ferait-il ?

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko