La République des "inadmissibles"

jeudi 14 novembre 2013
par  Christian Berthier, Tribune libre

Il y a quelques temps, le Président de la République aurait trouvé "inadmissible" les critiques contre le Ministre de l’Intérieur, ce dernier ne manquant pas une occasion de trouver "inadmissible" le comportement de tel ou tel critique.

N’en déplaise à ces derniers et à beaucoup d’autres de la "France d’en haut", il faudrait définir l’examen de passage de ces critiques, examen qui permettrait a tous de savoir qui pourrait être "admis" en la République et selon tel critères.

Or ces derniers sont précisément définis dans la constitution et la loi. Ils ne dépendent plus du bon plaisir d’un Prince.

Parmi ces critères, il y a la définition du contenu d’un "mandat", notamment politique. Quand le "mandat" est violé, il est nul et expose le mandataire à la rigueur de la Loi et à la démission.

Or il n’est pas besoin d’être grand clerc, à droite et à gauche, pour estimer que, par le vote et/ou l’abstention, ce gouvernement et un certain nombre d’élus sont dans ce cas.

Qui pourrait le contester devant le grand tribunal des électeurs qui refusent majoritairement à gauche comme à droite, de voter pour ceux qu’ils ont élus en 2012 ?

La violence de ce refus est telle qu’aux élection du candidat tête de liste socialiste à Marseille, au premier tour, tous les candidats "gouvernementaux" ont mordu la poussière...et que les candidats du second tour ont exprimé distance ou bruyant refus d’un appui d’un gouvernement pourtant élu par eux il y a un an.

On pourrait à bon droit estimer que, pour les électeurs qui les ont porté au pouvoir, ce sont le Président et son ministre de l’Intérieur qui ne seraient plus ni admis, ni admissibles au grand examen républicain sur la base de leurs copies politiques.

Beaucoup ne seraient même plus "passable" au grand concours du suffrage universel.


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko