Dans la série des discours de complaisance

jeudi 10 août 2017
par  André Bellon, Tribune libre

« Dans la série des vaines polémiques », cette formule commence un article diffusé sur les réseaux sociaux par Eric Delbecque, personnage de l’ombre d’autant plus énigmatique qu’il est spécialiste du renseignement économique.

La vaine polémique en question serait la critique de la volonté d’Emmanuel Macron de donner un statut officiel à son épouse. Cette idée ne serait qu’une manière de plus de faire américain si la chose n’intervenait au moment où l’on interdit aux parlementaires d’avoir leur conjoint comme assistant parlementaire. Cette dernière décision devrait apparaitre comme plutôt archaïque puisqu’elle résume une personne à son statut de conjoint indépendamment de son travail et de sa formation. Mais pourquoi diable le conjoint devient-il indispensable dans la sphère publique, hors de toute autre considération, lorsqu’il s’agit de celui du Président de la République ?

Eric Delbecque nous explique qu’il s’agit là «  d’un vrai sujet d’intelligence stratégique, de représentation du pouvoir et de puissance d’influence … Le statut de première dame n’est pas un détail, mais une nécessité absolue ». Diantre ! comme on disait sous l’ancien régime. J’imagine avec angoisse la situation dans laquelle serait la France si le Président de la République n’avait pas de conjoint. Et je comprends mieux les difficultés internationales d’un De Gaulle dont l’épouse ne jouait aucun rôle public.

Au-delà du côté dérisoire de ce type de vaine polémique, comme dit l’auteur à qui cette formule pourrait bien s’adresser, il s’agit d’un vrai problème, mais d’un problème intérieur. Faut-il vraiment officialiser tous les défauts de l’ancien régime, en particulier la place donnée aux courtisans ?

André Bellon

Ancien Président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale


Commentaires

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko