Qu’est-ce que la Révolution française ?

lundi 12 septembre 2016
par  André Bellon

Phénomène exceptionnel qui a profondément marqué l’histoire de l’humanité, la Révolution française continue de susciter passions et analyses.

À la une du journal Le Monde, on pouvait lire, le 23 septembre 1999, cette déclaration du grand écrivain latino-américain Carlos Fuentes : « Pour m’en tenir au terrain de la politique, je suis persuadé que la Révolution française a été la meilleure révolution du millénaire. En France, le fait extraordinaire, réellement extraordinaire, ce fut que, dans l’ensemble du pays, le peuple tout entier agit spontanément - comme le remarque Michelet dans son Histoire - en anticipant les lois révolutionnaires. L’événement est unique, à une telle échelle, dans l’histoire de l’humanité……… En 1791, le peuple français, devançant de plus en plus les autorités révolutionnaires de Paris, avait créé aux quatre coins de la nation plusieurs milliers de nouveaux fonctionnaires municipaux et de nouveaux juges, de telle sorte qu’au printemps 1792, la France possédait un système politique et judiciaire totalement rénové au moyen de l’élection directe ».

11 ans plus tard, soit 221 ans après le début de la Révolution française, Jean-François Copé, ancien ministre de la République, Président du groupe UMP à l’Assemblée nationale et bientôt Président de cette même UMP, s’insurgeait contre cette Révolution et tout particulièrement contre un de ses symboles jusqu’alors assez consensuel : l’abolition, en France, des privilèges qui caractérisaient, sous l’Ancien Régime, les pouvoirs exorbitants de la noblesse et du clergé. Monsieur Copé, de façon assez ahurissante, estimait qu’il règne en cette année 2010, en France, une ambiance malsaine de nuit du 4 Août . Cette déclaration demandant des précisions, il expliqua qu’à l’époque : « on a fracturé notre pays et ça c’est terminé par une dictature, ne l’oublions pas. C’est bien de parler d’histoire ... ».

Ce serait encore mieux de vouloir l’analyser au lieu d’en imposer une vision apologétique.

Jusqu’alors, l’éducation nationale avait pour mission de présenter les faits et d’appeler à l’analyse autant qu’à l’esprit critique. On peut douter que ce soit encore le cas à la lecture d’un livre de 4ème présentant la 1ère République de façon pour le moins sommaire et largement orientée. Voir ci-dessous les pièces jointes.

En logo, la plaque commémorant à Paris la création de la 1ère République.

Cet article se trouve aussi sur Agoravox : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/qu-est-ce-que-la-revolution-184633

JPEG

JPEG


Commentaires

Logo de BIZEAU
dimanche 2 octobre 2016 à 18h13 - par  BIZEAU

En deux ans la convention a rédigé deux constitutions, aboli l’esclavage, terminé l’émancipation des juifs et des protestants et même pendant un certain temps aboli le traitement des prêtres, début de la laïcité. Elle a terminé l’œuvre de la nuit du 4 aôut, voté des lois en faveur des pauvres, jeté les bases de l’ en seignement généra,l créé de grandes écoles, dépossédé l’’Eg lise et les émigrés pour alimenter le budjet de la Nation,.J’en oublie. Tout celà dans un pays attaqué de toute part, à l’intérieur et à l’extérieur, Mais la grosse affaire c’est la Terreur !

Logo de Association pour une Constituante
jeudi 15 septembre 2016 à 20h43 - par  Association pour une Constituante

Nous avons publié le message ci-dessous ( qui n’est pas le premier mais qui sera le dernier de ce genre) pour deux raisons :

- La première est que la prétention du signataire à se penser supérieur à Jaurès serait seulement affligeante si elle ne rencontrait des échos dans des milieux désorientés et auxquels l’Education nationale a refusé les connaissances et les éléments d’analyse qu’elle cherchait à donner autrefois.

- La deuxième est que le signataire de ce texte est un militant contre le suffrage universel, se situant dans une tradition contrerévolutionnaire très systématique depuis l’établissement de la République.

Dont acte

Logo de jean-marc
mercredi 14 septembre 2016 à 20h50 - par  jean-marc

Ma fois. J’en pense que Jaures, misant tout sur le suffrage universel et une supposée "éducation du peuple", a commis une erreur gravissime.
Mais à sa décharge, seul un génie, à son époque, aurait pu dépasser cette erreur. Je n’en connais aucun.

Reste que RIEN chez Jaures, au delà des grandes phrases le cœur sur la main inspirées par un cœur pur n’en doutons pas (mais cela ne suffit pas !) , RIEN à ma connaissance en tout cas, ne donne des pistes CONCRETES pour faire démocratie, des pistes institutionnelles disons.
Et vous êtes démissionnaires pour m’éclairer éventuellement, si cela existait, chez Jaures, chez Marx, ou chez d’autres d’il y a si longtemps déja.

Cette absence d’ancrage dans le réel, doublée de la non prise en compte de l’humain dans ses faiblesses, tares de la gauche "intellectualisante" devenue tarissime à présent, est rhédibitoire à mes yeux, d’autant plus que rien ne semble montrer une quelconque capacité d’évolution.

Merci de publier cette réponse, "apuc"...

Logo de Association pour une Constituante
mercredi 14 septembre 2016 à 18h13 - par  Association pour une Constituante

Encore une fois, si votre objet est de comprendre Jaurès, lisez-le.
En particulier "Histoire socialiste de la Révolution française

Logo de J.G.
mercredi 14 septembre 2016 à 17h35 - par  J.G.

@ jean-marc
« La Révolution française n’a pas appelé au pouvoir le peuple
français, mais cette classe artificielle qu’est la bourgeoisie. »
Qu’en pensez-vous ?

Logo de jean-marc
lundi 12 septembre 2016 à 23h39 - par  jean-marc

Cette citation ne fait pas de moi un "gaulliste", ce serait bien trop grossièrement simple.

<< Le Général me répète, avec encore plus d’énergie, ce qu’il m’a dit
déjà plusieurs fois au sujet des journalistes : « Peyrefitte, je vous
supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération.
Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne
le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se
prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille
bassesse – et en même temps une pareille inconscience de la bassesse.

Vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir
perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner
en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la
nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de
continuer à dîner en ville malgré le désastre national. Quel
émerveillement ! Pétain était un grand homme. Pas besoin d’austérité ni
d’effort ! Pétain avait trouvé l’arrangement. Tout allait se combiner à
merveille avec les Allemands. Les bonnes affaires allaient reprendre.

Bien sûr, cela représente 5% de la nation, mais 5% qui, jusqu’à moi, ont
dominé. La Révolution française n’a pas appelé au pouvoir le peuple
français, mais cette classe artificielle qu’est la bourgeoisie. Cette
classe qui s’est de plus en plus abâtardie, jusqu’à devenir traîtresse à
son propre pays. Bien entendu, le populo ne partage pas du tout ce
sentiment. Le populo a des réflexes sains. Le populo sent où est
l’intérêt du pays. Il ne s’y trompe pas souvent. En réalité, il y a deux
bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la
bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire.
Elles s’entendent pour se partager le pouvoir. Cela m’est complètement
égal que vos journalistes soient contre moi. Cela m’ennuierait même
qu’ils ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où
Le Figaro et l’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une
catastrophe nationale ! »

Extrait de C’était De Gaulle, par Alain Peyrefitte”

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko