De quoi un parlement a t-il le plus besoin : d’élus ou d’électeurs ?

mercredi 1er juillet 2009
par  Didier

L’abstention massive aux dernières élections européennes n’empêchera pas les élus (*) de siéger. Certains commentaires l’ont soulignée mais cependant elle n’a suscité aucune interrogation sur la nature même de nos institutions, bien qu’elle soit de moins en moins exceptionnelle.

Certains, parmi les plus critiques, voient dans l’abstention une « crise de la représentation ».

Que nenni ! Les institutions parlementaires se satisfont très bien de cette absence d’électeurs. D’autant que les tenants du statu quo en sortent renforcés : les sondages montrent que ce sont les plus fragilisés par les crises qui ignorent les urnes, ceux qui pourtant auraient tout intérêt à ce qu’une autre politique, en leur faveur, soit mise en œuvre.

Quand le suffrage était censitaire, seule une petite fraction de la population pouvait voter, la plus riche, celle qui payait des impôts, les propriétaires. Les parlements fonctionnaient.

Aujourd’hui, il y a le suffrage universel. Mais, pour de multiples raisons qu’il n’y a pas lieu d’analyser ici, seule une minorité s’est déplacée aux urnes. Gageons que le parlement fonctionnera.

Alors quoi ? Se plaindre de la dépolitisation des masses ? Pleurer sur la disparition de la citoyenneté ? Insuffisant.

Mais quoi encore ? Prendre acte que le système parlementaire a trahi les Français en 2008 quand il a dit « oui » au traité de Lisbonne ? Constater que nous ne décidons jamais de rien collectivement bien que nous soyons tous concernés, dans aucun domaine ( retraites, EPR, santé, agriculture …) ? Prendre conscience que nous ne sommes collectivement propriétaires ( au sens propre et au sens figuré ) de rien ? La voie est prometteuse.
Tirer les conséquences de ces constatations ? Le cœur du cœur est presque atteint, encore un effort.

* : Je n’ose dire les « heureux élus » car manifestement son élection n’a pas enthousiasmé Brice Hortefeux qui a immédiatement renoncé à son siège : beau pied de nez à ses propres électeurs.


Commentaires

Logo de jim raina
jeudi 2 juillet 2009 à 11h39 - par  jim raina

Ouhla. Il y a dans dans cet article bien des bourgeons intéressants pour écrire et développer pour au moins 10 ans : analyse de l’abstention (la jeunesse aussi), opposition binaire censitaire/universel, analyse des processus réels de fonctionnement du système parlementaire et de ses compléments connexes (media notamment), etc

Remarque au passage, une parmi tant d’autres possibles : "nous" sommes théoriquement propriétaires du Parlement ! D’une façon car nous en désignons les membres, d’une autre car le Parlement est dans les textes l’émanation de l’esprit populaire.

Dans les faits, ce n’est pas le cas, pas plus que les usines en Urss (par ex...) étaient dans les faits propriété collective ; dans les deux cas les mécanismes de représentation et d’exercice du pouvoir mènent irrémédiablement au fossé entre Collectif et Collégialité.

Car entre la théorie (républicaine ou communiste ou libérale) et la pratique (leurs réalités effectives) vient toujours s’immiscer la confiscation.

La situation actuelle n’est plus tenable, car la confiscation est au profit d’intérêts trop étroits et allant à contresens du bien être de la majorité. La question devient alors : comment dépasser les organisations sociales et in extenso politiques qui ont toutes sans exception failli, libéralisme, social démocratie, communisme, démocratie représentative, ... ?

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko