Vote blanc - Une loi à minima » dangereuse pour la Démocratie !

dimanche 16 février 2014
par  Gérard Gauthier

Les sénateurs ayant voté en deuxième lecture, sans modification la proposition de loi présentée par les centristes de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) visant à reconnaitre le vote blanc, le Parlement a définitivement adopté la loi le mercredi 12 février.

Le texte va être promulgué par le président de la République dans les 15 jours. Pendant ce délai, le Président peut demander un nouvel examen du texte et le Conseil constitutionnel peut être saisi pour vérifier qu’il n’est pas contraire à la Constitution. La loi entrera en vigueur après sa publication au Journal Officiel et des décrets d’application permettent sa mise en œuvre.

L’association Blanc c’est exprimé, en dehors de la satisfaction de voir le vote blanc reconnu, ne se retrouve pas dans la loi votée qui va à l’encontre de sa démarche initiale qui était de voir cette expression prise en compte comme étant un suffrage exprimé. Cela pour lutter contre la montée des abstentions qui permettent l’émergence de courants minoritaires, xénophobes et racistes.
.
Cela pour redonner crédibilité et légitimité aux élus.

Elle ne peut s’associer à la satisfaction générale des médias, de ce qui aurait du être une conquête pour l’expression de la Démocratie. En effet l’association a prouvé par la réponse apportée à ses appels que le vote blanc pouvait ramener vers les urnes des électeurs qui en avaient abandonné le chemin.

Or, en reconnaissant le vote blanc sans lui donner sa dimension réelle en terme de conséquences, les parlementaires ont tout simplement oublié (?) que l’appel d’air provoqué par la loi ne va pas servir l’objectif de Blanc c’est exprimé, souhaité par les citoyens, mais bien aller à son encontre.

C’est, de plus, et c’est un élément à prendre en compte, une prime accordée à tous les partis et surtout aux partis minoritaires extrémistes, xénophobes et racistes.

En effet plus il y aura de votes blanc et plus cela fera diminuer le pourcentage de suffrages exprimés qui servent de bases aux résultats définitifs et de facto cela donnera aux partis des pourcentages en augmentation !

Ce qui sera un plus pour le financement public des partis politiques...

La loi nouvelle loi ne s’appliquant pas à l’élection présidentielle cela enlève toute justification à la volonté de ne pas reconnaître le votre blanc comme étant un suffrage exprimé.

Le combat pour que cela devienne une réalité reste celui de l’Association citoyenne « non partisane » Blanc C’est Exprimé. »

Aujourd’hui, la loi votée lui apparaît comme une « victoire à la Pyrrhus ! »...

Saint-Brieuc le 13 février 2014


Commentaires

Logo de EFK37
mercredi 12 mars 2014 à 11h25 - par  EFK37

je suis tout à fait d’accord ! cette loi est une mascarade tape à l’œil, puisque les bulletins blancs ne sont pas comptabilisés dans les exprimés, mais les politiques sont très conscients que donner cette possibilité au peuple c’est remettre en cause LA constitution, c’est plus que gênant !
Car plus de bulletins blancs augmentant les exprimés remettraient en cause la constitution. Si le premier à l’élection présidentielle n’avait pas les 50% des suffrages exprimés , je crois, qu’il ne serait pas élu au vu de la constitution actuelle. Et vive la constituante
EFK37

Logo de init6a
lundi 17 février 2014 à 09h08 - par  init6a

J’ajoute au message précédent :
toutes ces propositions de modification de la loi électorale manquent terriblement d’imagination, et ne risquent pas de changer le dégoût des citoyens, et la forte conviction qu’on nous prend pour des imbéciles.

Que le candidat A soit déclaré élu avec 15% des voix sur l’ensemble des inscrits ou 25% si on compte les blancs ou 50% si on ne compte que les exprimés, qu’est-ce que ça change pour l’électeur de base et le gouvernement du pays ?
alors que franchement c’est 70% des citoyens qui le vomissent, lui et ses compères ?
Et que la question n’est pas là, mais de remplacer le système représentatif par autre chose ?

Vous manquez d’imagination.

Logo de Maurice
lundi 17 février 2014 à 08h52 - par  Maurice

Le vote blanc reconnu ?
C’est un premier pas, rien d’autre tant que cela n’amènera pas de suite comme refaire l’élection (à partir d’un % à définir) sans ceux arrivé en tête.

Logo de init6a
dimanche 16 février 2014 à 20h28 - par  init6a

Je ne comprends pas le problème.
Supposons qu’à une élection il y ait, par rapport aux inscrits, 40% d’abstentionnistes (qui ne se déplacent pas pour voter), 30% qui mettent dans l’urne un bulletin blanc, et sur les 30% restants, 15% au candidat A, 10% à B et 5% à C.

Une juste reconnaissance de l’opinion des citoyens serait de déclarer que 70% des électeurs refusent tous les candidats, A, B, C, donc personne n’est élu.

Que se passe-t-il avec la loi actuelle ? à supposer qu’elle ait de l’intérêt ?

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko