Liberticide liberté de circulation

lundi 20 septembre 2010
par  Anne-Cécile Robert

Le 21 décembre 2007, les dirigeants européens et la presse conforme fêtaient en grande pompe l’entrée de neuf nouveaux pays dans l’espace Schengen. Cet espace compte aujourd’hui 22 membres à part entière et 3 associés [1] . La libre circulation des personnes, en vertu de laquelle ce processus s’effectue, était prévue dès le traité de Rome en 1957. Elle fait partie des libertés fondamentales instaurées par les Communautés européennes et poursuivies dans le cadre de l’Union européenne. Pourtant, à y regarder de plus près, cette « liberté de circulation » est-elle vraiment une liberté ?

A l’origine, la libre circulation des personnes (LCP) s’adresse principalement aux agents économiques, notamment les travailleurs qui doivent pouvoir proposer leurs services dans n’importe quel pays de la CEE. Cette définition restreinte est le reflet du caractère purement économique de la Communauté européenne en 1957. Les personnes sont avant tout considérées comme des acteurs de la société marchande. Dans la présentation du traité de Rome d’ailleurs, la LCP vient après le chapitre concernant la libre circulation des marchandises et est diluée dans un chapitre intitulé « libre circulation des personnes, des services et des capitaux ». Elle fait partie d’un tout (le marché commun).

La LCP s’est progressivement substituée à la Liberté d’aller et venir, liberté reconnue par le droit international et protégée par le Conseil constitutionnel en France. Ce glissement sémantique n’est pas anodin. Il reflète la vision mondialiste (et non plus internationaliste) de la classe dirigeante européenne qui tente d’abolir les Etats au profit de l’extension sans fin du marché. En effet, la liberté d’aller et venir implique un point d’ancrage : le cadre national, l’Etat, duquel on pouvait partir et vers lequel on est amené à retourner. Au contraire, la LCP définit, dans la perspective libérale, un individu hors sol, essentiellement mu par ses intérêts économiques et qui se déplace pour satisfaire ses aspirations privées.

La LCP a progressivement été étendue à tous (étudiants, retraités, inactifs, etc.), notamment grâce aux accords de Schengen dans les années 1990. Signés, en dehors des institutions européennes par une poignée d’Etats (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas), ils seront adoptés par la majorité des membres de l’Union européenne (à l’exception du Royaume-Uni et de l’Irlande). Pour autant, cet élargissement n’a pas fait disparaître la prégnance des préoccupations économiques et la vision mondialiste qui les sous-tend. Ainsi, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, incluse dans le traité de Lisbonne, mentionne dans son préambule que l’Union « cherche à promouvoir un développement équilibré et durable et assure la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux, ainsi que la liberté d’établissement. »

Incongrue dans un document destiné à protéger les droits de l’homme, cette référence banalise la LCP, piètre rempart pour les libertés. D’ailleurs la mise en œuvre de la LCP se traduit mécaniquement par un renforcement des contrôles policiers. En effet, elle n’existe que dans un espace donné (l’Union européenne) qu’il faut protéger des perturbations extérieures. C’est pourquoi l’extension de l’espace Schengen s’accompagne de l’installation de barrières protectrices (caméras de surveillance, grillages de toute sorte, camps de rétention, contrôles d’identité). Tête-à-queue sidérant quand on sait que la Liberté d’aller et venir synthétise les droits et libertés permettant à l’individu de circuler sans être abusivement importuné par la police ou victime des excès de l’arbitraire.

La construction européenne déploie ainsi inexorablement toute sa logique substituant l’agent économique au citoyen, détruisant inexorablement les droits fondamentaux au nom de libertés qui ne sont jamais celles des citoyens.


[1Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Slovénie, Slovaquie et Suède. L’Islande, la Norvège et la Suisse sont associées.


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko