Prendre enfin la démocratie au sérieux

lundi 27 juin 2016
par  Association pour une Constituante

Le monde traverse une tourmente exceptionnelle. L’Europe de prospérité annoncée depuis un demi-siècle, puis la mondialisation heureuse magnifiée par nos « élites » il y a presque 30 ans, avaient fait naitre chez beaucoup de citoyens des espoirs, des illusions qui se révèlent aujourd’hui sans fondement.

Ce sont ces espérances meurtries qui entrainent depuis plus de dix ans des rejets catégoriques et, parallèlement, la montée de forces démagogiques qui ne sont pas sans rappeler parfois les années 1930.

Les signes de cette contestation de l’ordre mondialisé s’accumulent et deviennent de plus en plus systématiques : référendum de 2005 en France et aux Pays-Bas sur le Traité Constitutionnel européen, puis en Irlande sur le Traité de Lisbonne, crise politique en Grèce et référendum contourné par le pouvoir, référendum aux Pays-Bas rejetant l’accord Union européenne- Ukraine, rejet des partis traditionnels en Hongrie, en Pologne, ou lors de la présidentielle autrichienne, succès des mouvements démagogiques aux municipales en Italie, Brexit le jeudi 23 juin au Royaume-Uni, ... autant d’évènement auxquels les responsables européens et plus largement occidentaux ne savent répondre que par la colère, le ressentiment et le mépris, alimentant en réaction la violence.

Soyons clairs : si des forces profondément réactionnaires sont à l’œuvre dans les profondeurs de nos sociétés, les traiter de populistes n’est qu’un artifice de langage qui cherche à disqualifier les aspirations et les volontés populaires. Paradoxalement, cela conforte ces mouvements dans le rôle de porte-parole des populations en colère. Fait nouveau, les citoyens qui votent pour ces forces nourrissent eux-mêmes un fort ressentiment contre ceux qui les méprisent ouvertement et assument l’envie de les rejeter à leur tour, quel qu’en soit le moyen. Sur fond d’inégalités sociales croissantes, la démocratie est d’autant plus en jeu que les conflits prennent de plus en plus des allures de guerre civile larvée.

Les gesticulations de ceux qui dirigent nos Etats ne sauraient masquer l’échec flagrant de leur vision irénique de la mondialisation et de l’Union européenne qui en est un élément. La situation exige une remise en cause de leur politique autant que d’eux-mêmes et de leurs constructions internationales. La démocratie, dont ils se gargarisent tant, ne saurait s’accommoder de peuples dont l’avis ne compte pas. La paix sociale impose un contrat social fondé sur une autre politique et d’autres dirigeants. Il est temps en somme de rappeler que les gouvernants tiennent leur autorité des électeurs, non d’une vérité venue d’ailleurs (des marchés, de Bruxelles, des experts…).

Les médias et une large partie de la classe dirigeante présentent les peuples comme racistes et rétrogrades, qu’ils aient voté non en 2005 ou pour le Brexit aujourd’hui. Cette vision révèle un problème de fond : peut-on, en particulier dans les référendum, trier entre les « bons » et les « mauvais » électeurs qui, soit-dit en passant, se répartissent assez harmonieusement dans tous les camps (une partie de l’extrême-droite européenne a soutenu le traité constitutionnel européen) ? Un tel tri traduit en réalité un a priori sur la réponse donnée et fait l’impasse sur l’enjeu que représente, par nature, la démocratie : construire un débat libre et raisonné, écouter les tréfonds de la société et respecter les électeurs.

Un voisinage aussi injuste que désastreux est en train de se construire entre le peuple et les forces réactionnaires, comme si seules ces dernières offraient une porte de sortie hors d’un système politique de plus en plus détesté. Si aucune perspective de refondation politique n’est proposée, si cet appel n’est pas entendu, les forces césaristes parviendront aux portes du pouvoir. Il ne faudra pas dire alors qu’on ne l’avait pas voulu. Car, oui, cet aboutissement a été accepté, voire alimenté, par une volonté tenace et idéologique d’imposer un système dont l’échec est patent depuis des années.

Si l’on veut éviter une telle catastrophe, la sagesse impose de revenir à la volonté des peuples, seule capable, en bâtissant une autre politique telle que l’entend la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, de faire obstacle au déferlement qui s’annonce. C’est en ce sens que nous demandons, depuis des années et avec constance, l’élection d’une Assemblée constituante en France. Elle seule peut faire barrage aux dérives totalitaires. Proclamons-le collectivement et, plutôt que nous embarquer dans une présidentielle de plus, exigeons avec force son élection au plus vite.

https://www.change.org/p/citoyennes-et-citoyens-de-france-présidentielle-non-constituante-oui

Ce texte a par ailleurs été publié dans Agoravox
Voir http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/prendre-enfin-la-democratie-au-182401


Commentaires

Logo de Enfin la démocratie
jeudi 4 mai 2017 à 21h43 - par  Enfin la démocratie

Nous partageons avec vous cette absolue nécessité de modifier la constitution de 1958 qui est farouchement anti-démocratique. Nous proposons un système reposant sur 4 piliers :
- une assemblée élue à la proportionnelle afin d’être réellement représentative
- un gouvernement de 9 membres élus, représentant tous les grands partis de à l’assemblée et donc au moins 80% des députés. Ce gouvernement, inspiré du modèle suisse, permet d’éviter le phénomène stérile et instable du gouvernement de coalition. Personne n’a le pouvoir, ou plutôt tout le monde l’a, mais la majorité se fait selon les sujets. Sur certains sujets c’est une alliance LR, EM, PS, sur une autre EM, PS, FI et sur un troisième FN, FI et PS etc... Ainsi il n’y a plus d’instabilité (tout le monde est au pouvoir donc il n’y a rien à gagner à faire tomber le gouvernement) et l’assemblée peut traiter les idées sur le fond et non par opposition ou soutien de principe au gouvernement.
- le référendum (c’est au peuple à juger en dernier recourt et à trancher)
- initiative ( la parole n’est pas confisquée par les représentants politiques)-

Dans ce systèmes tout le monde est adulte et responsable. (on ne peut pas rejeter la faute sur le parti au pouvoir ou sur les politiciens)

D’accord ou pas d’accord nous aimerions fédérer les forces favorable à une refonte urgente de ’antidémocratie qu’est la constitution de 1958.

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko