Racisme à l’envers ?

mardi 22 août 2017
par  Anne-Cécile Robert, Tribune libre

Pour la seconde fois, un « camp d’été décolonial » (CED), réservé exclusivement « aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français », s’est tenu en France au mois d’août 2017.

Dénonçant un « racisme systémique » qui profiterait, selon elles, aux Blancs, les organisatrices excluent de facto de ce camp les individus dont la peau est blanche pour le réserver à ceux qu’elles nomment « les racisés ». Ainsi conçu, le CED repose sur une discrimination raciale et diffuse une vision communautariste de la société.

Malgré la gravité des faits, le camp n’a pas été interdit par les autorités publiques et le Conseil d’Etat a refusé de l’interdire ou d’obliger à l’ouvrir à tous. Il a estimé - contre toute évidence - que les caractères de la manifestation n’étaient pas suffisamment clairs pour imposer l’intervention des pouvoirs de police (ordonnance du 17 août 2017). D’autres initiatives dites « non-mixtes » ont régulièrement lieu sur le territoire français. C’est le cas par exemple de la commission féministe de Nuit debout Paris.

Ce phénomène est extrêmement préoccupant et doit être dénoncé avec fermeté. En effet, il racialise et essentialise la société, contrairement à ce que prétendent leurs organisateurs, en attribuant à des personnes une identité politique et sociale en fonction de leur « race » et/ou de leur sexe au détriment de tout autre critère. Les réunions de ce type pratiquent donc ce qu’elles prétendent dénoncer puisqu’un individu n’est plus jugé pour lui-même mais en fonction de son statut « racisé » ou « sexué ». C’est donc à la fois la négation de la liberté individuelle et la destruction de l’espace politique.

L’existence de manifestations comme le « camp décolonial » et la scandaleuse inertie des pouvoirs publics illustrent la décomposition de l’Etat républicain. Il importe de dénoncer ces dérives et de redonner vie et vigueur aux valeurs républicaines de « Liberté, égalité, fraternité ».


Commentaires

Logo de Raymond Douville
lundi 4 septembre 2017 à 12h06 - par  Raymond Douville

Pour une évolution de la loi de 1905

Je suggère une évolution de la loi de 1905, qui ne remette en cause ni la liberté de conscience, ni la liberté de culte, et sans désigner un groupe à l’opprobre. Toute religion, toute idéologie a tendance à devenir totalitaire. Le fondement de notre société, la Déclaration des Droits de l’Homme ET du citoyen, défini bien deux choses : les droits de l’individu ET les devoirs du citoyen.

La France semble renoncer à défendre les valeurs issues de son histoire.

Merci de consulter ce lien :
http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2017N49675

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Inscrivez-vous au colloque sur la souveraineté

Le samedi 9 décembre de 14 à 17H

Salle Dussane
Ecole Normale Supérieure
45 rue d’Ulm 75005 Paris

Intervenants : Hubert Védrine, ancien ministre ; André Bellon président de l’Association pour une Constituante ; Yvan Lubraneski, maire des Molières ; Anne-Cécile Robert, professeur associé à Paris VIII ; Anne- Marie Le Pourhiet, vice présidente de l’association française de droit constitutionnel ; Natacha Polony, présidente du Comité Orwell.

Les débats, animés par Jean-Michel Quatrepoint, seront filmés et diffusés sur Polony.TV.

Le nombre de places étant limité merci de vous inscrire avant le 1er décembre sur

pouruneconstituante@yahoo.fr


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko