Charte d'éconologie

Charte d’éconologie

Vendredi 11 septembre 2020, par René Polin

(Économie et écologie)

Un avenir durable

Toute approche de gouvernance se doit d’être systémique et faire apparaître la subordination du Politique et de l’économique au regard du respect et de l’avenir de la planète.

Il n’est pas de politique ou d’économique sans que soit respecté le social.

I Énergie

Tout besoin d’énergie doit s’appuyer essentiellement sur du renouvelable. Brevets et innovations sont du domaine public.

II Économie

La création de la monnaie ne doit plus dépendre du privé.

La monnaie peut se doubler d’une monnaie locale et favoriser la consommation locale.

La structure de base de l’économie se doit d’être essentiellement coopérative.

L’économie a pour fonction de favoriser le social. Elle est au service de l’homme et protège l’environnement.

Un revenu d’existence est issu du nouveau système économique.

Spéculation, trusts et lobbies sont hors la loi.

Le respect de biens communs redevient la norme.

L’unité de base des échanges internationaux est la nation souveraine.

III La production

La production favorise l’économie circulaire, le recyclage et la production locale, et les biens sans obsolescence programmée.

Toute production industrielle polluante tombe sous le coup de la loi.

Toute production agricole doit se tourner vers moyens autres que les polluants chimiques toxiques.

Les lobbies sont déclarés illégaux.

Toute la recherche mondiale doit se tourner vers de nouveaux modes de production tant industriels qu’agricoles.

Des brevets innovants sont du domaine public et ne peuvent faire l’objet de propriété privée.

IV Transports

Toute production doit se faire au maximum en limitant les transports inutiles.

Tout transport nécessaire doit être le moins énergivore individuellement et collectivement.

V Le politique

L’état est souverain dans la mesure où il existe de par la volonté du peuple.

L’état républicain est laïque : les religions sont de l’ordre des consciences individuelles.

L’esprit critique du citoyen est le fondement de la démocratie.

La démocratie représentative est insuffisante.

À tous les échelons de la société doivent exister des formes de démocratie participative.

La constitution doit être réécrite avec le concours du peuple. La constituante en est le moyen idéal.

Les députés élus auront un mandat impératif : sa légitimité vient du fait qu’il porte en premier lieu les intérêts de sa région à l’assemblée nationale.

Pour les questions concernant le législatif d’intérêt national il peut voter avec son parti.

Les grandes questions nationales peuvent faire l’objet d’une votation du peuple.

L’écocitoyen dans sa commune pourra exercer un droit de contrôle ou de suggestion inscrit dans le code des territorialités.

L’intercommunalité est soumise au contrôle des communes.

Séparation des pouvoirs et compétences de l’état central seront rénovés.

La gouvernance centrale, relayée localement aura comme objectifs constants la
santé, la culture et l’éducation.

Les métiers traditionnels et artisanaux seront protégés, la transmission du savoir faire étant une priorité.

Conclusion

De cercle local en cercle régional en cercle national, puis continental et mondial, les gouvernances en place auront pour fondement la garantie de cette charte d’avenir.

L’avantage d’une charte est d’enregistrer solennellement des évolutions souhaitables, qui étaient en fait en gestation depuis plus ou moins longtemps. Elles s’inscrivent dans des traditions parfois séculaires de sagesse acquise. Elles s’imposent aux générations suivantes jusqu’à ce que, à la suite leur propre expérience, elles éprouvent la nécessité de les faire évoluer. Elles mettent finalement en garde contre l’idée souvent dangereuse de faire table rase du passé. Dans le contexte de libéral-totalitarisme dominant actuel, elles entendent protéger contre les prédations financières et industrielles.

L’idée de charte n’est pas nouvelle, certes, mais elle a l’avantage d’être un concentré qui peut sans cesse rappeler l’essentiel.

Placée en tête du cahiers des charges de chaque tiers du Triptyque Economique, une charte concise rappellerait l’essentiel à chaque consultation.

1 Message

  • Charte d’éconologie

    Le 11 septembre à 15:20 par Pascal Geiger

    Petit rectification.
    L’Etat n’est pas souverain. C’est le peuple qui l’est.
    L’Etat, malheureusement, n’est plus depuis longtemps fait par et pour le peuple.
    Il rassemble, depuis plusieurs décennies, une oligarchie qui n’a d’intérêt qu’elle-même.
    Une oligarchie qui n’a de cesse de favoriser l’autonomisation de l’Etat.
    L’Etat doit être sous contrôle du peuple. Et non l’inverse comme nous le vivons aujourd’hui.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)