Aéroport Notre Dame des Landes- Lettre de doléance du cercle Nantais de l’Association pour une Constituante au Président de la République

samedi 12 janvier 2013
par  Cercle de Nantes

Nantes, le 20 Décembre 2012

Le Cercle Nantais de l’Association pour une Constituante
Siège social : Chez M, Daniel LEPAGE
23, rue du Château
44000 NANTES
www.pouruneconstituante.fr/

à
Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 PARIS

Objet : Projet d’aéroport de Notre Dame des Landes

Monsieur le Président,

Le Cercle Nantais de l’Association pour une Constituante émet la doléance suivante sous forme de lettre ouverte adressée à votre haute autorité en tant que Président de la République ainsi qu’aux différentes autorités et personnalités publiques concernées de près ou de loin par le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.

Par ce motif, sur la base de notre attachement aux principes républicains que nous ont légués nos vénérables anciens depuis plus de deux siècles, nous vous demandons d’intercéder auprès du Syndicat mixte de l’aéroport du Grand Ouest, afin qu’il nous fournisse de manière publique et transparente un certain nombre d’informations concernant une opération de lobbying, objet d’un appel d’appel d’offres lancé, apparemment sans débat démocratique, par ledit syndicat. Nous souhaitons en effet être éclairés en tant que citoyens libres et responsables sur trois ou quatre points, énumérés ci-dessous, qui paraissent essentiels à connaître et à débattre en ces temps d’incertitude sur la survenue du pic de pétrole conventionnel bon marché.

Ce pic de production semble faire consensus même auprès du PDG actuel de Total. Seule fait débat la date de ce pic, suivi d’un plateau oscillant au fil de l’exploitation de nouveaux gisements mais avec une tendance à une baisse progressive et inéluctable : 2006 pour les uns, 2015 voire 2020 2025 pour les autres. Ce pic en relation avec l’augmentation prévisible de la demande des pays émergents engendrera selon toute vraisemblance un doublement voire un triplement du prix du baril passant dans la décennie qui vient à 200 voire 300 $ sinon plus. Sans jouer les Cassandre, quel avenir pour l’aviation civile dans ces conditions ?

Pour revenir à notre démarche et à nos questions, nous n’attendons guère de réponses par les campagnes publicitaires de lobbying que seules les grandes structures publiques ou privées peuvent se permettre, ici avec des fonds publics. Malgré ce constat, nous sollicitons, grâce à votre intervention, des informations précises sur les trois ou quatre questions suivantes, relayant celles qui ont été posées par des personnalités aussi respectables que, par exemple, Mme Corinne Lepage, ancien ministre :

1 Qu’est-il prévu dans le contrat de concession comme compensations financières à verser au concessionnaire AGO Vinci si le projet venait à être abandonné, sur décision politique ou compte tenu d’aléas techniques (nature géologique du sous-sol, problématique de la ressource en eau), voire juridiques (Union Européenne).

2 Existe-t-il des compensations financières au profit du concessionnaire AGO Vinci pour couvrir une insuffisance de bénéfices, due à une baisse de fréquentation, en raison des conséquences du pic pétrolier avec hausse des tarifs conjuguée à la baisse prévisible du pouvoir d’achat des classes moyennes utilisant l’avion comme moyen de transport à usage loisirs-tourisme.

3 Les scénarios de développement de ce projet d’aéroport ont-ils pris en compte les hypothèses d’évolution du prix du baril de pétrole à 10 ans, 15, 20 et plus sur 55 ans de concession. A-t-on envisagé les risques de faillite rapide à l’exemple de ce qui s’est passé pour un aéroport dans la province du Québec et plus récemment en Espagne ?

4 Qu’en est-il aussi des situations économiques de certains aéroports pour le maintien desquels divers Conseils régionaux semblent subventionner, contrairement aux règles européennes, des compagnies « low cost ». Quelle est la politique du Conseil Régional des Pays de Loire sur ce sujet, et le cas échéant des autres collectivités locales et établissements publics de coopération intercommunale ?

En tant que citoyens, nous sommes en droit d’avoir des réponses précises à ces questions importantes. Nous espérons que l’opération de lobbying engagée par le Syndicat mixte de l’Aéroport du Grand Ouest par le biais de cet appel d’offres ne se contentera pas d’être une simple opération publicitaire destinée à justifier la politique du court terme pour un projet qui semble à première vue contestable sur les plans de la rentabilité économique et de la protection des intérêts des citoyens de notre République. Et encore, nous laissons de côté la dilapidation accélérée des terres agricoles, l’absence de transparence démocratique sur la conclusion du contrat de concession signé par le précédent gouvernement et approuvé apparemment en son entier par l’actuel. Bien sûr, nous laissons aussi de côté l’environnement policier, digne d’une situation d’état de siège dont nous, citoyens de Nantes et de Loire-Atlantique, avons chaque jour la vision depuis plus de deux mois.

Par ailleurs, au lieu d’une telle opération de lobbying, à fonds publics perdus, comme les pleines pages de publicité sur les média nationaux et locaux, n’aurait-il point été préférable d’engager un véritable débat citoyen non seulement sur le projet mais aussi sur le devenir des transports dans la perspective du pic pétrolier. Comment se satisfaire d’une simple commission du dialogue qui ressemble plus à une commission d’enregistrement de décisions irrévocables qu’à un vrai débat démocratique. Nous pourrions en dire autant de la commission sur la transition énergétique dont la composition bafoue les principes élémentaires du débat démocratique qui ne saurait se réduire à des débats d’experts.

Ce n’est pas à coup de matraques que se défend la République, mais par le débat avec l’ensemble des citoyens que, malheureusement, la Constitution actuelle limite à sa plus simple expression, raison de notre engagement en faveur d’une Constituante par le Peuple et pour le Peuple pour affronter notamment les défis énormes de ce début de siècle. Ce n’est pas avec les idées et les méthodes du siècle précédent que notre pays affrontera avec sérénité ces défis.

Pour conclure nous vous invitons avec tout le respect dû à votre fonction à consulter le site de l’Association pour une Constituante : www.pouruneconstituante.fr/

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de notre considération distinguée ainsi que nos salutations citoyennes et respectueuses.

Pour le Cercle Nantais de l’Association pour une Constituante

Yannick Moulinier
Ingénieur Civil des Mines


Commentaires

Logo de berthierch
jeudi 17 janvier 2013 à 13h55 - par  berthierch

Chers amis,
A l’appui de mes craintes et du role indispensable du transport par air des composants premontés dans des usuines dispersées aux 4 coins de l’europe, je tombe aujourd’hui sur une citation d’airbus :
"Airbus a décidé que, d’ici 2017, ses cinq super transporteurs en service devront effectuer dix mille heures de vol par an au lieu des cinq mille cinq cents actuellement, en raison de l’augmentation des cadences (famille A320, A380 et A400M) mais surtout à cause de l’entrée en lice de l’A350. "

A titre d’autre exemple, l’usine de Meaulte, pres d’Amiens evacue aussi sa production par un aeroport "moyen".
Si, pour des raisons electaro-immobiliere, on ferme l’aeroport de nantes, il est presque certain que les couts de chargement/transit/dechargement des modules produits par les sites de Rezé et Bouguenais seront trop elevés...meme si vinci obtient un contrat de construction-modification des routes !
Voir le cout et les problemes de transit entre bordeaux et toulouse par route et fleuve !
Pour moi, sauf dementi des interessés et garanties de l’etat, c’est la condamnation de ses usines et de leurs sous traitants.

Logo de Ernis
mardi 15 janvier 2013 à 18h00 - par  Ernis

Jean-Louis Ernis, Animateur du site : http://dpvrs-27.viabloga.com 15 01 2013

Le sujet abordé dans cette lettre ouverte au Président Hollande est un des problèmes de fond.

L’autre est celui de savoir si le camp progressiste n’a pas d’autres ambitions que de voir perdurer ce système absurde qui consiste à manufacturer des produits à des coûts très bas pour les faire consommer à plusieurs milliers de kilomètres, nécessitant des infrastructures d’accueil gigantesques comme Port 2000, au Havre.

Est-ce à dire que les promoteurs de ce système espèrent que la pratique liberticide du régime chinois, entre autres, a encore de nombreuses décennies d’existence ?

Les « grands » de ce monde ne devraient-ils pas admettre qu’à ce stade de l’évolution de l’humanité, nous sommes à la veille de la quasi-autosuffisance des continents ?

Enfin, ne serait-il pas temps d’abandonner le principe inique de la concurrence folle pour privilégier celui de l’aménagement concerté ?

Ce serait certainement le moyen de réduire la gabegie financière pour privilégier l’humanisme au bénéfice du plus grand nombre.

Logo de berthierch
mardi 15 janvier 2013 à 01h01 - par  berthierch

Chers amis,
Je suis un peu surpris qu’une réaction militante issue de Loire Atlantique ne fasse pas la plus petite allusion aux risques, d’autantb plus réels qu’ils sont tus, des lourdes menaces que fait peser le projet d’aeroport de NDDL sur l’emploi aeronautique des usines et bureaux d’etudes de Rezé, de Bouguenais et d’ailleurs. L’esprit des syndicalistes déclencheurs de la greve de 1968 serait-il mort ? embourgeoisé ou notabilisé ?
Car si l’ame des promoteurs de NDDL était si claire, pourquoi insister autant sur la fermeture de l’aeroport existant et les avantages immobiliers et politiques qui en résulteraient pour les élus des citoyens les moins atteints par la crise ?
Ce serait la mort des fabriquants des composants des Airbus qui, tres encombrants, beneficient d’une possibilité de chargement en avion "au cul de l’atelier".
L’utilisation de la plateforme de NDDL entrainerait une rupture de charge pour ces materiels et des frais supplementaires condamnant ces usines au profit d’autres plus accessibles par air ou par mer par exemple a Hambourg .
Heureusement, mon petit doigt me dit que les ancien syndicalistes devenus (petits) elus commencent à mesurer le danger.
Mais il n’est pas trace - ou elle est plus furtive que le NEURON - de resolutions syndicales musclées telles qu’on sait les ecrire à l’embouchure de la Loire ! Il serait temps que la classe ouvriere fasse entendre sa grosse voix aux cotés des quelques milliers de jeunes et moins jeunes que les media decrivent comme exclusivement motivés par la defense de la nature et de la verdure. Il en va de l’emploi de ces memes jeunes, techniciens, ouvriers, ingenieurs, etc qui prendont la suite des salariés actuels.

Logo de HADJADJ Robert
samedi 12 janvier 2013 à 21h29 - par  HADJADJ Robert

La prospective stratégique du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes ne pouvait être évalué que dans le cadre d’un Commissariat général du Plan.
La planification française du commissariat au plan, est indicative et incitative, à la différence de la planification soviétique. Le Commissariat général du Plan (CGP) s’appuie sur deux organismes de prévision : l’Insee et la SEEF (Service des Études Économiques et Financières du Ministère des Finances).5
Plusieurs éléments font de la planification française une expérience originale. Elle constitue l’aspect le plus singulier de l’action de l’État pour domestiquer le marché. Se bornant à donner des objectifs quantitatifs ou qualitatifs définis d’un commun accord entre les partenaires sociaux, le plan tente d’orienter les investissements dans les secteurs prioritaires pour la croissance.
Le Commissariat au plan, déjà plus national mais « régional sous Mitterrand, fut bazardé par le premier ministre Dominique de Villepin.
Contrairement à la France, l’Allemagne n’a jamais renoncé à la notion de Plan « national » ; ce qui pourrait expliquer l’importance du différenciel économique et social entre nos deux économies.

En quoi consistait le rôle du Commissariat général du plan ?
Dans le dispositif français de préparation des décisions gouvernementales, le Commissariat remplit une fonction particulière : il anime l’analyse prospective et stratégique ; il favorise la concertation socioprofessionnelle et la réflexion interministérielle, et organise l’évaluation des politiques publiques. Pour atteindre ces objectifs, le Commissariat recourt à la même méthode depuis sa création : il réunit des résultats de recherche, d’études et d’expertises et les met en discussion au sein de commissions ou de groupes de travail. Relations qui se nouent entre les universitaires et les acteurs économiques et sociaux dans le cadre des commissions du Commissariat général du Plan.
Robert HADJADJ
Cercle de Montpellier pour une Constituante.

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko