Pauvre Carmen ! La bêtise l’emportera-t-elle sur l’intelligence ?

jeudi 11 janvier 2018
par  André Bellon, Tribune libre

La version de Carmen présentée par Leo Muscato à l’opéra de Florence n’est pas seulement une nouvelle facétie de metteur en scène qui cherche à se valoriser en détournant une œuvre célèbre, par exemple en transformant, début 2016, Cyrano de Bergerac, icone romantique, en chef de bande dans un hôpital psychiatrique.

Sans être fanatique du mot à mot de tout texte, il faut quand même rappeler qu’une œuvre a son intégrité et que la réécriture est un détournement intellectuellement malfaisant.

Carmen est un personnage exceptionnel, épris de liberté, en quelque sorte un Don Juan féminin, alliant la même force, les mêmes mépris et le même destin tragique que son homologue masculin. Ce n’est pas un hasard si les deux personnages sont condamnés et meurent en criant « NON ». Don José n’est, pour sa part, qu’un individu falot, manipulé par Carmen et balloté dans l’ouragan d’un amour fou qui ne peut que le détruire.

En voulant faire de Carmen une femme battue parmi les autres, c’est toute la force du personnage qui disparait. Bien plus, le metteur en scène semble sous-entendre qu’une femme ne peut avoir pour identité que celle de femme battue. Que ces actes doivent être condamnés est évident et nécessaire. Mais vouloir être dans la tendance initiée par Hollywood qui a, heureusement enfin, découvert la lune, à savoir des pratiques qui y ont toujours existé -tout en oubliant d’évoquer les relations de pouvoir-, n’est pas franchement audacieux. Limiter la place et le rôle des femmes par ce biais est pour le moins méprisant.

A imposer sur tous les sujets une lecture politiquement correcte, on n’est pas loin de la police de la pensée.

En tant qu’admirateur de Mérimée et de Bizet, je suis évidemment touché mais, comme j’ai essayé de comprendre et de partager les motivations de nos amis italiens, je propose que, lors de la prochaine représentation de Rigoletto, ce dernier ne soit plus un fou, ce qui stigmatise une minorité, mais une danseuse du Moulin Rouge, parité oblige. Je propose également que sa fille ne soit plus assassinée, ce qui est une violence faite aux femmes, mais soit une petite sœur des pauvres qu’on envisage de canoniser à la fin.

Aux dernières nouvelles, il paraitrait que Carmen aurait été annulée à Perth en Australie parce que Carmen et ses camarades fabriquent des cigarettes. Il y a quelques années, un colloque avait été organisé à la Sorbonne sur le thème « La bêtise l’emportera-t-elle sur l’intelligence ? ». On n’est pas loin du but !


Commentaires

Logo de Catherine Lucquiaud
vendredi 16 mars 2018 à 12h28 - par  Catherine Lucquiaud

Il suffit de parcourir les rapports du Haut commissariat à l’égalité ou le compte Twitter de quelque secrétariat d’état à l’égalité "réelle" pour basculer dans la certitude : nous y sommes.

Constituante en 1 min 58


Dans les médias

*****
>>Voir l’intégralité

Estimez-vous que les élus sont aujourd’hui réellement représentatifs des citoyens ?

Trouvez-vous admissible qu’une seule personne, le Président de la République, exerce en fait tous les pouvoirs sans être concrètement responsable de ses actes devant le peuple ?

Trouvez-vous que les institutions permettent le respect de la souveraineté populaire ?

Si vous trouvez notre vie publique fossilisée,
- si vous voulez des élections générales,
- si vous pensez que la souveraineté du peuple est bafouée,
- si vous pensez que vous n’êtes pas représentés,
- si vous pensez que la loi "territoires" du gouvernement Fillon-Sarkozy détruit la démocratie locale
- si vous ressentez le traité de Lisbonne comme une insulte et un coup d’État contre le vote NON au Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005

>>AGISSEZ


Exigez l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel pour changer le jeu politique


Joindre-Découvrir nos cercles locaux

JPEG - 8.7 ko

L’histoire des Constituantes

JPEG - 11.3 ko
HISTOIRE des Constituantes 1789-1792-1848-1946

PNG - 2.8 ko