(Tirer) en aveugle et (frapper comme un) sourd !

lundi 30 décembre 2013
par  Christian Berthier

Dans le cadre des échéances à venir, le texte suivant de Christian Berthier est soumis à débat.

***


On lit jusque sous les plumes les plus radicales de la gauche de la gauche que le gouvernement Hollande serait "aveugle et sourd". Je ne partage pas cette analyse, à vrai dire rassurante.

Il suffirait que le gouvernement regarde et écoute le Peuple pour qu’il en résulte une meilleure politique.

C’est faire bon marché de l’organisation de l’Etat qui fournit chaque jour au Président et au premier ministre des "notes" attirant leur attention sur tous les évènements potentiellement porteurs de "menace" à l’ordre public et au bon fonctionnement des services publics tels qu’ils en jugent.

Pour les "opposants déclarés" "de droite" comme "de gauche" il suffirait de mieux informer le gouvernement, de pétitionner et de défiler pour un meilleur "dialogue social" pour que ce gouvernement, comme avant lui ceux qui l’ont précédé, "change de politique".

On peut alors se demander pourquoi faire campagne pour changer les élus, puisqu’il ne s’agirait que de mal-gouvernance ?...Et pourquoi se battre pour remettre le peuple au pouvoir, notamment par l’élection d’une Assemblée Constituante ?.

J’estime, en l’absence de toute modestie, qu’on nous enfume. Le gouvernement, pour ne pas parler du joli monde des patrons, mènent chaque seconde et avec tous les moyens en leur pouvoir une véritable guerre sociale et donc une guerre contre le peuple avec tous les moyens que leur donnent la constitution de 1958 européisée et les lois antisociales.
Certes, on peut encore résister et négocier, il le faut, organisations syndicales et élus locaux peuvent y concourir, mais la politique gouvernementale, en France, comme en Grèce, au Portugal et...en Allemagne consiste à frapper vite et fort.

Mais prenons garde ! Ce n’est pas sans sérieuses raisons que les associations du "mouvement social", comme les organisations syndicales de tous types sont actuellement frappées - comme les partis politiques - par la réduction de leurs effectifs. Apres 1789, comme sous les "Communes" de 1871, les "organisation du mouvement social" ne se sont développées qu’alors que la question du pouvoir politique était posée. En même temps que celle de la "reconstitution du peuple en corps".

Aiguillonné par les hiérarques de l’Union Européenne, le gouvernement ne cède un peu que de peur de tout perdre. La moindre des choses que les citoyens exigent de ceux qui demandent leurs votes, ce sont des réponses concrètes sur le problème du Pouvoir de satisfaire leurs besoins leurs doléances urgentes.

Le Pouvoir pour quoi faire ? Comment mobiliser la masse du peuple qui fera in-fine sa propre histoire ? Ne jouons pas aux enfants gâtés. Il ne faut déserter aucune ligne de résistance. Notamment celle des élus locaux et départementaux dont l’Union européenne exige la disparition. Disparition à laquelle travaille sans relâche, l’actuel gouvernement après son prédécesseur.

Mais hélas aussi celles et ceux qui "oublient" d’être explicites sur les moyens de rendre au peuple son organisation et son pouvoir, compte tenu que l’on peut compter sur les tenants et rouages du pouvoir actuel pour organiser diversions et faux-semblants. Par exemple trahir la Constituante au nom de la Constituante en restant muets sur les liens organiques nécessaires entre le Peuple est ses représentants. Par exemple des "assemblées communales".


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko