La stratégie de la culpabilisation

jeudi 15 mars 2018
par  André Bellon

La volonté d’Emmanuel Macron d’imposer son projet institutionnel nous oblige à un vrai débat. Voici ci-dessous mon analyse de ces perspectives.

La stratégie de la culpabilisation


Le Président de la République a annoncé son intention de modifier la Constitution dans une nouvelle étape de remise en cause du pouvoir parlementaire. Si le Parlement ne voulait pas avaliser ses modifications institutionnelles fondamentales décidées de façon arbitraire, il menace de recourir au référendum. On pourrait s’étonner de voir le référendum brandi comme une menace si l’Elysée ne spéculait pas sur un rejet présumé du Parlement par les citoyens. Dira-t-on alors que son attitude est « populiste », comme à chaque fois qu’on fait appel au peuple ? Sans doute pas puisque le projet va dans le sens souhaité par la classe dirigeante et par les autorités de Bruxelles. Ainsi, l’exécutif qui, depuis des années, affaiblit le pouvoir des parlementaires, voudrait utiliser le rejet que ces derniers susciteraient pour l’affaiblir encore plus.

Il est plus que temps de réagir contre l’antiparlementarisme qui s’est développé au fil des ans dans notre pays.

J’ai été député et j’ai été fier de représenter nos compatriotes. Certes, il existe au sein du Parlement, comme dans toute communauté, des brebis plus ou moins galeuses, certains ayant utilisé leur influence à des fins financières. Il est bon que la justice puisse se saisir de leurs écarts. Mais ce n’est pas le cas de la très grande majorité des membres de l’Assemblée. Jetterait-on l’opprobre sur le corps des pompiers s’il s’y révélait un pyromane ? Un Balkany humilie-t-il toute la droite ? Un Tapie humilie-t-il toute la gauche ?

Le rejet du Parlement par les citoyens s’alimente surtout, et non sans raison, à la vision qu’ont les électeurs de leurs élus. Les citoyens ne se considèrent plus représentés. Certes, il existe des élus qui oublient leurs responsabilités, la nécessité de respecter leurs engagements vis-à-vis des électeurs, qui renient la parole donnée. Ne fut-ce pas aussi d’ailleurs, le cas de plusieurs Présidents de la République ou du Président actuel de l’Assemblée nationale ? Mais si le fait est avéré, la cause se trouve dans les institutions mêmes dont le fonctionnement, depuis plus d’un demi-siècle, a transformé les députés en professionnels de la soumission, en vassaux du Président.

J’ai vécu cette dégradation de la fonction parlementaire, de la possibilité d’être un vrai représentant des citoyens. Même si j’ai rompu, il y a deux décennies, avec un parti qui soutenait de moins en moins les valeurs républicaines, je continue de croire en la force du Parlement et à son rôle démocratique, la souveraineté populaire qu’il porte étant de plus en plus détestée par les dirigeants. Le mépris croissant exprimé par les citoyens est aussi, et peut-être avant tout, l’expression de leur inintérêt devant des élus qui ne jouent pas ou ne peuvent pas jouer leur rôle.

Nombre de députés, déçus, parfois humiliés, dans un mandat auquel ils croyaient se sont éloignés d’une fonction à laquelle ils avaient donné leur talent et leur volonté. Très peu ont failli. Mais beaucoup ont, de façon inattendue, intégré la culpabilisation que tout le système médiatico-politique a dessiné au fil des ans. Accusés de tous les maux, rendus incapables d’assumer leur mandat et de s’opposer au pouvoir présidentiel, ils sont souvent d’autant plus leurs propres accusateurs qu’ils sont devenus des professionnels soumis à leur hiérarchie.

C’est cela qu’il faut changer. Au-delà de la critique justifiée de certaines pratiques, il importe de rappeler que, dans l’Histoire, c’est souvent au nom d’une prétendue « moralisation » que les pouvoirs exécutifs ont remis en cause les fondements de la démocratie. L’Histoire prouve que la marge est très étroite entre la condamnation nécessaire de certains et un antiparlementarisme alibi de dérives autoritaires. Il incombe à tous les républicains que le pas entre les deux ne soit pas franchi. Rappelons que notre pays a été confrontée à plusieurs reprises à l’alternative entre tentation césariste et reconstruction républicaine nécessaire.

La dernière élection a montré la grave crise de régime et des tendances réelles à l’illégitimité des pouvoirs. Au-delà des méthodes moralisatrices qui, pour être nécessaires, ne s’attaquent qu’aux conséquences et pas aux causes, il importe aujourd’hui de rétablir la confiance par un véritable débat au sein de la population et non par un diktat. Confondre bon fonctionnement du Parlement et réduction de ses moyens peut être malheureusement populaire, mais ne fait que renforcer l’idée que la démocratie est un fardeau. Par exemple, diminuer le nombre de parlementaires peut se discuter, mais fait partie de ces bonnes/mauvaises idées qui s’appuient sur la méfiance. A quand l’Assemblée réduite à 3 membres (il faut un impair et au moins un homme et une femme) ?

Rappelons que ce n’est pas un hasard si la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 confie à la loi l’organisation des matières essentielles aux libertés et aux droits fondamentaux. C’est cette mission essentielle de représentation des intérêts des citoyens et de définition de l’intérêt général que le Parlement doit retrouver.

Les parlementaires ne doivent pas se laisser entrainer par la facilité des discours démagogiques. Ils doivent réaffirmer leur attachement aux principes de la République, aux valeurs de la démocratie, avec toutes les conséquences tant organiques que morales que ce choix implique. C’est en l’occurrence une mesure de salut public car elle concerne la vie même de notre société politique.

Cet article a, par ailleurs, été publié dans l’Humanité du 14 mars 2018 - Voir pièce jointe


Documents joints

PDF - 794.3 ko
PDF - 794.3 ko

Commentaires

Logo de André Bellon
mardi 13 mars 2018 à 17h07 - par  André Bellon

En réponse à Julien Weinzaepflen

Je rappelle tout d’abord que l’Association pour une Constituante milite pour l’élection d’une Constituante. Elle ne préjuge pas du résultat. En ce qui concerne mon texte, il répond à une proposition du Président de la République qui envisage un Parlement fort peu indépendant et s’éloignant encore plus du vrai débat démocratique.

On peut reprocher beaucoup de choses à la représentation, la plus importante, selon nous, étant qu’en l’état actuel des choses, elle n’est pas représentative.

La critique du Parlement est nécessaire et toujours à développer. Nous avons produit pas mal de textes en la matière. En ce qui me concerne, je donne une analyse, mais ne me sens pas le droit de parler au nom de mes concitoyens.

Cela étant, prendre l’exemple de Vichy n’est pas sérieux. Le vote des pleins pouvoirs à Pétain était un coup d’Etat militaire appuyé par des nervis d’extrême droite. Un grand nombre de parlementaires hostiles avaient été empêchés ou mis en prison et tout débat a été empêché ce jour-là.

Logo de Julien WEINZAEPFLEN
mardi 13 mars 2018 à 10h17 - par  Julien WEINZAEPFLEN

Cher Monsieur,

Je ne vous connais que par ce qu’avait dit de vous Daniel Mermet, en reportage sur une manifestation du Front de gauche.

Tous les faiseurs de VIème République -Arnaud Montebourg, Jean-Luc Mélenchon et donc vous-même- qui voudraient s’appuyer sur le Parlement ne comprennent pas le moment démocratique que nous vivons. Une République parlementaire est un archaïsme. Ce dont mes concitoyens et moi sommes lassés (pour autant que je puisse prendre sur moi toute cette lassitude), ce n’est pas de la corruption des parlementaires, mais à travers leur impuissance et leur soumission à toutes les coteries de leurs circonscriptions et de la République, c’est de la démocratie représentative.

Le Parlement n’a pas connu une lente décrépitude depuis quelques années. Le fait pour lui d’être une chambre d’enregistrement fait partie de son ADN depuis le XVIIème siècle. Oublierons-nous qu’il a voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain avant de l’accuser, comme le fit Dalladier, d’avoir "gravement manqué aux devoirs de sa charge". Mais qui avait signé les accords de Munich ?Et que dire des députés qui avaient fait confiance au vainqueur de Verdun passé à la Collaboration sous couvert de négocier "dans l’honneur" les conditions d’un armistice ?

Le Parlement n’a jamais défendu le pouvoir qui lui était imparti. Il a toujours laissé au pouvoir exécutif le quasi-monopole de la proposition législative. S’agirait-il qu’il s’en ressaisisse ? Voudrait-on que les propositions de loi constituent l’ordre du jour de l’examen législatif ? Mais pourquoi le Parlement se mêlerait-il tout à coup de proposer la loi au lieu du peuple ? Le peuple a tellement soif de démocratie directe qu’il aspire au référendum d’initiative populaire. Alors le Parlement ! Vous retardez, mon cher, avec tout le respect que je vous dois.

JW

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko