Daniel Cohn Bendit et la démocratie

dimanche 26 août 2012
par  André Bellon

Les échanges entre Daniel Cohn Bendit et Eva Joly seraient de l’ordre de l’anecdote émaillant la vie de tout parti politique s’ils n’étaient pas caractéristiques de la grave crise que traverse la démocratie en Europe.
L’enjeu : faut-il ou pas un référendum sur le nouveau traité européen dit « pacte budgétaire » ? Daniel Cohn Bendit y est hostile, Eva Joly favorable.

On peut, comme il est normal dans toute société de liberté, être pour ou contre le traité. Mais au delà du débat classique suscité par ce genre de texte, ce qui frappe, ce sont les arguments employés par Cohn Bendit. Laissons de côté l’invective bizarre lancée adressée à Eva Joly (« elle n’a qu’à faire un référendum sur l’euro en Norvège »…), type d’argument généralement plus répandu chez les xénophobes que chez les progressistes. Remarquons plutôt l’utilisation de thèmes classiques chez les inconditionnels de la construction européenne et utilisés à chaque échéance par des personnalités aussi diverses que Édouard Balladur, Alain Minc ou Pierre Moscovici.

Le raisonnement est assez simple, même s’il prend des formes variées : « c’est européen, donc c’est bon ! », « on a eu du mal à trouver un accord à Bruxelles, alors ne compliquons pas les choses », « il y a urgence, ne perdons pas de temps par des actes inutiles, un référendum, c’est long » … Toutes ces déclarations sont reliées entre elles par un principe systématique : ce qui est décidé à Bruxelles ne se discute pas. Et ce principe s’applique même quand le texte proposé est « calamiteux », de l’aveu même de ses partisans, comme ils le reconnurent, par exemple, ouvertement pour le traité de Nice en 2000.

Les arguments techniques ou pratiques ne sont que l’habillage d’une idée essentielle : le peuple n’a pas voix au chapitre. D’ailleurs, dans la tête des fédéralistes intégristes, les peuples des États membres ne sont plus que des obstacles qu’il convient de contourner, voire d’éliminer du jeu politique. C’est pourquoi l’idée de refuser un traité n’a, pour eux, pas de sens. Les parlements n’ont qu’un choix : votez oui aux traités ; les peuples ne doivent pas être consultés, y compris et surtout sur ce qui signe, in fine, leur propre disparition. Le précédent que constitue la ratification du traité de Lisbonne – rejeté dans sa version constitutionnelle le 29 mai 2005 par le peuple français – montre que la classe dirigeante ne s’embarrasse pas de scrupules démocratiques. Rien ne doit entraver la marche forcée vers l’intégration européenne, définie a priori comme bénéfique à tous. Par qui ? Quand ? Peu importe apparemment.

En ce jour anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 (Voir http://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article13 ), il est particulièrement utile et nécessaire de dénoncer de telles méthodes.

Nous nous trouvons à un tournant. Tournant vers un enlisement idéologique dans des décisions qui ne font qu’aggraver les problèmes. Tournant dans la disparition du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Sachons résister aux sirènes des pseudo évidences.


Commentaires

Logo de MAX Claire
vendredi 7 septembre 2012 à 06h55 - par  MAX Claire

Bonjour,
Cohn Bendit se présente comme dirigeant écologiste. Mais il n’est pas que cela.

Il est Vice Président du Mouvement Européen, créé par la CIA pour impulser l’UE et la monnaie commune.

Cavada est Président de ce mouvement , section France (Voir sur Wikipédia : Mouvement Européen, qui est une organisation qui sélectionne les jeunes gens prometteurs au service de l’ Empire).

Et Cohn Bendit est Vice Président de la section France ( Voir Wikipédia : Cohn Bendit).

C’est donc la Voix de Wall Street.... , et de Goldman Sachs.

Site web : Cohn Bendit
Logo de SIMON
dimanche 2 septembre 2012 à 12h45 - par  SIMON

Après les Démocraties populaires, les démocraties impopulaires.
Il est évident que le peuple n’est pas assez éduqué pour faire vivre une Démocratie en particulier en s’exprimant directement par la voie d’un référendum .... Du moins c’est ce que certains prétendent ... je ne suis pas un d’entre eux. J. Simon

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko