« Territoires » : C’est violence que de tenter de changer le peuple par en haut !

samedi 28 juin 2014
par  Christian Berthier, Tribune libre

A Bruxelles, comme à Paris, il est plus que temps de regarder les choses en face.

Qu’ils s’abstiennent ou qu’ils votent contre, une large majorité des électeurs refusent les propositions du PS, de l’UMP et de leurs compagnons de route. Des « ex-grands élus » et des milliers de plus petits ont mordu la poussière de l’arène électorale. La raison en est chère pour tous.

Si la maestria manipulatrice du Président, de promesses en coupes budgétaires , a pu dissoudre le refus des élus locaux de passer dans la « seringue » de leur disparition pure et simple, l’effondrement des listes « socialistes » et alliées a même privé des milliers d’élus de premier plan d’un « sauvetage » dans les intercommunalités, départements et autres métropoles.

Et que dire de la rage de centaines de milliers d’élus municipaux de toutes tendances, maintenant élus ou réélus, face à l’impossibilité budgétaire de réaliser leurs programmes électoraux, de par le budget 2014 et les 10 milliards supplémentaires promis à Bruxelles ?

Quant aux élus et conseils départementaux, ils devraient disparaître en fait sinon en droit, bien avant 2021, du fait du transfert progressif à l’administration de leurs décisions budgétaire.

Que dire des manifestations et rejets de la population, petits élus et électeurs, mobilisés contre telle ou telle suppression de poste ou de service public ?

Résistances utiles, car sans elles, il semble que rien n’arrêtera un gouvernement surveillé et aiguillonné par l’union européenne.
Même les propositions les plus « intelligentes » ou « équilibrées », les « meilleures idées » des « experts » semblent vouées à l’échec. Il ne semble plus y avoir aucun intérêt national commun entre une oligarchie largement médiatisée et l’immense majorité du peuple.

Toutes les bonnes volontés sont actuellement balayées et des forces irrésistibles vont à la rencontre les unes des autres. Le rejet du pouvoir ne peut plus être dissimulé par les media. Il enfle et parmi ses causes figurent :

- La volonté de répondre aux demandes de l’Union Européenne et non à celles des citoyens, de leurs élus locaux et de leurs assemblées. Depuis le 29 mai 2005, nul ne peut ignorer le refus majoritaire de la « loi bruxelloise » par le peuple.

- Le refus de combler des déficits locaux croissants malgré des budgets nationaux de restrictions généralisées des services publics et de la protection sociale. Le peuple a le droit d’exiger que les impôts qu’il paye soient utilisés pour le servir plutôt qu’au profit des banques de tous types. Il a aussi le droit que l’emploi de ces impôts soit contrôlé à tous les niveaux par ses élus.

- La prise de position de la grande majorité des élus départementaux et communaux contre les propositions de la déclaration de politique générale les concernant. Claudy Lebreton, Président de l’Assemblée des Départements de France ayant même déclaré avoir « reçu un coup sur la tête », "abasourdi" à la suite de l’annonce, par Manuel Valls Premier Ministre, de la suppression des départements à l’horizon 2021. Pour lui, "L’objectif est clair : il ne s’agit pas de supprimer le territoire départemental mais … les conseils généraux. Le conseil départemental sera mort-né puisque, alors qu’il n’est pas entré en vigueur, on annonce déjà sa disparition... cette suppression est motivée, non pas par souci d’améliorer la démocratie ou pour lutter contre le chômage mais par l’objectif de faire des économies. Sarkozy en rêvait, la gauche a fait le boulot que la droite n’a pas pu faire ! ".

En 1789, pour faire face au lourd endettement du royaume de France, le roi Louis XVI convoqua des « Etats Généraux ». Le 29 mai , en réaction aux atermoiements des représentants de la noblesse et du clergé, les délégués du « Tiers Etat » se constituaient en « Assemblée des Communes » , puis le 17 juin avec une partie des autres délégués, en « Assemblée Nationale », puis, le 20 juin, devant l’opposition du roi, en « Assemblée Constituante ».

Aujourd’hui les sommets de l’Etat invoquent aussi la dette publique pour tenter d’imposer aux Français une baisse massive de leur niveau de vie et de leurs droits. Le refus des élus locaux représente celui du peuple. Il leur revient de contribuer à exprimer et à dresser la résistance du peuple de France, notamment par la réunion d’une nouvelle assemblée constituante.


Commentaires

Logo de Germinal
lundi 4 août 2014 à 15h51 - par  Germinal

Et si ce nouveau découpage ne servait qu’à constituer des régions à l’échelle européenne et déboucher au final sur l’Europe des régions où les nations auront disparu. Les régions seront directement soumises au diktat de Bruxelles !

Logo de Yvan Bachaud
vendredi 1er août 2014 à 09h16 - par  Yvan Bachaud

Bonjour,
Il n’y a qu’un moyen démocratique et efficace d’empêcher que des lois et des décrets soient adoptés par " en haut" contre la volonté du peuple, c’est de disposer- dans l’article3 de la Constitution - du référendum d’initiative citoyenne en toutes matières y compris constitutionnelle et de ratification des traités.
Par cette voie les Suisses ont par exemple pu refuser la privatisation de la production d’électricité, ou abroger une loi qui allait baisser les retraites.
Pour la présidentielle de 1988 François Mitterrand avait écrit que le référendum d’initiative populaire était une aspiration profonde des Français qu’il allait saisir le légiste… !
C’est toujours vrai aujourd’hui puisque 82 à 88% des Français sont POUR !
MAIS il a attendu 5 ans, le 10 mars 93 , pour faire adopter – à la surprise générale écrivait le Monde !- par le gouvernement BEREGOVOY un projet de loi en faveur du RIP. MAIS comme annoncé, le dimanche suivant il y avait un raz de marée RPR à l’A.N..

En 2012 le RIC était dans le programme du Front de gauche..(Note 1)mais – malgré de nombreuses relances pas un seul de ses parlementaires n’a accepté de déposer une proposition de loi en faveur du RIC !
Ce double langage des partis est la cause principale de la défiance des citoyens à leur égard.

Comment avoir confiance en des gens qui refusent que les citoyens puissent reprendre la parole pour DECIDER de ce qui les regarde entre deux scrutins de même niveau ?

André Bellon a écrit dans un article dans Libération :" Comment peut-on être démocrate ?"
" On n’a pas en effet, pendant toutes ces années, mesuré ce qu’avait de destructeur pour la vie démocratique le fait de mener des politiques au mépris de la volonté des citoyens."

Il est fondamental de permettre au peuple de reprendre la parole pour exprimer sa VOLONTE !

L’ Association « Article3 » va publier en septembre sur son site un « Annuaire des personnes morales favorables au RIC » , afin d’éclairer les Français sur la conception de la démocratie des « personnes morales » qu’ils écoutent, qu’ils suivent, voire qu’ils soutiennent .l’ association pour une Constituante a été sollicitée pour cette inscription gratuite bien sûr. Nous espérons une réponse favorable.
Cordialement.
Yvan Bachaud membre de la direction collégiale d’ Article 3

Note 1 :
Front de gauche 2012 . Programme : « L’humain d’abord »
L’IMPLICATION POPULAIRE PERMANENTE page 25
Nous créerons de nouveaux domaines d’intervention populaire. Le référendum, ou toute autre forme de consultation populaire directe, pourra être initié par voie de pétition réunissant un pourcentage conséquent de la population. (…)
L’initiative d’une loi sera ouverte aux citoyennes et aux citoyens, aux organisations syndicales et aux associations.

Logo de Jim
jeudi 3 juillet 2014 à 18h38 - par  Jim

Merci Christian de ta réponse.

En effet la mise en place d’une gestion des affaires courantes et locales en contexte de constituante démocratique et citoyenne est une tâche pour laquelle les élus locaux semblent parfaitement légitimes.

De surcroit comme tu le précises leurs intérêts personnels bousculés aux niveaux national, UE, et régional peuvent les placer aux côtés du peuple français mécontent dans sa large majorité afin d’obliger Parlement et Gouvernement à se dessaisir de dossiers qui ne les regardent plus.

Logo de Christian Berthier
mardi 1er juillet 2014 à 14h56 - par  Christian Berthier

Cher Jim !
Mon "focus" sur les élus locaux (comunaux et départementaux) vient du constat de leur proximité géographique et matérielle avec leurs électeurs et de leur "ciblage" par l’Union européenne et les gouvernements Sarkozy et Hollande. Les projets gouvernementaux veulent dépouiller ces élus de leurs mandats politiques et de leurs conséquences budgetaires. Attaqués, les élus se rebiffent et se tournent ( à mon avis encore insuffisamment) vers leurs électeurs.
Hollande et l’Union Europeenne en ont à l’existence meme de ces 500 000 elus et aux mandats qu’ils portent. S’il est facile pour la France d’en haut de circonvenir quelques milliers de notables, c’est impossible pour des centaines de mille qui, contrairement à ce qui est écrit, ne vivent pas de leurs mandats et peuvent à tout moment, réunir leurs conseils et en appeler à leurs électeurs.
Concernant le lien entre elus et assemblées locales et assemblée constituante, l’histoire offre plusieurs reponses, en France et ailleurs, de ce lien direct. Ce lien est celui vécu par la majorité des familles et citoyens.
En fait ce lien existe aussi avec la question du gouvernement, surtout si les partis nationaux sont discredités, parce qu’au niveau departemental et regional a pu et pourraient etre tres rapidement etre mis en place et/ou centralisée une gestion des affaires courantes et locales

Logo de Christian Berthier
mardi 1er juillet 2014 à 12h35 - par  Christian Berthier

Cher Darcjane,
La difference entre serbo-croate et democratie est dans l’acquis !
On ne peux te faire parler serbo-croate que si tu l’as appris avant...sauf si on considère que tous les serbo-croates actuels parlent anglais, notre nov-langue à tous !
Alors que la démocratie, c’est un truc auquel tu as droit dès la naissance comme être humain !
Blague à part, je suis absolument d’accord sur le fait que la rupture n’est pas génétiquement intégrée à l’ADN de l’élu. Au contraire, il est celui qui devrait intègrer les besoins des électeurs dans l’action de la République...Il se heurte alors, via les préfets, aux obligations de l’Etat qui, lui, veut domestiquer les élus. D’ou compromis, d’ou influences. Sauf que c’est comme l’eau : tu chauffes, tu chauffes et tu vois rien. Mais à un moment, sans avertir, ça te saute à la figure !
On a assez "chauffé" le peuple français, qu’à un moment il n’en peut plus...et les petits élus non plus. Donc, même si chacun parle de paix et de synergie, tout le monde marche à la guerre. Et on en est là !
En convoquant les Etats Generaux, le Roi voulait éviter la révolte du peuple et lever plus d’impots. La suite, tu la connais ! Les Etats généraux sont devenus assemblée des communes de France, puis Assemblée Constituante ( du Peuple en Corps).
On n’est pas dans un processus juridique, mais politique. Le pouvoir actuel veut collecter toutes les ressources des Français. La constitution lui en donne le droit. Hors une oligarchie, personne ne le veux. Même en haut, bien peu acceptent de donner Alstom pour sauver ParisBas !
Le pouvoir devient l’ennemi de tous !
L’élection d’une assemblée constituante est un des myens pour remettre l’interet du nombre au dessus de celui de quelques-uns !

Logo de Darcjane
dimanche 29 juin 2014 à 18h27 - par  Darcjane

chacun a ses marottes. ..il m’apparait assez evident que l’avenement d’un processus constituant ne passera pas par les elus....ou alors sous la torture...
Sous la torture je pourrais egalement envisager parler couramment le serbo croate...
D’ailleurs cette question centrale du comment faire advenir un processus constituant est assez soigneusement eludee par les tenants de la Constituante... Phenomene présumé auto executoire ? Pensee magique ? Manque d’imagination ? Manque de courage ?
C’est pourtant un sujet qui pourrait etre interressant a creuser...non ?!

Logo de Jim
dimanche 29 juin 2014 à 13h48 - par  Jim

Questions si tu veux bien Christian.

Tu conclues par : Le refus des élus locaux représente celui du peuple. Il leur revient de contribuer à exprimer et à dresser la résistance du peuple de France, notamment par la réunion d’une nouvelle assemblée constituante.

- Comment justifies tu du point de vue d’une philosophie politique concernant la démocratie
et d’un point de vue simplement pratique
ce focus que tu établis sur les élus locaux ?

- Comment dans l’idéal selon toi les élus locaux pourraient contribuer à l’avènement d’une assemblée constituante, et quel serait leur rôle concret dans le cadre d’une telle assemblée selon toi ?

Merci par avance de nous éclairer.

Cordialement.

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko