Appel d’anciens députès pour une Constituante

lundi 28 mai 2012
par  Association pour une Constituante

Pour une Assemblée constituante

Trois anciens parlementaires appellent à une refondation de la vie politique, seule capable à leurs yeux de résoudre la crise démocratique que traverse le pays.

Leur appel a été reproduit dans le journal La Croix (texte en pièce jointe).

***


André Bellon, ancien député (PS) des Alpes-de-Haute-Provence

Jean-Marie Daillet, ancien député (UDF) de la Manche

Jean-Pierre Fourré, ancien député (PS) de Seine-et-Marne

Nous avons été députés dans les années 1980-1990. Nos appartenances étaient diverses ; nos opinions restent
aujourd’hui différentes. Nous n’exprimerons d’ailleurs pas les mêmes votes lors des prochaines élections.

Mais, au-delà de nos parcours et de nos options, nous voulons affirmer en commun notre attachement à la démocratie, au contrat social, en un mot à la République.

La démocratie est aujourd’hui en grave danger dans notre pays. La vie publique s’éloigne de plus en plus des citoyens, le pouvoir est essentiellement concentré sur un président irresponsable devant eux, mais largement soumis aux opérateurs financiers, décidant ainsi de la vie de tous aussi bien que de l’avenir même du pays. D’étape en étape, les citoyens ne se sentent plus représentés et se détournent de la plupart des élections ; d’échéance en échéance s’accumulent les risques de violence en réaction à une vie publique délétère.

D’étape en étape, les citoyens ne se sentent plus représentés et se détournent de la plupart des élections ; d’échéance en échéance s’accumulent les risques de violence en réaction à une vie publique délétère.

La société est en pleine décomposition, comme l’illustrent les inégalités sociales et la déliquescence des services publics. En outre, notre pays n’est plus en mesure d’exprimer, comme le font les États-Unis, la Chine, le Brésil ou l’Allemagne, des choix pour lui-même.

On peut avoir des options très diverses quant au type de société souhaité. Mais on ne saurait accepter que l’avenir se bouche, faute de pensée et, de courage politique. On ne saurait non plus accepter qu’un futur, certes difficile à cerner face à des enjeux économiques, sociaux, écologiques et géopolitiques sans précédent, se décide loin des citoyens, en dehors de tout soutien populaire réel. Les institutions doivent être repensées pour redonner force à une vie politique aujourd’hui éloignée des préoccupations des citoyens. Elles doivent recréer la confiance, s’appuyer sur une vraie citoyenneté, reconstruire le soutien populaire. C’est pourquoi l’élection au suffrage universel direct d’une Assemblée constituante constitue une réponse à la grave crise politique que nous traversons. Cet objectif n’est pas, au demeurant, limité par nature à la France. De telles assemblées dans les autres pays pourraient aider à un processus de paix et de stabilité bien nécessaires au vu des risques qui pèsent aujourd’hui sur le monde.


Portfolio

JPEG - 1.7 Mo

Commentaires

Logo de Saga des Gémeaux
jeudi 24 mai 2012 à 13h38 - par  Saga des Gémeaux

Le constat à laquelle se livrent ces trois anciens parlementaires est dure mais vrai. Les institutions de 1958 mises en place par De Gaulle ont fait leur temps. La Constitution actuelle ne correspond plus à notre époque de l’internet, du numérique et j’en passe. Ceci dit vouloir une assemblée constituante c’est très bien, mais si c’est pour revenir au temps des Constitutions qui ne servent à rien, alors autant continuer de garder celle de 1958 ( je veux dire par là -et je sais que certains en rêve- revenir sur la garantie juridictionnelle de la Constitution). En ce ce qui concerne la vie politique française, celle-ci est pervertie par la mascarade des présidentielles qui flatte les passions et l’égo surdimensionné de quelques uns de celles et de ceux qui se prêtent à ce grotesque cirque électoral, bref au candidat (e) qui sera le (la) plus démagogue qui soit. Pas plus populiste que moi tu meurs. Oui supprimons cette élection débile qui ne fait que servir de tremplin aux apprentis dictateurs comme Jules Grévy le redoutait déjà en 1848.

Saga des Gémeaux

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko