L’avenir sans les peuples

jeudi 27 octobre 2011
par  Etienne Tarride

Les accords internationaux importants soulèvent en général d’autant plus d’enthousiasme immédiat des savants et sachants qu’il se révèlent à terme désastreux. Toutes proportions gardées, les célèbres précédents de Munich et de Yalta sont là pour nous le prouver.

L’accueil controversé des accords de Bruxelles le 26 Octobre 2011 nous prive de cet excellent instrument de mesure. Tout au plus peut-on affirmer d’ores et déjà que l’Allemagne a pris clairement la direction du "machin", et que l’appel fait aux "BRICS" et à la Chine pour apporter de l’argent ne sonne pas comme le clairon à Austerlitz. Ceux d’entre nous qui n’ont jamais été fanatiques des accords de Maastricht se contenteront de rire sous cape. Nous sommes et nous restons les mauvais élèves dissipés du fond de la classe.

L’essentiel n’est pas là. L’essentiel est qu’il faut bien constater que les savants économistes et les politiques avertis qui ont conclu cet accord n’ont a aucun moment songé à demander l’avis des citoyens. Ils ont pris des décisions graves pour l’avenir ; certain d’entre eux, et vous ne devinerez jamais à qui je pense, ont réussi à faire rentrer par la fenêtre européenne une marchandise, la "règle d’or", mise à la porte par les français. Tout cela est intervenu sans qu’ils nous demandent ce que nous en pensions.

A vrai dire, et c’est un des rares points rassurants, le seul peuple ayant donné son avis est le peuple Grec. Tout simplement parce qu’il n’a pas attendu qu’on le lui demande. Il a manifesté si fort son refus de payer pour tout le monde que la dette grecque a été réduite. L’avis du peuple, à cette aune, vaut 100 Milliards. C’est une évaluation que je laisse à chacun le soin d’apprécier.

Le plus grave est encore à venir. Si le peuple n’est pas appelé à donner son sentiment, c’est tout simplement parce que l’oligarchie l’en croit incapable. Pour parler bref, les questions économiques et financières seraient infiniment trop compliquées pour qu’on tolère les ignorants dans le débat. Quelqu’un osera-t-il me dire que cette pensée ne lui ait jamais venu ?

Défendre la Démocratie ne se limite pas à faire de jolies phrases. Il ne suffit pas de monter sur la table pour y chanter la Marseillaise. Défendre la Démocratie, c’est donner au peuple les moyens de faire entendre et respecter sa voix. Ceux qui l’en estiment incapables devraient d’abord se demander s’ils en sont vraiment plus capables que lui.


Commentaires

Logo de Jim Raina
mardi 1er novembre 2011 à 12h22 - par  Jim Raina

Il serait intéressant dans la mesure où les grecs viennent d’obtenir le "droit" à un referendum (c’est mieux que rien...) que si vous avez un ami grec il suive et donne le comportement des media de masse dans les semaines qui viennent (le Monde diplo doit bien avoir un ami grec...).
Souvenons nous du cas irlandais et du vote-revote avec campagne mediatique façon artillerie lourde entre les deux.
Il est probable que les oligarque$ emploient les grands moyens pour terroriser intellectuellement le peuple grec au sujet de ce referendum qu’ils redoutent.

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko