Pour le prix Nobel du mépris, il y a de la concurrence !

dimanche 9 avril 2017
par  André Bellon

Quand on réfléchit à la situation politique et à la présidentielle, une idée s’impose à l’esprit : pourquoi ne pas remplacer l’élection par les sondages ? Ca ferait des économies.

Le plus marrant, c’est que les journalistes et les sondeurs nous ont dit, on ne sait combien de fois, que les sondages n’influaient pas sur les résultats ; devant les échecs des sondages, ils nous ont même dit que le mieux serait de ne plus en publier.

Moyennant quoi, il n’y en a jamais eu autant.

Pour le prix Nobel des foutages de gueule, on a de la concurrence !


Commentaires

Logo de daniel adam
mercredi 3 mai 2017 à 09h59 - par  daniel adam

Sur les réseaux sociaux, ma vie privée nourrit le "big data" et appartient à des « algorithmes » (méthode de tri utilisant les mathématiques) qui décortiquent toute mon activité en ligne.

Or, depuis des décennies, sont utilisées en marketing des modèles comportementaux en corrélant les actions et les caractéristiques d’une personne. Cette masse de données numériques qu’est le big data est statique : sa seule valeur mathématique est la quantité.

Le qualitatif peut être approché par deux paradigmes utilisés par les sondeurs : « minimaliste » (Pierre Bourdieu et Philip Converse) et « constructionniste » de John Zaller.

Toutefois, la certitude n’existe pas dans l’univers réel de la prise de décision. Quand on prend une décision politique, engageant socialement la vie des autres, il faut toujours "savoir" faire la différence entre le risque et l’incertitude. Le risque est quantifiable, pas l’incertitude. On peut apprivoiser l’aléatoire avec des probabilités. Avec l’incertitude, on n’a même pas la connaissance des probabilités.

Ce n’est pas demain que le sondage remplacera le vote !

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko