Bruxelles, la BCE, le FMI et l’OCDE aux peuples d’Europe « Toujours moins ! »

mercredi 5 juin 2013
par  Christian Berthier

Pendant que dans le plus grand secret se « négocierait » un nouvel « accord transatlantique » répondant aux exigences commerciales américaines vis-à-vis états européens, l’OCDE consacre l’essentiel de son rapport annuel sur la France à dire tout le mal qu’elle pense de notre « mille-feuille » national.

Pas un mot contre la baisse du pouvoir d’achat de la grande majorité des familles, la hausse du chômage, la crise du logement et la privatisation coûteuse de la protection sociale.

Non, il y aurait encore trop d’élus et de collectivités locales. Ça coute trop cher pour une OCDE grassement financée par nos impôts, comme les dizaines de milliers de « fonctionnaires » internationaux pour lesquels il y a toujours trop de services publics et de protection sociale.

Pour réduire les dépenses publiques ( et sociales ) françaises, les plus élevées au monde selon elle (56% du PIB) après le Danemark, l’OCDE propose une mesure choc : la suppression des 101 départements français. « Simplifier la structure des administrations infra-nationales notamment en fusionnant les plus petites des 36.700 communes et en supprimant les départements engendrerait des économies d’échelle substantielles »,

Même l’intercommunalité forcée ou volontaire n’a pas permis de « rationaliser les dépenses entre communes tout en ajoutant « un niveau supplémentaire à une organisation territoriale déjà complexe », explique le rapport. Preuve qu’à vouloir imiter les entreprises et leurs hiérarchies on n’obtient pas les économies espérées. C’est aussi ce qu’ont montré les simulations réalisées par les partisans du NON alsacien : pas d’économie à attendre d’un éloignement accru entre élus et « administrés ». Amaigrir le bas éloigne et fait grossir le haut ! Pourtant, d’ici 2015, l’État a prévu de diminuer de 4,5 milliards d’euros les dotations aux collectivités locales :« un coup de massue sans précédent », selon l’Association des Maires de France.

Tel n’est pas l’avis du Palais de la Muette, ou l’ OCDE salue le fait que « la pression actuelle est de nature à encourager la mutualisation des services et de dégager ainsi des économies », tout en souhaitant la fusion des plus petites communes et la suppression des départements… sans toutefois chiffrer les gains potentiels et leurs bénéficiaires. Patience, espère-t-on à l’Élysée où le projet de loi sur la décentralisation est une « réforme structurelle qui vise à éviter les doublons, les superpositions », a assuré François Hollande lors du Conseil européen du 14 mars, tout à l’effort déjà entrepris pour renforcer les pouvoirs des intercommunalités et des Conseils régionaux.

Il n’est pas dit que tant d’espoir soit récompensé. Le NON alsacien, l’exigence signifiée au Président de la République française par le président du Sénat, es qualité, de sursoir sine die à l’examen et aux votes de la phase 3 de la décentralisation et la fronde de toutes les associations d’élus peuvent faire espérer un recul important du président français et l’abandon de ses promesses aux hiérarques de la sinistre « Troïka ».

C’est maintenant les hiérarques pourtant soigneusement sélectionnés du Parti Socialiste qui se divisent.

C’est que Hollande et son gouvernement envoient tous les élus à l’abattoir électoral, faute de remplir leurs mandats. C’est que ces mêmes élus ne voient plus pourquoi rogner leurs budgets quand l’État ne paie plus ses dettes, à commencer par les 29 milliards dus aux départements, quand il dilue leurs pouvoirs par l’ajout d’autres couches au mille-feuille : intercommunalités, métropoles, etc, quand il met leurs budgets familiaux sur la place publique et stigmatise le cumul des mandats.

Hollande semble avoir été tenté de contourner la fronde des élus en soumettant directement ses propositions a referendum. Le NON alsacien semble avoir mis un terme à une telle « bravitude ». Il n’empêche qu’il reste soumis à la pression des sommets européens, atlantiques et mondiaux.
Pour ces derniers un parlement-croupion et un gouvernement d’experts non-élus feraient l’affaire.

Les électeurs ne demandent pas aux élus qu’ils se soumettent mais qu’ils soient porteurs de solutions à leurs problèmes concrets. Ils ne demandent pas qu’ils se démettent, mais qu’ils soient les instruments de la remise en cause d’un système pour lequel il n’y a plus ni mandat, ni élu du peuple.
Rien n’est supérieur au peuple, seul créateur des richesses et de la Société. Si la Constitution et l’État ne permettent plus au élus du peuple de remplir leur mandat, il leur revient de se rassembler, de réunir leurs assemblées élues et d’appeler à une nouvelle Constitution pour remplir les mandats exprimés par le peuple.


Commentaires

Logo de Association pour une Constituante
dimanche 9 juin 2013 à 12h24 - par  Association pour une Constituante

L’Union européenne est née contre les États-nations et certainement pas pour la démocratie représentative (lire discours de Mendès-France contre le traité de Rome.
Le premier traité sur la CECA a été fait en catimini et de nombreux traités ont été négocié par les experts sans les représentants et parfois contre.

Il ne faut pas raconter n’importe quoi.

Logo de Zek
vendredi 7 juin 2013 à 11h47 - par  Zek

L’union europeenne est née par et pour la democratie representative......Voici le resultat, a mettre en parrallele avec la constitution de 58 et son fonctionnement REEL( hyper president, corruptions et magouilles en tout genre sans oublier le LOBBY qui semble avoir toute sa place officielle dans ces institutions...a metter en parrallele avec toutes les formes de contestations, de defiance et de revolutions politiques en Europe et dans le monde.. Je ne crois plus aux systemes de REPRESENTANTS, ni de DIRIGEANTS quand les questions que nous nous posons visent a repondre a la NOCIVITE de notre systeme economique alors que VOS dirigeants n’ont qu’un seul mot a la bouche :
CROISSANCE CROISSANCE CROISSANCE tels des crapauds en panique ( J’aime et respecte les crapauds..
Salutations Revolutionnaires.

Zek

Logo de Daniel Le Maire alias citoyen Lambda
jeudi 6 juin 2013 à 13h31 - par  Daniel Le Maire alias citoyen Lambda

Les français en otage

Nous n’avons pas besoin de l’Europe pour résoudre le casse tête du « mille feuille » en France. Le mille feuille est une réalité issue de notre histoire fondée sur un état centralisateur et dont toutes les administrations sont réparties sur le territoire pour encadrer et réguler les gouvernances territoriales. J’en ai fait l’expérience comme conseiller Municipal. Plus récemment la soi disant rationalisation du mille feuille à travers les vicissitudes des différentes décentralisations et bricolages politico administratifs n’a fait que rajouter une couche supplémentaire à la complexité de la république et surtout à l’éloignement du citoyen de la « Res Publica » accaparée, comme l’a bien décrit Bourdieu, par une classe de cliques politiciennes spécialisées.
La gouvernance de la France est entrée dans le vingt et unième siècle à reculons ficelé par une cinquième république obsolète. Les citoyens français sont devenus les otages de cette république obsolète et de la clique politicienne qui continue à la maintenir et des gouvernances discutables de l’Europe.
Dans une situation de crise financière et institutionnelle que traverse la France et qui s’est installée mondialement dans la durée, il est grand temps de transformer radicalement la gouvernance de la France et en même temps la gouvernance de l’Europe si les citoyens de l’Europe le veulent. Cette transformation passe par une nouvelle constitution qui doit rapprocher au cours des prochaines décennies les citoyens de leurs élus et changer la donne concernant les pleins pouvoirs de l’état dans tous les domaines de la vie quotidienne des français.
Il est difficile de prévoir les effets de cette transformation car elle sera plus le fait de citoyens à travers la société civile que le fait de spécialistes et leurs rapports classés dans les placards poussiéreux de quelque Ministère. Mais elle aura le mérite de libérer les citoyens français de leur condition d’otage qui au mieux les rends indignés et qui au pire les rends résignés. Montrons l’exemple ! Courage !

Citoyen Lambda
Retraité Varois
Juin 2013

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko