Syndicats phagocytés

vendredi 29 mai 2009
par  Anne-Cécile Robert

par

Anne-Cécile Robert


Le Monde Diplomatique, Mars 2009, p.7.

http://www.monde-diplomatique.fr/2009/03/ROBERT/17150

En quatre arrêts, la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) a légitimé le dumping social dans le Marché commun [1]. Dans l’affaire Viking, jugée le 11 décembre 2007, une compagnie finlandaise réimmatricule un ferry en Estonie afin d’échapper à une convention collective finlandaise qui fixe les salaires des marins. La CJCE a donné tort aux syndicats qui s’opposaient à une manœuvre destinée à casser les salaires.

Dans l’affaire Laval, jugée le 18 décembre 2007, un syndicat suédois avait tenté, en organisant le blocus des chantiers de l’entreprise en Suède, de contraindre un prestataire de services letton à signer une convention collective comme c’est l’usage dans ce pays. Il s’agissait de fixer les rémunérations des ouvriers. La CJCE a donné raison à des entreprises qui se plaignaient d’une atteinte à la liberté d’établissement et à la libre prestation de services, droits reconnus par les articles 43 et 49 du traité de Rome.

Dans l’affaire Rüffert, jugée le 3 avril 2008, la CJCE a condamné le Land de Basse-Saxe pour entrave à la liberté d’établissement d’une entreprise polonaise. Cette dernière versait des rémunérations inférieures au salaire minimum s’imposant à toute société de construction obtenant un marché public. La CJCE a estimé la législation excessive. Elle considère que la directive 96/71 sur le détachement des travailleurs n’établit que des minima que les Etats membres ne sauraient outrepasser sous peine d’entraver la libre concurrence.

Dans l’affaire Commission contre Luxembourg, jugée le 19 juin 2008, la CJCE a donné raison à la Commission européenne, qui reprochait au Luxembourg d’avoir transcrit la directive de 1996 de manière trop restrictive en droit luxembourgeois. Saisie par la Commission européenne, gendarme du Marché commun, la Cour a qualifié de « superfétatoires » les conditions mises par le Luxembourg à l’activité de prestataires de services étrangers dans le Grand-Duché. Il s’agissait, entre autres, de l’indexation des salaires sur le coût de la vie et d’informations à fournir à l’inspection du travail dont la Cour n’a pas vu l’utilité.

Les hauts magistrats ont, à plusieurs reprises, qualifié la liberté d’établissement et la libre prestation de services de « libertés fondamentales » reconnues par le traité de Rome, établissant clairement une hiérarchie entre les droits des entreprises et les normes sociales, les premières l’emportant sur les secondes. Si la CJCE concède que l’action syndicale constitue un « droit fondamental » – ce qui est un progrès dans le désert social européen –, elle le vide immédiatement de sa substance en le soumettant à l’obligation de ne pas « entraver » la liberté d’établissement (article 43 du traité de Rome) et la libre prestation de services (article 49) des entreprises dans le Marché commun.

Dans le langage ampoulé des juges de Luxembourg, la défense du salaire minimal est ainsi incompatible avec le droit européen si elle est « susceptible de rendre moins attrayant[es], voire plus difficiles » les conditions faites à des entreprises d’un autre Etat membre. Elle s’inquiète en outre de ce que la négociation collective crée une « incertitude juridique » excessive (arrêt Laval). Dans l’arrêt Viking, elle considère comme « disproportionnée » la grève des salariés qui refusaient le transfert de pavillon de leur bateau de Finlande vers l’Estonie, où les salaires sont plus bas. Ces arrêts pourraient n’être que les premiers d’une longue série [2]...


[1Arrêt International Transport Workers’ Federation contre Viking Line du 11 décembre 2007, dit « arrêt Viking » ; arrêt Laval un Partneri Ltd c/ Svenska Byggnadsarbetareförbundet du 18 décembre 2007, dit « arrêt Laval » ; arrêt Dirk Rüffert c/ Land Niedersachsen du 3 avril 2008, dit « arrêt Rüffert » ; arrêt Commission c/ Luxembourg du 19 juin 2008. Ces décisions sont disponibles sur le site de la CJCE : http://curia.europa.eu

[2Lire, par exemple, l’intervention du député Francis Wurtz (GUE) dans le débat sur les arrêts Viking, Laval et Rüffert de la CJCE au Parlement le 22 avril 2008, http://www.francis-wurtz.eu


Commentaires

Logo de le canard républicain
dimanche 31 mai 2009 à 18h20 - par  le canard républicain

Une remarque par rapport au titre "Syndicats phagocytés".
La Confédération européenne des syndicats (CES) s’est constituée dans les années 70. Pou faire partie de la CES, il faut adhérer aux principes de cette construction européenne, tels que fixés par le traité de Rome (ouverture des marchés, concurrence,...).
Le CES avait soutenu le traité constitutionnel européen de 2005 : "Le Comité de direction de la CES soutient la Constitution européenne comme "Point de départ" de nouveaux progrès vers des valeurs sociales plus fortes dans l’Union européenne." (quelle bonne blague...)

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko