Retraites et contrat social

vendredi 23 juillet 2010
par  Anne-Cécile Robert

L’Assemblée nationale a commencé, dans le huis clos d’une commission parlementaire, la discussion de projet de « réforme » des retraites.
Le mot « réforme » semble un euphémisme pour désigner ce qui relève du démantèlement d’un droit social fondamental. La liste est longue désormais des droits remis en cause par les gouvernements successifs depuis les années 1980 : extension du travail le dimanche, non-remboursement de médicaments de plus en plus nombreux, laminage des indemnités chômage, asphyxie des services publics (notamment l’éducation nationale), licenciements brutaux de centaines de salariés, etc.
Et il est particulièrement absurde, pour justifier la fièvre « réformatrice », de brandir « l’intérêt des générations futures » alors même qu’on détruit l’école qui devrait les instruire et, paradoxalement, les retraites dont ils ne pourront pas, pour beaucoup d’entre eux, bénéficier plus tard.
C’est finalement le contrat social républicain lui-même qui est méthodiquement détruit.
Le Conseil national de la résistance (CNR) lui avait donné une nouvelle jeunesse en 1945. Et, contrairement à ce qu’on prétend usuellement, ce n’est pas la croissance économique au cours des « trente glorieuses » qui a permis les droits sociaux ; ce sont, à l’inverse, les droits sociaux, qui ont, pour une large part, soutenu le développement économique. De nos jours, le Programme du CNR est la cible avouée d’un Medef qui trouve de larges appuis dans une classe dirigeante déconnectée de la société.
Nous nous trouvons à un tournant dangereux. Comment allons-nous le prendre ? L’idéologie d’une Margaret Thatcher qui affirmait sans ambages « la société n’existe pas », dévoile sa nature monstrueuse : celle d’une destruction méthodique du tissu social dont les émeutes urbaines ne sont qu’une des expressions. Il faut, au contraire, recréer la société.
Une fois de plus, la nécessité de refonder la démocratie par l’élection d’une assemblée constituante s’impose.


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko