Panzerfinanz et dette grecque

vendredi 16 octobre 2015
par  Gabriel Galice, Tribune libre

Panzerfinanz et dette grecque, une tribune de Gabriel Galice*

La chancelière Merkel domine la scène européenne. Elle est flanquée du ministre des finances Wolfgang Schäuble, rouage essentiel du parti démocrate-chrétien et de la machinerie étatique allemande. Sous Helmut Kohl, il orchestra le bradage de l’économie est-allemande. Ministre de l’intérieur du gouvernement MerkeI I, ses propositions anti-terroristes (dont la mise en cause de la présomption d’innocence…) et la justification de Guantanamo firent sa réputation d’intraitable. Le SPD n’est pas en reste, Sigmar Gabriel pratiquant lui aussi la violence verbale. La logique financière allemande est autant conforme au dogme de l’ordo-libéralisme qu’aux intérêts d’une population vieillissante dont il faut assurer les retraites indexées sur les marchés. Double bénéfice au demeurant puisque la pauvreté imposée à l’Europe du Sud condamne à l’émigration des jeunes formés, diplômés, qui vont régénérer à moindre coût l’économie et la population allemandes.

Le rouleau compresseur de la logique financière court-termiste est impitoyable. On peut parler de « Panzerfinanz » (finance char d’assaut), non seulement parce que le char d’assaut financier écrase le bien-être des populations mais aussi parce que l’Allemagne est devenue le troisième exportateur mondial (Principaux clients entre 2008 et 2013 : Les Etats-Unis, Israël et la Grèce). L’Allemagne est, avec les Etats-Unis, devant la France, le principal vendeur d’armes (chars, pièces d’artillerie, sous-marins…) à la Grèce, à laquelle elle administre des leçons de bonne gestion budgétaire. La part de la défense pèse lourd dans le budget grec. Situation d’autant plus tragique que l’Allemagne et ses concurrents fournissent aussi en armes la Turquie, atavique ennemi de la Grèce, alors que tous deux sont membres de l’OTAN. Course aux armements épuisante puisque la Grèce compte 11 millions d’habitants, la Turquie 78 millions. Quelques journalistes allemands rendent scrupuleusement compte de cette situation. Ainsi Claas Tatje, dans l’article « « Schöne Waffen für Athen », (Die Zeit du 7 janvier 2012) http://www.zeit.de/2012/02/Ruestung-Griechenland L’auteur relève que la Grèce est, après le Portugal, le principal acquéreur européen d’armes allemandes et que l’Etat social s’amenuise quand le budget de la défense augmente. Le SIPRI note que les ventes d’armes sont le principal vecteur de la corruption des classes politiques
http://www.sipri.org/yearbook/2011/files/SIPRIYB11summaryFR.pdf . Panagiotis Nikolouidis rappelait dans ces colonnes que l’Europe avait nourri la corruption en Grèce http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b8a6d148-24e4-11e5-9a9f-be4265bf5f16/LEurope_a_nourri_la_corruption_en_Gr%C3%A8ce_cest_un_fait Siemens et un banquier française sont d’ailleurs impliqués en Grèce dans des affaires de corruption.

Les économies réalisées récemment dans le budget de la défense grecque ne sont pas à la hauteur des besoins, tandis que les coupes claires sont opérées sans hésitation dans les dépenses de l’éducation et de la santé. Le 2 juin 2015, Die Zeit, sous la signature de Hauke Friedrichs, relève que la morale s’arrête à la livraison de matériel militaire http://www.zeit.de/wirtschaft/2015-06/griechenland-deutschland-ruestung-kooperation . Les banques des pays fournisseurs d’armes interviennent dans les montages financiers, à des taux bien supérieurs au cours que la BCE consent aux banques. Goldman Sachs, qui avait truqué les comptes pour faire artificiellement respecter par la Grèce les critères de Maastricht, et avait tiré de la supercherie de substantiels profits, est encore active sur les marchés grecs. Les Etats respectifs (donc les citoyens contribuables) sont garants de ces marchés d’armes.

La responsabilité allemande serait moins indécente si elle ne se parait, haut et forte, des habits de la morale et de la rigueur financière, en taisant l’ancienne lourde dette allemande envers la Grèce. En Europe, l’Allemagne détient la palme d’or en matière de Panzerfinanz, elle n’a pas le monopole. Ses concurrents, moins pesants dans tous les sens du terme, ne sont pas exempts des mêmes impudences. En 2010, Paris se déclarait disposé à prêter 6 milliards à la Grèce en contrepartie de l’achat de frégates made in France http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/quand-la-grece-achetait-des-armes-a-ses-creanciers-27-01-2015-1900002_53.php . Le système s’applique au Tiers-monde sous la dénomination d’« aide liée ».

Les privatisations programmées entre le Premier ministre Tsipras et l’Union européenne vont apporter de l’argent frais en condamnant un secteur public qui, modernisé, pourrait jouer un rôle moteur.

Les éligarchies européennes tournent le dos à leurs peuples et à la paix.

*Gabriel Galice est président du Conseil de Fondation du GIPRI. Auteur de « Les empires en territoires et réseaux », Geneva Paper n°15, GCSP, juillet 2015.


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko