Lettre de Monsieur Ichem Jaouadi sur la Constituante en Tunisie

vendredi 11 mars 2011
par  Association pour une Constituante

Depuis une Tunisie en bouleversement et en recherche, Monsieur Ichem Jaouadi nous a adressé la lettre ci-dessous suite à nos articles sur son pays.

Nous avons la chance aujourd’hui en Tunisie d’être appelés à élire
une Assemblée Nationale Constituante (ANC) pour le 24 juillet 2001 -le 25 juillet étant depuis 1959 un jour férié de fête de la République, la 1ère.

Cette Constituante a été appelée par les vœux du peuple dès les premiers jours ayant suivi la révolution du 14 janvier afin de contrer les manœuvres de ceux qui voulaient la récupérer à leur compte. Deux sit-in de plusieurs jours devant les locaux du 1er ministère et dans d’autres places du pays ont forcé les autorités de transition à accepter ce principe et à appeler à l’élection de cette Assemblée.

Mais le plus grand enjeu est pour maintenant car le mode de scrutin ainsi que la composition de cette ANC ne seront pas connus avant la fin de ce mois de mars. On sait que seront candidats les partis politiques ainsi que les représentants de la société civile. Les premiers ont été très marginalisés pendant des décennies de dictature et -heureusement d’ailleurs- ne suscitent pas une opinion favorable chez des citoyens culturellement sceptiques vis à vis des politiques ; aucun parti ne peut se targuer d’avoir une grande base, même pas les partis religieux.

J’espère que ceux qui siègeront dans cette assemblée seront, pour la majorité d’entre eux, des figures indépendantes qui sauront mettre les jalons de l’organisation de la vie politique et sociale loin de l’hégémonie des partis actuels et des lobbys.

Avant la révolution en Tunisie, vu le désert local, je suivais beaucoup
la vie politique française et j’étais souvent consterné par la
superficialité des débats -qui je l’avoue, au début me fascinaient puisque les gens parlent librement-, ainsi que par la primeur de l’aspect people sur le fond et la facilité avec laquelle on balaye par le mépris les critiques émanant de la voix du peuple et par la totale dépendance des médias et l’inefficacité criarde des institutions dites représentatives par le seul argument que la France est une démocratie.

Mais la démocratie n’est pas que la liberté d’expression. Encore faut-il d’ailleurs que cette expression soit vraiment libre et non pas formatée par les propagandes de tout bord qui n’en font qu’une simple caisse de résonance d’idées consensuelles préfabriquées. La démocratie est avant tout la réalisation de la volonté du peuple.

Or, quand on voit ce qui s’est passé sur la réforme des retraites, les lois HADOPI et LLOPSI (soit-disant censées protéger les artistes et les enfants), sur les réformes de l’Union européenne, on ne peut que se poser des questions sur l’état de la démocratie française et plus généralement européenne.

Votre article ainsi que les commentaires m’ont fait chaud au cœur. Ils me donnent des pistes de réflexion et me réconfortent dans l’idée que la phase actuelle est décisive et, je l’espère, ira dans le bon sens.

J’espère aussi que bientôt en France, vous pourrez obtenir cette
Constituante pour réécrire votre destin.

Cordialement,

Ichem Jaouadi


Commentaires

Logo de Saga des Gémeaux
mardi 15 mars 2011 à 16h04 - par  Saga des Gémeaux

Monsieur,

votre article est plein d’espoir. En effet votre peuple s’apprête à élire pour la première fois une Assemblée constituante multipartiste qui doit rédiger une nouvelle Constitution pour la Tunisie. J’espères de tout cœur que votre pays puisse prendre le chemin de la République parlementaire. En effet vous consulter toutes les Constitutions européennes à l’exception de la Constitution française qui est la plus anti-démocratique d’Europe avec son président de la République élu au suffrage universel direct et qui gouverne à la place de son Premier ministre ( ce dernier faisant de la décoration) alors qu’il est irresponsable sur le plan politique. Le présidentialisme est l’anti-chambre de la dictature (vous en savez quelque chose puisque vous l’avez subie) avec son titulaire qui concentre tout le pouvoir exécutif entre ses mains et sans qu’il y ait de véritables contre-pouvoirs susceptibles de l’équilibrer. Monsieur je formule le souhait que votre future Assemblée constituante proclamer la Tunisie République parlementaire avec un Président ayant une fonction honorifique de représentation et de pouvoirs uniquement nominaux, un Premier ministre détenteur du pouvoir exécutif et responsable politiquement devant le Parlement, un Parlement qui vote la Loi, contrôle l’action du gouvernement, évalue la mise en place des politiques publiques et qui puisse être informé des négociations internationales. Je souhaite également que votre future Constitution puisse instaurer une Cour constitutionnelle chargée de contrôler la constitutionnalité des lois afin que la Constitution puisse être la norme juridique suprême afin que les pouvoirs publics puissent la respecter.
Monsieur, je vous souhaite bonne chance ainsi qu’à votre peuple et à votre pays.

Saga des Gémeaux

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko