Souveraineté

mardi 6 décembre 2011
par  André Bellon

L’article ci-dessous a, par ailleurs, été publié par Marianne2.
Voir http://www.marianne2.fr/Les-petits-arrangements-de-Sarkozy-avec-la-souverainete_a213290.html

***


La période que nous traversons aura au moins eu cet avantage de recréer une ébauche de débat sur la souveraineté.

Depuis des années, le mot était limité à une définition largement péjorative, mêlant allégrement « nationalisme » et « souverainisme ». Méthode commode qui permettait d’évacuer la question. Personne évidemment ne disait officiellement vouloir changer l’article 3 de la Constitution, pourtant fondé sur ce concept pestiféré en stipulant, « que la Souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Mais le silence permettait sa disparition implicite, en catimini.

Voila que soudain, sous la pression des évènements et, sans doute aussi, de l’élection présidentielle, le thème prend une ampleur inattendue.

C’est tout d’abord, en dehors de tout intérêt électoral nous dit-on, Nicolas Sarkozy qui s’indigne que le PS et les Verts proposent de supprimer le droit de veto de la France à l’ONU, passant (volontairement ?) sous silence que la chose fut proposée au Parlement européen il y a quelques années par des députés RPR/UMP.

Dans le même souffle, l’ineffable Président insista sur la nécessité de prendre plus de décisions européennes à la majorité qualifiée et non à l’unanimité, ce qui implique que la France puisse voir ses propres choix décidés par une coalition d’États membres. Les contradictions ne l’ont jamais, comme on le sait, empêché de dormir, mais gare à la schizophrénie.

Ce lundi 5 novembre, c’est son ministre de l’agriculture, Bruno Lemaire, qui insiste sur la nécessité d’une « union nationale » autour de la fameuse « règle d’or » concernant l’équilibre budgétaire. L’idée ne l’effleure pas qu’il s’agit là d’un double abandon de souveraineté : celle de la France sur son propre budget, celle des citoyens sur les affaires publiques. Mais non. Toujours plus enthousiaste lorsqu’il attaque ses adversaires que lorsqu’il prétend défendre le pays, il explique que la « règle d’or » permet de rétablir la souveraineté de la France par rapport aux marchés. Apparemment, il lui a échappé que ce sont justement les opérateurs financiers et leurs valets des agences de notation qui réclament une telle mesure. Il est surtout difficile de dire plus clairement qu’il prend les français pour des imbéciles. A moins que lui-même…

La souveraineté n’est pas un principe dangereux ou archaïque. Elle est d’ailleurs défendue avec pugnacité par les États-Unis ou la Chine qui n’hésitent pas à la protéger à coup de mesures protectionnistes enveloppées dans le drapeau national. Elle ne consiste pas en un repli frileux comme le voudrait l’extrême-droite mais, dans la tradition républicaine, à affirmer que le peuple doit maîtriser son propre destin. Son outil principal est la démocratie. Si les représentants politiques l’ignorent, sont-ils dignes de rester des représentants ?


Commentaires

Logo de rlrt
vendredi 9 décembre 2011 à 18h51 - par  rlrt

En accord parfait sur le fond. Encore faut-il que le Peuple (j’y mets une majuscule) soit une entité prise en compte, en dehors d’élections qui n’ont d’autre objet que de mettre au pouvoir des gens qui ne raisonnent qu’en programmes de partis à mettre en œuvre et à un partage des postes, ministériels ou autres. La République est avant tout conçue comme un bon fromage à se partager...

La carrière politique personnelle reste le principal moteur de notre personnel politique, de droite comme de gauche. Pour le reste, c’est le cynisme qui prédomine, avec une absence totale de respect des choix du Peuple à qui on dénie toute intelligence et toute compétence pour juger des politiques publiques. Il suffit pour s’en convaincre de voir de quelle manière une majorité de politiciens ont vanté les mérites du projet de traité constitutionnel que les Français ont rejeté.
Ce rejet du Peuple se retrouve à gauche, mais aussi souvent à droite, avec la négation du principe de nationalité dès lors que l’on veut accorder à de simples résidents (même si c’est de long terme) le droit de vote (fût-il local) avec sous-jacente la volonté de créer une entité cosmopolite en substitution d’un Peuple bien identifié... mais trop rebelle et donc jugé trop difficile à gouverner.
Mais il est vrai qu’avec les actuelles évolutions de l’école publique, sans doute pourra-t-on mieux formater les esprits, l’esprit critique étant le pire pour ce personnel politique qui ne connaît presque exclusivement que l’usage de la brosse dans le sens du poil pour se faire élire et pratiquer ensuite une politique de court terme souvent inverse de celle promise ! Tant que le vote blanc ne sera pas pris en compte, les choses perdureront. Et l’on s’étonnera ensuite du taux monstrueux d’abstention chez un Peuple qui a érigé le principe de "citoyen-politique" au premier rang.

Faudra-t-il que la Constituante se réunisse à nouveau au Jeu de Paume ? Sans les baïonnettes bien sûr ! Ou peut-être contre elles ?

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko