Que penser des déclarations de Pierre Moscovici ?

mardi 6 février 2018
par  André Bellon

Par André Bellon

Ancien Président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale

Serions-nous enfin en train de sortir de décennies d’hypocrisie à propos de la construction européenne ? Ce n’est pas que les dirigeants de Bruxelles le souhaitent, mais les réalités finissent par s’imposer. Suivant une formule consacrée : « On peut tromper tout le monde un moment, on peut tromper une personne tout le temps, on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps ».

Souvenons-nous des phrases que Jacques Delors, alors Président de la Commission européenne, prononçait avec vigueur. Selon lui, on devait faire d’abord l’Europe économique et le social suivrait, promis-juré. Le temps passant, les règles économiques se sont imposées, la concurrence libre et non faussée est devenue le dogme suprême, mais rien de social n’a suivi. Bien au contraire, la protection sociale s’est effritée, la cour de justice de l’Union européenne volant, au rythme de arrêts Viking, Laval, etc., au secours des intérêts privés contre les intérêts des salariés. De façon plus qu’insidieuse, la logique de Jean Monnet s’imposait qui consistait, à petits pas, à détruire la souveraineté des peuples en même temps que celle des Etats, au nom de l’efficacité, cela va de soi.

L’intervention récente de Pierre Moscovici, le mercredi 17 janvier, à la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale a eu le mérite de clarifier encore plus la logique bruxelloise. Chacun sait que le commissaire européen souhaite une harmonisation économique et fiscale de l’Union. Mais, au lieu de déclarer d’entrée de jeu, comme le font d’ordinaire les européistes les plus farouches, qu’il faut aller vers le fédéralisme, il se borne à regretter que les institutions ne permettent pas cette harmonisation tant que la règle de l’unanimité continue de prévaloir. S’en inquiétant, du moins en apparence, il laisse sous-entendre que le progrès social en dépend.

Il faut reconnaitre à ce discours d’apparence plus modeste qu’à l’habitude, une certaine habileté. Car dit-il autre chose que Jacques Delors ? S’il reconnait que le fédéralisme semble plus difficile qu’on ne le pensait, il continue de proclamer qu’il est la condition nécessaire à une harmonisation. Laquelle ? Celles des traités type CETA ou TAFTA, bien peu démocratiques et pas du tout sociaux ? Celle des règles économiques et, en particulier, fiscales souhaitées par pas mal d’investisseurs ? Celles des garanties sociales ? Rien n’est moins sûr car la souveraineté populaire a toujours été nécessaire au progrès social.

***

Suite

Le matin du 24 janvier, Pierre Moscovici, commissaire européen, était interrogé sur France Info par Jean-Michel Apathie.

Il s’est indigné de ce que le débat sur les questions européennes soit parfois trop violent et qu’un responsable public lui ait crié son envie de lui « donner un coup de pied dans ses parties basses ». Certes, cette remarque était inappropriée, voire stupide. Mais ne faudrait-il pas, lorsqu’on parle de violence à propose de l’Union européenne, parler de celle qu’ont subie les Français, les néerlandais ou les Irlandais lorsqu’on a bafoué leurs votes lors des referendums de 2005 sur le Traité constitutionnel européen ? Ne faudrait-il pas évoquer la violence subie par le retraité grec qui se suicide ? Simple question, sans doute inappropriée.


Commentaires

Logo de Rui de Carvalho
mardi 6 mars 2018 à 13h47 - par  Rui de Carvalho

Bonjour,

Qui était le responsable public qui souhaitait donner un coup de pied dans les parties basses de la désunion européenne (si j’ai bien compris) ?

Merci de v/ éclaircissement.

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko