De Napoleon III au Parlement européen

vendredi 5 juin 2009
par  Anne-Cécile Robert

Ceux qui, tels Christian Estrosi ou Philippe Séguin, cherchent à réhabiliter Napoléon III, ne cessent de souligner que les Français ont avalisé son coup d’Etat du 2 décembre 1851 par un plébiscite : 7 481 000 de « oui » face à 647 000 « non ». C’est faire peu de cas du contexte de ces élections, organisées après une répression sanglante, alors que les opposants sont déportés, en fuite ou en exil comme Victor Hugo. C’est ce qu’avaient dénoncé les vrais républicains comme Victor Hugo qui avaient appelé à ne pas participer à de tels simulacres.
Pourquoi parler aujourd’hui de ce triste événement de notre histoire ? Simplement pour rappeler que toutes les élections ne sont pas légitimes. La démocratie n’est pas une simple affaire de procédure. Il faut que les élections aient un sens. En 2009, les citoyens ont la liberté d’expression et de réunion. Il apparaît loin, le temps sombre de la dictature de Napoléon III.
Pourtant, ne sommes nous pas confrontés, avec les élections européennes, à une nouvelle forme de plébiscite ? En effet, voter aux élections européennes revient à légitimer un organisme qui n’a de parlement que le nom et dont la présence sert à faire avaler la disparition réelle de la démocratie au niveau national et son absence, structurelle, au niveau européen.
Le Parlement européen corrobore lui-même cette analyse : son fonctionnement est dépolitisant (négation de clivages importants en son sein) ; il promeut l’intégration européenne telle que les traités l’ont dessinée (c’est-à-dire libérale) parce qu’il confond l’idée d’Europe avec le Marché commun ; il a demandé à ce qu’on passe outre les votes français, néerlandais et irlandais. Tout cela ne tient pas du hasard : c’est la nature du système institutionnel européen qui a été conçu comme un substitut à la démocratie.


Commentaires

Logo de le canard républicain
vendredi 5 juin 2009 à 17h55 - par  le canard républicain

Très intéressant ce petit article.
Cordialement.
P.S. : pour continuer les comparaisons, je vous donne le lien suivant :

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko